mercredi 17 avril 2019

BOUM BÉBÉ ! La question des prénoms


Et donc je suis enceinte, et parmi tous les trucs chiants à faire avant l'arrivée des bébés (s'inscrire à la CAF, trouver une crèche, trouver une poussette double qui ne coûte pas UN MILLION DE BOULES), il y a un truc fun : trouver des prénoms.

Choix qui s'est révélé plus galère qu'on ne le pensait, puisqu'on a du faire face à plusieurs dilemmes :

Le premier était qu'on n'a pas su le sexe des bébés tout de suite, et que c'était méga difficile de trouver QUATRE prénoms, d'autant qu'il y avait une disparité assez cruelle dans mon inspiration :

- Alors j'ai trouvé dix-huit prénoms de garçons que j'aime bien.
- Et des prénoms de filles?
- Qu'est-ce que tu penses de Camille?
- J'aime pas.
- Alors j'en ai zéro.

Et même ensuite, il restait encore pas mal d'obstacles:

- Il faut des prénoms qui aillent bien avec leur nom de famille.
- On ferait peut-être bien de leur choisir un nom de famille, du coup.
- Ce serait pas mal, en effet.

Je m'explique : j'ai gardé mon nom quand j'ai épousé Flaxou, parce que j'ai beau l'aimer et le chérir, je voyais pas l'intérêt de changer le nom que mes parents m'ont donné.

(Pour moi, ça avait à peu près autant de sens que si on avait signé l'acte de mariage et que le maire m'avait dit "Okay, Charlotte, à partir d'aujourd'hui tu t'appelles Béatrice, cool?")

Et comme Flaxou est un homme moderne, ça ne lui posait aucun souci, mais avec l'arrivée des bébés, la compétition s'est faite rude :

- Je pense qu'ils devraient avoir mon nom.
- Et pourquoi le tien?
- Parce que c'est moi qui fais tout le boulot, pourquoi j'aurais pas le droit de signer mon oeuvre?
- Justement, c'est toi qui les portes, c'est toi qui les mets au monde, tu les sens dans ta chair, tu sais que c'est les tiens! Moi, le nom, c'est tout ce que j'ai pour les lier à moi!

Oui, eh ben forcément, si tu vas te mettre à me donner des super arguments logiques et raisonnables comme ça, on va pas s'en sortir.

On s'est donc éloignés du terrain idéologique pour aller débattre du côté pratique :

- Ton nom, il est trop compliqué. Le S suivi d'un Z, ça met tout le monde en PLS, personne sait comment ça se prononce et ils finissent toujours par mettre le Z n'importe où.
- Et ton nom à toi, il est mieux, peut-être?
- Ben déjà, le mien, il est français.
- HAAAAN !
- Non, mais c'est pas ce que je voulais di...
- ESPÈCE DE RACISTE !
- Je...
- LES ENFANTS, N'ECOUTEZ PAS MAMAN, C'EST UNE SALE FASCISTE !
- Ils ont pas encore d'oreilles.
- EH BEN HEUREUSEMENT !

Après, c'est pas de ma faute si Flaxou a des ancêtres polonais, et que du coup son nom de famille n'est qu'une accumulation de consonnes.

- En plus, meuf, ton nom à toi, il est loin d'être facile. Y'a une lettre sur deux qui est silencieuse, c'est quoi ce délire?
- N'importe quoi! Y'a juste le E à la fin qui est silencieux.
- Et le H au début.
- ...
- Et le son "è" qui s'écrit AI, alors qu'en Alsace tout le monde l'écrit avec un E.
- ... N'empêche que quand je vais dans les Vosges, j'ai jamais besoin de l'épeler !


(3615 argument de choc)

Au final, on a décidé de leur donner nos deux noms, dans l'ordre alphabétique, et ensuite pour l'école on en choisira probablement un seul nom d'usage pour simplifier la paperasse (mais ensuite, quand ils seront grands, ils pourront choisir celui qu'ils veulent).

Donc c'est cool pour la parité et tout ça, mais ça ne nous simplifie pas la tâche, puisqu'on doit maintenant trouver des prénoms qui vont bien avec les DEUX noms de famille.

En plus de ça, il faut aussi des prénoms qui vont bien ensemble (forcément) et qui ne font pas trop "jumeaux" (genre Sylvain et Sylvette, tu vois le délire?) (Ou autres prénoms quasi-identiques qui crient à la face du monde "vous n'avez pas d'identité propre").

Et comme si ce n'était pas assez compliqué, ma mère est venue mettre son grain de sel avec un argument somme toute plutôt justifié :

- Surtout, donne-leur des noms courts. Une syllabe, deux maximum.
- Hein? Mais pourquoi?
- Parce que les gens sont paresseux, et que si tu les appelles, mettons, Elisabeth et Anne-Sophie, personne ne les appellera jamais "Elisabeth et Anne-Sophie", mais tout le monde dira "les jumelles".

J'avais mes doutes sur cette théorie, donc j'en ai parlé à ma marraine, qui a des jumeaux (que je n'ai jamais appelé "les jumeaux" de ma vie) :

- Ah oui, j'ai exprès choisi des noms courts ! Et même là, j'ai dû batailler des années pour que les gens arrêtent de les appeler "les jumeaux"!

Donc, résumons : il nous faut :

1. Des noms qui vont avec mon nom de famille, donc qui ne comportent pas de "X"
2. Des noms qui vont avec le nom de famille de Fla, donc qui ne terminent pas en "S"
3. Des noms qui vont bien ensemble
4. Des noms pas trop longs
5. Des noms pas trop similaires et qui ne riment pas (ça, c'est juste parce que j'aime pas les noms qui riment).

BON BON BON.

Heureusement qu'il nous reste plusieurs mois pour nous décider, hein.

Oui, parce que j'ai pas ajouté la clause numéro 6, la plus importante du lot (et la plus difficile) : trouver des prénoms qui nous plaisent A TOUS LES DEUX.

Ceci parce que Flaxou veut des prénoms "originaux et cools", et que moi, je veux des prénoms où nos enfants ne se feront pas taper.

- Mais n'importe quoi! Pourquoi on taperait un gamin juste parce qu'il est différent?



(Okay, donc clairement Flaxou est allé à l'école du Bus Magique.)

(Tu diras salut à mademoiselle Bille-en-Tête de ma part.)

C'était donc la guerre entre mes suggestions "chiantes et vieillottes" :

- N'importe quoi ! C'est pas vieillot, Simon !
- C'est LITTÉRALEMENT un prénom de l'ancien Testament! 
- Comme Noah ! Et Gabriel ! Et Adam ! Et TOUS LES PRÉNOMS POPULAIRES !
- Exactement ! DE LA MERDE ! 

Et les suggestions de Flaxou, qui oscillaient toutes quelque part entre le super geek et le franchement beauf.

- Quoi? Arya, c'est génial pour une fille ! C'est badass !
- Non mais sérieusement, Fla, à ce moment-là va jusqu'au bout du cassos et appelle-la directement Khaleesi !
- ... Pourquoi, c'est quoi le problème avec Khaleesi?

Du coup, ça a donné de longues soirées passées sur Internet à surfer sur prénoms.com (pour ma part) et sur les pages Wikipédia de prénoms mythologiques (pour Flaxou) et à se crier des suggestions dessus d'une pièce à l'autre :

- Thomas !
- Odin !
- Jules !
- Siegfried !
- Olivier !
- CHILDERIC !


(Childéric? Vraiment?)

Et, au cas où tu te posais la question : non, ça n'allait pas mieux avec les prénoms féminins :

- Lisa !
- Néfertiti !
- Sophie !
- Freya !
- Margot !
- Hatchepsout !

(A tes souhaits.)

On avait tellement fait le tour de tous les prénoms existants que je suis même allée lorgner du côté du calendrier républicain, et laisse-moi te dire que c'était DE L'OR EN BARRE.

Un petit rappel pour ceux qui dormaient dans le fond en cours d'histoire : après la Révolution, le gouvernement français a brièvement changé le calendrier, parce qu'il était trop lié à la monarchie et au christianisme, et aussi parce que les révolutionnaires voulaient changer tous les systèmes de mesure pour partir sur une base décimale.

(C'est d'ailleurs à ce moment-là qu'on a adopté le système métrique, ce qui signifie que les Américains ont simplement deux cent ans de retard sur nous, no big deal.)

(Prenez votre temps avec vos pouces et vos pieds, surtout, ça fait juste chier LE MONDE ENTIER.)

(Bref.)

Contrairement au système métrique, le calendrier républicain n'a pas marché du tonnerre, et est seulement resté en usage pendant quatorze ans. Il faut dire qu'il était pas mal compliqué à utiliser, et qu'en plus, comme la semaine passait de 7 à 10 jours, ça voulait dire que les ouvriers n'avaient plus droit qu'à un jour de repos sur DIX, bravo le veau.

Bref bref.

Ce qui est génial, dans le calendrier républicain, c'est que les noms des jours ont été remplacés : exit les prénoms de saints, et place aux fruits, légumes, fleurs, instruments de labour et autres joyeusetés bucoliques - ce qui peut donner des idées de prénoms mignonnes (Amarante, Violette, Primevère) et d'autres.... moins (Trainasse, Chiendent, ou encore mon préféré : Fumier).

- J'ai trouvé, Fla ! On attend que les enfants naissent, et on prend juste les deux noms des deux calendriers du jour de leur naissance.
- T'as des exemples de ce que ça donnerait ?
- Ah, j'en ai des super ! Par exemple, s'ils naissent le 26 juin, on pourra les appeler Anthelme et Échalote!
- Magnifique !
- Le 25 juin, ce sera Prosper et Concombre!
- Encore mieux !
- Mais mon préféré reste quand même Rodolphe et Oignon.
- Mais pourquoi on cherche encore?

(Blague à part, mais si quelqu'un, un jour, décide d'appeler son enfant "Oignon", j'ose espérer que l'état-civil mette le holà.)

Au final, on n'a toujours pas trouvé de prénoms, mais on a réglé nos différends avec un compromis : Flaxou et moi nous mettrons d'accord pour choisir deux prénoms classiques (par "classiques" j'entends "suffisamment répandus pour qu'on sache comment ça s'écrit"), et, en compensation, il aura carte blanche sur les deuxièmes prénoms.

- Alors, quand tu dis "carte blanche"....
- Ce que tu veux !
- Des prénoms mythologiques?
- Pas de problème !
- Des prénoms tirés de films ou de séries?
- Si tu veux!
- Des prénoms tirés de jeux vidéo?
- ... Bon, on va dire que j'aurai un droit de véto, quand même.

Du coup, j'ai super hâte de vous présenter nos enfants, Paul Héphaïstos Goldorak et Marie Daenerys Kerrigan.

(On rigole, mais il y a 90% de chances que ça finisse sur un truc du genre.)

A bientôt pour plus d'aventures !

dimanche 7 avril 2019

Brève automobile


Et donc, Flaxou et moi, on a décidé de se porter acquéreurs d'une nouvelle voiture.

Parce que, c'est pas que nos voitures actuelles ne sont pas prévues pour une famille de quatre, mais si carrément si en fait.

(C'est-à-dire que c'est un choix sympathique : mettre les bébés à l'arrière de la 206 de Flaxou qui n'a que deux portes, une ceinture et pas de coffre?)

(Alternative : mettre un bébé à l'arrière de ma microscopique Hyundai, l'autre à l'avant, et Flaxou, je sais pas, on le ligote sur le toit peut-être?)

Sauf que, comme on a passé toute notre vie à rouler avec des petites citadines à micro moteur, on ne s'y connaissait pas trop en modèles familiaux - et, surtout, on sous-estimait LARGEMENT la place que prennent les affaires de bébés dans une voiture, comme une conversation avec ma soeur me l'a vite appris:

- Vous pensez acheter quel modèle, alors?
- On pensait peut-être une Dacia Sandero, ou bien une Ford Focus.
- Tu délires? T'auras jamais assez de place dans le coffre pour mettre une poussette double!
- Mais si ! Moi j'ai une Hyundai i10 avec le plus petit coffre du monde, et j'arrive à mettre, genre, QUATRE sachets de courses dedans! Alors, une poussette, à côté, ce sera fastoche!

Et puis on a acheté une poussette double, et on a réalisé qu'effectivement, il allait nous falloir un grand coffre.

- Sans compter qu'au début, tu ne transporteras que le cadre de la poussette, tu auras les cosy à l'arrière, mais ensuite, il faudra encore transporter les sièges! Et le sac à langer!
- Pourquoi, ça prend de la place, un sac à langer?
- ...
- Moi je pensais que c'était, genre, comme un sac à main?
- ....
- Non?

(Non.)

On est donc gaiement partis faire le tour des concessionnaires avec notre poussette sous le bras, pour trouver la voiture de nos rêves.

Avant de se faire promptement piétiner nos rêves par les concessionnaires en question :

- Donc vous cherchez une voiture familiale? Break, monospace?
- Plutôt break.
- Alors, nous avons plusieurs dizaines de modèles disponibles...
- Au fait : on cherche une voiture essence, pas diesel.
- Alors, nous avons deux modèles disponibles....
- On voudrait qu'elle ait moins de 100 000 kilomètres.
- Alors, je crois qu'on a une voiture quelque part à Cernay....
- Et notre budget, c'est dix mille euros.



- Eh bien... je vais... prendre vos coordonnées, et peut-être vous rappeler un jour, si les poules ont des den... j'veux dire, si je trouve un modèle correspondant à vos critères!

Autant te dire que les choses s'annonçaient mal.

On commençait à désespérer et à se dire qu'on était trop exigeants, et j'étais en train d'essayer de persuader Flaxou que finalement, un diesel, ce serait pas la mort, quand soudain, on est tombés sur LA perle rare, AKA : une voiture de petit vieux sur Le Bon Coin.

J'ai su que c'était une voiture de petit vieux quand j'ai appelé pour l'annonce et que le mec m'a parlé pendant QUATORZE MINUTES pour m'expliquer à quel point sa voiture était en bon état, puis a enchaîné avec :

- Le prix, comme vous voyez sur l'annonce, il est correct. Moi je recherche pas le profit à tout prix, je veux juste laisser la voiture à une famille qui en prendra bien soin.



(On dirait le mec il parle de son chien, c'est absolument adorable.)

Ah oui, et il a aussi tenu à m'expliquer au téléphone comment venir chez lui (avec des explications vintage en mode "après le petit pont, vous prenez à droite au niveau du tonneau rempli de géraniums"), tout cela bien sûr APRES m'avoir donné l'adresse que j'avais déjà prestement entrée dans Google Maps.

Bref, on est arrivés au rendez-vous sur notre 31, prêts à séduire du petit vieux (comprends : Flaxou avait mis une chemise avec un petit pull BCBG, et moi j'avais mis un haut qui faisait ressortir au max mon gros bidon de femme enceinte), on avait même coupé le heavy metal dans la bagnole deux rues avant d'arriver, juste au cas où.

Et là, tu te dis peut-être que c'est beaucoup d'efforts juste pour une voiture d'occase, mais mec. MEC. Je t'ai pas encore raconté quelle occase c'était.

Parce que, déjà, la voiture cochait toutes les cases qu'on voulait (ce qui en soi n'était pas chose facile au départ, si j'en crois les réactions des concessionnaires), mais en plus de ça, la voiture était dans un état nickel : pas une rayure, pas une trace d'herbe sous la bagnole, genre clairement le mec ne s'était même jamais mangé un dos-d'âne de sa vie, et puis attends ces pneus ont l'air comme neufs??

- Ah oui, j'ai acheté quatre pneus neufs la semaine dernière, pour que le nouveau propriétaire parte sur des bonnes bases. J'ai pris des Goodyear, c'est vrai qu'ils sont un peu plus chers, mais vous avez la qualité.

A ce stade, on était déjà en train de se retenir de ne pas hurler tout de suite ON LA PREND !! Mais on est quand même montés dans la voiture pour faire un test de conduite.

Et c'est là que j'ai réalisé l'autre grand avantage d'acheter une voiture à un petit vieux : le machin était BLINDÉ D'OPTIONS.

C'est-à-dire que Flaxou et moi, on a passé notre vie à conduire des bagnoles de prolo, donc on n'est pas trop habitués aux voitures avec le confort moderne (ma Hyundai a des vitres qui se remontent manuellement avec une petite moulinette, je pense que ça dit tout).

D'ailleurs, lors de notre passage chez les concessionnaires, les gars étaient clairement à ça de se foutre de nous quand ils nous demandaient quelles options on voulait, et que je répondais :

- La climatisation.
- Oui, bon, toutes les voitures de nos jours ont...
- Et la direction assistée, aussi.
- Non mais de toute façon....
- Oh ! Et des vitres électriques.
- ....
- Notez-le, ça, c'est important.

Et alors, là, on est montés dans la voiture, et sur ma vie j'ai mis dix minutes à trouver le bidule qui affiche les vitesses, tellement y'avait de diodes partout, je me sentais comme un pilote de vaisseau spatial, c'était surréaliste.


(Une image totalement pas exagérée du tableau de bord.)

En fait, toute la balade qui a suivi aurait pu s'appeler "Charlotte découvre la technologie des quinze dernières années" :

- Ce bouton-là, c'est pour la climatisation. Vous pouvez régler la température différemment à l'avant et à l'arrière, c'est pratique pour les enfants.
- Ouah !
- Pour se garer, j'ai pas choisi la caméra à l'arrière, mais j'ai mis un radar de détection à l'avant et à l'arrière, c'est pratique pour les stationnements en épi.
- Génial ! Ça m'aidera vachement pour les créneaux.
- Ah, pour les créneaux, c'est automatisé : vous lâchez le volant, et la voiture se gare toute seule.
- QUOI MAIS VOUS ETES SÉRIEUX??!
- Au fait, maintenant qu'on est sur l'autoroute, vous pouvez passer la sixième.
- Y'A UNE SIXIÈME VITESSE???!

Donc en fait les voitures modernes c'est K-2000 et on m'avait rien dit.

Moi je suis là à suer dans ma voiture sans clim comme une péquenaude du siècle dernier, alors qu'il existe des choses magiques comme des rétroviseurs qui se dégivrent tous seuls, et PERSONNE NE M'A PRÉVENUE??!

Bref, on est sortis de la voiture tellement prêts à signer qu'on n'a même pas essayé de marchander sur le prix :

- Alors, j'ai mis 10 500 sur l'annonce, ce qui est un peu en-dessous de sa valeur à l'Argus, donc j'estime que c'est raisonnable.
- Oui, ça nous va. On s'était donnés un budget de 10 000 Euros, mais ça ne nous dérange pas de payer un peu plus pour avoir une bonne voiture. Je pense qu'elle va bien nous servir.
- Oh, et puis vous savez quoi? Vous m'êtes sympathiques. Je vais vous baisser le prix de 100 Euros.
- Ouah, merci!
- Comme ça, vous pourrez acheter quelque chose pour votre bébé avec cet argent. C'est un garçon? Une fille?
- Alors en fait, c'est des jumeaux...
- Ah ! Eh bien alors je vous fais 200 Euros de ristourne, comme ça c'est équitable!
- ...
- Vous pouvez passer la chercher dimanche, je vous ferai encore le plein avant que vous veniez.


(Vous voulez pas m'adopter, sinon?)

Bref, on aura rarement été aussi contents de dépenser dix mille boules (maintenant que j'y pense, on n'a JAMAIS dépensé dix mille boules en une seule fois auparavant) (même notre mariage a coûté bien moins que ça) (mais bon, on avait des nappes en papier et des fleurs en tissu de chez IKEA, ça te donne une idée du truc), et c'est heureux et pauvres qu'on est rentrés à la maison:

- Attends! Prends-moi en photo devant la nouvelle voiture!
- Pourquoi faire?
- Pour les enfants! Comme ça, plus tard, on pourra leur dire "Ça c'est une photo de maman quand elle était enceinte de vous, le jour où on a acheté notre première voiture familiale".
- Bonne idée! Comme ça ils pourront te dire "Oh, comme t'avais l'air jeune, t'étais si mignonne, qu'est-ce qui s'est passé?"


("Et là, les enfants, on ne le voit pas sur la photo, mais j'étais en train de traiter votre père de trou du cul".)

samedi 30 mars 2019

BOUM BÉBÉ ! Cinquième mois


Le cinquième mois, c'est celui où on a commencé à s'équiper pour les bébés – et celui où on a appris que, comme pour l'industrie du mariage et ses bouquets de fleurs à deux cent balles, tout ce qui était estampillé "bébé" coûtait la peau des yeux de la tête.

- Qu'est-ce que tu cherches sur Le Bon Coin?
- Une poussette double.
- On pourrait pas juste la mettre sur la liste de naissance?
- On pourrait, mais il faudrait demander aux grands-parents de se cotiser, je pense.
- Pourquoi, ça coûte combien, neuf?
- Sept cent cinquante balles.
- SEPT CENT CINQUANTE BALLES???!
- Sans les cosys.
- Et c'est cher, les cosys?
- Trois cent cinquante balles.
- TROIS CENT CINQUANTE BALLES???!
- .... l'unité.

Du coup, comme on n'avait pas méga envie de payer une poussette littéralement le prix que nous a coûté notre Peugeot 206, on s'est déniché une poussette d'occasion, avec les cosy et les fixations isofix en prime.

(Isofix, c'est un truc magique qui fait que tu clipse le siège auto directement sur le siège arrière de la voiture au lieu de t'emmerder à bidouiller des trucs avec les ceintures.)

Au passage, on notera que c'est un peu du foutage de gueule de faire des enfants à notre époque, parce que dieu sait que dans le temps ils s'emmerdaient pas autant avec la sécurité – j'en veux pour preuve ces pubs folkloriques à base de sièges en bois installés à l'avant:




(Big up aussi à la cage en alu)

Ou encore de harnais pour laisser bébé explorer l'engin de mort qui le propulse à une vitesse indéterminée sur des routes de campagne :



("Peut également être utilisé pour la marche", nous dit la pub.)

(T'sais, juste au cas où on te jugerait pas assez.)

Et je passe sur le PUTAIN DE HAMAC dans lequel on pouvait installer son nourrisson, tranquillou bilou :




(Super, comme ça au moindre freinage, il peut être catapulté à travers le pare-brise avec encore plus de vélocité!)

Et si tu penses "Ouais, mais bon Charlotte, tu nous parles d'un temps que les moins de mille ans ne peuvent pas connaître, avec tes pubs fleurant bon l'après-guerre", QUE NENNI MON JEUNE AMI !

Parce que moi-même, du haut de mes vénérables trente ans, je me rappelle très nettement que ma soeur et moi, on ne s'est jamais attachées UNE SEULE FOIS dans la voiture.

D'ailleurs, je me rappelle que, sur les longs trajets de vacances, je me mettais à genoux sur le siège arrière pour faire du coloriage en utilisant la plage arrière comme table.

(SUR L'AUTOROUTE, LES GARS!)

Et je te raconte pas les sueurs froides quand j'ai demandé à ma mère ce qu'ils faisaient quand on était bébés :

- Bah, on vous prenait sur les genoux.
- Ah ouais, donc vous aviez pas envie qu'on vive même un petit peu?
- Oh, sois pas dramatique comme ça! On se mettait à l'arrière, quand même, on n'était pas des monstres.
- Avec la ceinture, au moins?
- Ha ha ! Non.



(Expliquez-moi comment on a survécu collectivement aux années 90, au juste?)

Bref, j'ai trouvé des super sièges auto méga sécurisés (parce que je suis un bon parent, moi, MAMAN), ce qui, au passage, m'a donné l'occasion charmante de discuter avec les gens qui vendaient leur équipement pour jumeaux :

- Globalement, vous étiez satisfaite de cette poussette?
- Absolument! Elle était très utile, mais maintenant que mes filles ont trois ans, j'ai changé pour prendre une poussette canne, elle prend moins de place. Et puis mon grand a cinq ans, donc il peut marcher partout.
- Ah, des jumeaux et un petit d'âge rapproché... Vous devez être contente maintenant qu'ils sont grands, ça doit être plus facile!
- Plus facile? HA !
- .....
- Pardon, je voulais pas vous faire peur. Non, c'est... on va dire "différent".
- ....
- C'est... une autre forme d'épuisement, si vous voulez.


(C'est cool, les enfants, vous voulez pas rester dans mon ventre encore un an ou deux?)

Comme on doit tout acheter en double et qu'on est pas Crésus, on a aussi profité du printemps pour faire toutes les bourses puériculture, qui m'ont fait sérieusement questionner pourquoi qui que ce soit achèterait des vêtements pour bébés neufs :

- Vous vendez du naissance ou du 1 mois?
- Oui, j'ai tous ces bodys, et aussi plein de petits pantalons et T-Shirts, cinq gilets, et cette jolie salopette.
- Ils sont comme neufs!
- Ils SONT neufs! Mon bébé est né à 4 kilos, j'ai jamais pu lui mettre, il était trop grand.
- Vous les vendez à combien?
- Cinquante centimes pièce.
- ....
- Mais si vous prenez le lot, je vous fais un prix : cinq euros le tout.

Pendant ce temps, chez Petit Bateau :



(Ça va, les gars? On vous dérange pas trop dans votre délire?)

Au cinquième moi de grossesse, j'ai également dû passer un test de glucose, ce qui n'a pas manqué de faire paniquer ma mère:

- J'en étais sûre ! J'EN ÉTAIS SURE ! Tu fais du diabète ! C'est à cause de tous ces jus de fruits !
- Non, mais j'en bois même plus, des jus de fruits, ça me donne des brûlures d'esto....
- Est-ce que je ne t'avais pas dit que le sucre c'était du poison? Je te l'ai dit! Mais est-ce que tu m'as écouté? Non! Comme d'habitude! Et maintenant, regarde le résultat!
- Mais on sait même pas encore si je fais du diab...
- ET MAINTENANT TES BÉBÉS VONT MOURIR, BRAVO HEIN!

(Ceci de la part de la meuf qui nous asseyait sur ses genoux dans une Diane de 1971 qui n'avait pas de ceintures, je le rappelle juste au cas où.)

Donc j'ai dû passer une-demi journée au labo, boire 30cl d'un sirop infâme, puis poireauter des heures en salle d'attente sans boire (sans boire!) (alors que je venais de m'enfiler du sirop PUR!), tout ça pour qu'on me pique dans trois veines différentes à intervalles réguliers pour prélever mon sang plein de sucre.

- Et donc en fait ça sert à quoi ce bazar?
- Eh bien, on provoque une hyperglycémie en vous faisant boire le sirop, et puis on vérifie que votre corps élimine le sucre correctement. 
- Et si je ne l'élimine pas, ça veut dire que je fais du diabète gestationnel.
- C'est ça.
- Du coup, c'est pas une idée un peu moisie de me blinder de sucre, si j'arrive pas à l'éliminer?
- Et pourquoi vous croyez qu'on vous demande de rester sur place?

(C'est génial.)

Bref, c'était hyper chiant, mais les résultats sont revenus nickel, donc au final, c'est quand même une bonne nouvelle.

Enfin, le cinquième mois est celui où on a commencé à vider la future chambre des bébés / débarras de toute la famille, ce qui a quand même pris un peu de temps, notamment parce que les membres de ma famille sont des hoarders et qu'ils refusent de jeter quoi que ce soit :

- Mamie, là j'ai fait la pile pour l'Armée du Salut, regarde s'il y a des choses à toi dedans que tu veux garder.
- Mais! Tu vas pas donner ça!
- Tu parles de cette lampe hideu... j'veux dire, de cette lampe de chevet avec son pied d'un mètre de haut et son monumental abat-jour rose à franges?
- Oui! Ça vaut cher, ça, tu sais! Le pied est en porcelaine de Limoges! Et la scène champêtre dessus est peinte à la main! A l'époque, je l'avais payée cent douze francs! Nouveaux! 


- Non, il FAUT que tu gardes cette lampe, elle est trop précieuse.
- Non, mais mamie, y'a pas la place, et puis elle est dégueul... j'veux dire, elle serait pas mieux chez toi?
- Ah, non! Elle fait un mètre de haut, c'est pas très pratique quand même.


(SANS. DÉCONNER.)

Et, au cas où tu te disais que ce serait plus facile avec la génération suivante, je te présente mon père:

- Tu le donnes, ce matelas gonflable?
- Non, on le jette, il se dégonfle au bout d'une-demi heure. 
- Mais... c'est pas une raison pour le jeter!
- Papa, ce matelas a douze ans, le plastique n'est plus hermétique, quel intérêt de garder un matelas qu'on ne peut plus gonfler?
- Tu peux faire plein de trucs! Tu peux.... découper des morceaux de caoutchouc dedans au fur et à mesure et t'en servir pour faire du bricolage pendant vingt-six ans!
- Je suis d'accord!
- Tu vois? Mamie est d'accord avec moi!
- Et là! Que vois-je? Un stock de napperons en dentelle comme neufs! Charlotte, il faut que tu les gardes! Sinon, sur quoi tu vas poser tes bibelots en céramique et tes anges en porcelaine?


(Okay, donc vous ne m'aidez pas DU TOUT, les gars.)

Bref, c'est pas à ce rythme qu'on va pouvoir commencer la peinture, donc souhaite-moi bonne chance et surtout, souhaite-moi d'accoucher à terme, parce que ça commence à sentir le ric-rac niveau délais.

A bientôt pour de nouvelles aventures au pays du choix des prénoms (ça va être folklo, c'est moi qui te le dis.)

lundi 18 mars 2019

BOUM BÉBÉ ! Quatrième mois


Le quatrième mois, c'est celui où j'ai annoncé ma grossesse à mes élèves et à mes employeurs.

Ce qui a donné lieu à moults félicitations, moults "Bon courage dis donc" et autres "Tu verras, ça change la vie!"

(Moi qui pensais que je pourrais continuer à glander devant Skyrim tous les soirs.)

(#arnaque)

J'ai aussi eu droit aux désormais habituelles questions sur les jumeaux (vrais ou faux, filles ou garçons), et absolument tout le monde m'a demandé :

- Alors, ils viennent d'où, ces jumeaux?

(Mais Jean-Mi, t'as fait la sieste pendant les cours de science de la matière, ou comment ça se passe?)

- Alors en fait, quand un papa et une maman s'aiment très très fort, ils se font un gros câlin, et...
- Non mais je veux dire, y'a des jumeaux de quel côté de la famille?

Eh ben écoute Bertille, tu peux me croire que j'ai cherché avidement la réponse à cette question, et en fait, de nulle part.

Je savais déjà qu'il n'y avait pas de jumeaux de mon côté, du coup, je me suis naturellement dit que ça venait du côté de Flaxou.

(Ou, pour utiliser mes mots exacts : SALE ENFOIRÉ, TOUT CA C'EST DE TA FAUTE, CA SUFFIT PAS QUE TOUS LES MÔMES DANS TA FAMILLE FASSENT CINQ KILOS A LA NAISSANCE, MAINTENANT IL FAUT QUE JE SORTE DEUX TÊTES DE PASTÈQUES EN MÊME TEMPS??!)

Sauf qu'en fait non, c'était pas la faute de Fla, j'ai fait toute la généalogie de sa famille avec sa grand-mère, et rien.

Donc je m'étais dit que voilà, on avait simplement gagné le gros lot de la fertilité, quand un beau jour, Flaxou me balance:

- Eh ! Je sais pourquoi on a des jumeaux!
- Comment ça?
- Tu te rappelles nos vacances à Chypre, en septembre?
- Oui.
- On est d'accord que tu es tombée enceinte quelques semaines après qu'on soit rentrés?
- On est d'accord.
- Tu te rappelles de cette source qu'on est allés visiter?
- La source d'Aphrodite?
- T'avais pas lu dans le guide que c'était un lieu antique où les femmes allaient prier?
- Si, c'était soi-disant une source où Aphrodite prenait ses bains, et l'eau de la source était censée redonner la fertili...
- AHA !
- Fla...
- C'EST LE POUVOIR D'APHRODITE QUI EST EN TOI !
- Fla...
- ON EST BÉNIS DES DIEUX, CHA ! DES DIEUX !!

Et, autant la cartésienne en moi ne croit pas une minute que la source dans laquelle j'ai trempé mes mains deux secondes aie quoi que ce soit à voir avec le schmilblick, autant la drama queen en moi ne peut pas laisser passer une histoire aussi cool, donc SUCK IT JE SUIS BÉNIE PAR APHRODITE ET ELLE ME KIFFE TELLEMENT QU'ELLE M'A MIS UNE DOUBLE RATION DE PROGESTÉRONE, t'es jaloux ou pas encore?

Donc, maintenant, quand les gens me demandent si y'a des jumeaux dans ma famille, je réponds "Non, ça c'est parce que j'ai prié Aphrodite", et laisse-moi te dire que les têtes que j'obtiens en réaction valent leur pensant d'or.

(En vrai, j'ai appris plus tard que c'est les jumeaux dizygotes (aussi appelés "faux jumeaux") qui sont héréditaires. Les jumeaux monozygotes sont juste des aberrations de la nature des jolis petits clones-surprise.)

Mais, autant ça ne me dérange pas d'entendre les mêmes questions en boucle, autant EST-CE QUE TOUT LE MONDE POURRAIT S’ARRÊTER DE ME PARLER DE BÉBÉS MORTS, S'IL VOUS PLEASE?

- Oh, des jumeaux! C'est trop chouette! Mes frères aînés sont jumeaux!
- Ah, cool!
- Et avant ça, ma mère a eu des jumelles, aussi. Bon, elles sont toutes les deux mortes à la naissance....


(Mais FALLAIT T’ARRÊTER AUX FRANGINS, JEAN-MI !)

- Ah, des jumeaux, c'est génial! Moi j'étais censé avoir un frère jumeau, mais il est mort dans le ventre de ma mère. Elle l'a su le jour où elle a accouché seulement. Enfin je dis pas ça pour te faire peur, hein...


(EH BEN C'EST RATÉ JEAN-CHARLES)

- Oh, des jumeaux, trop mignon! Ma tante était enceinte de jumelles...
- Mais...
- ... mais elle a fait une fausse couche à quatre mois de grossesse et elle a perdu les deux.


(MAIS C'EST GÉNIAL MURIEL DIS DONC.)

Donc, au cas où vous auriez pas compris, je récapitule les faits :

1) Je suis enceinte de jumeaux.
2) C'est ma première grossesse.
3) Personne dans mon entourage (à part ma marraine) n'a vécu de grossesse gémellaire.

DONC EST-CE QUE C'EST TROP DEMANDER QUE DE GARDER POUR VOUS VOS HISTOIRES DE FAUSSES COUCHES ET DE TRANSFUSEURS-TRANSFUSÉS?

D'ailleurs, vous savez quoi? Vous pouvez garder TOUTES vos histoires de grossesse gémellaire pour vous.

Parce que, même quand ça se finit avec deux bébés vivants, y'a quand même du potentiel légèrement anxiogène, en mode :

- Ma belle-soeur a eu des jumeaux, elle était alitée pendant cinq mois!

- Ma cousine a eu des jumelles, elle a fait du diabète gestationnel, elle pouvait manger que des biscottes pendant huit mois!

- Ma meilleure amie a eu des jumeaux, elle a pris trente-deux kilos!

- Ma cousine a eu des jumeaux, sa grossesse s'est super bien passée!
- Ouf!
- ... Mais ensuite elle a eu des contractions à trente-deux semaines, et elle a dû accoucher en urgence de deux grands prématurés qui sont restés trois mois à l'hôpital.


(Mais putain mais APPRENEZ A ARRÊTER VOS ANECDOTES A TEMPS!)

Donc maintenant, j'écoute plus les histoires de seconde main, seulement les témoignages de parents de jumeaux, parce qu'ils sont vachement plus rassurants et passent leur temps à dédramatiser la chose (probablement qu'on leur a aussi fait le coup des milles anecdotes de bébés morts).

Le quatrième mois, c'est aussi celui où j'ai commencé à avoir des carences sévères, rapport aux deux parasites dans mon bide qui apparemment trouvent ça kiffant de me pomper toutes mes ressources vitales.

(Vous êtes au courant que vous avez besoin de moi vivante, au final?)

(Non parce que je trouve que vous pensez pas trop "big picture", personnellement.)

Et ces carences se sont manifestées de la manière la plus chiante qui soit, c'est-à-dire par des PUTAINS DE CRAMPES PUISSANCE MILLE qui venaient me faucher du sommeil en plein milieu de la nuit.

Au passage, merci les enfants d'avoir fait flipper votre père comme pas permis (on dirait que votre mission dans la vie c'est de nous tuer tous les deux) parce qu'il a un peu paniqué la première fois qu'il a été réveillé par mon cri de douleur à quatre heures du matin :

- Qu'est-ce qui se passe? Cha? Qu'est-ce qu'il y a?
- AAAAH ! UNE CRAMPE ! AAAAH!
- Une crampe? Attends! Je t'amène à l'hôpital! Non! J'appelle une ambulance! Une crampe comment? Comme une contraction? Dans quelle partie du ventre?
- AAAAH ! DANS MON MOLLET !


("Et c'est pour ça que tu me réveilles?")

J'en ai parlé au docteur qui m'a dit que c'était une carence en magnésium, et il m'a donné des compléments alimentaires à prendre tous les jours en plus des autres.

Donc, pour ceux qui suivent, c'est maintenant quatre pilules par jour que je m'enfile : du fer, de la vitamine C, de l'acide folique, et du magnésium. Il me manque juste le calcium et le potassium, et je ne serai plus qu'une grande bouteille de Rozana.


(#neverforget le meilleur compte de l'histoire de Twitter)

Le quatrième mois, c'est enfin celui où mon ventre a commencé à devenir un peu gênant.

(Je dis "un peu" parce que je pense que je vais relire cet article en mai-juin et pleurer ma race.)

Ça a commencé doucement, quand je me suis rendue compte que je commençais à avoir du mal à me baisser, ou que, pour me lever du lit le matin, je devais d'abord basculer sur le côté.

Et puis, un beau jour, je suis allée prendre ma douche, et je ne voyais plus mes pieds.

(Comme ça, d'un coup, sans prévenir!)

Mon ventre grossissait tellement vite que je commençais même à me demander si c'était bien normal tout ça, mais heureusement, mon docteur était là pour me rassurer :

- Oh oui, vous êtes tout à fait dans la moyenne.
- Ouf!
-Vous savez, les trois premiers mois, les bébés ont beaucoup de travail : ils font pousser leurs os, leur cartilage, des muscles, un système nerveux, des organes fonctionnels... tout ça prend énormément d'énergie. Mais maintenant que le gros du travail est fait, ils peuvent utiliser toute l'énergie que vous leur donnez pour grandir et grossir.
- Ah, c'est pour ça que mon ventre grossit plus vite!
- Ben oui, rendez-vous compte : on est à la fin du quatrième mois, c'est à peu près le milieu de la grossesse pour vous. En quatre mois, vos bébés ont pris 20 centimètres et 350 grammes chacun. Dans les quatre mois qui suivent, ils vont prendre 30 centimètres, et un peu plus de deux kilos!
- Ça.... ça fait une moyenne de... un kilo par mois?
- Ha ha ! Pour les bébés, oui ! Pour vous, évidemment, ça sera beaucoup plus !

OKAY DONC JE NE SUIS PAS RASSURÉE DU TOUT, EN FAIT.

C'est-à-dire que j'avais compris, sur le plan abstrait, que j'allais prendre plein de poids durant cette grossesse, mais j'avais pas compris que j'allais prendre TOUT LE POIDS A LA FIN, en fait.

Parce que, quand on te dit "tu vas prendre 20 kilos en 9 mois", tu te dis "bon, c'est gérable".

Mais quand on te dit "tu vas prendre 17 kilos en 4 mois", d'un seul coup, ça devient un peu plus flippant, je trouve.

Du coup, quand on me demande comment se passe ma grossesse, je ne dis pas "oh, j'ai un peu du mal à dormir des fois". Je ne dis pas "j'ai parfois des petites brûlures d'estomac". Je ne dis pas "je commence à avoir du mal à lacer mes chaussures."

Non, à la place, je réponds systématiquement "tout se passe merveilleusement bien", parce que, pour tout te dire, j'ai un peu peur que, dans quelques mois, je douille tellement que la moi du futur trouve un moyen de traverser l'espace-temps pour venir baffer la moi du présent parce qu'elle n'a pas assez profité du bonheur simple de pouvoir encore dormir sur le dos, mettre ses chaussettes toute seule, ou marcher sans basculer en avant tel un Culbuto.

Sur ce, je te laisse, ça fait bientôt une heure que j'ai pas mangé, donc toi-même tu sais que c'est le moment d'un casse-croûte.

(Priez pour moi.)

dimanche 10 mars 2019

La salle 3 et sa télé maudite : un conte technologique


Est-ce que tu te rappelles de l'époque du collège/lycée ?

Quand, des fois, en cours de langues, le prof ramenait une vidéo à montrer à la classe, et tout le monde était super content - déjà parce qu'on allait regarder la télé, mais en plus parce qu'on savait qu'on allait déjà perdre une-demi heure de cours pendant que le prof bataillait avec la technologie la moins avancée du monde, j'ai nommé une télé cathodique et un magnéto:

- Rha, mais pourquoi ça marche pas?
- C'est parce qu'il faut mettre la télé sur AV1, monsieur.
- Mais je SUIS sur AV1 !
- Vous avez appuyé sur le bouton avec la télé et la flèche?
- Non, pourquoi?


Eh ben laisse-moi te dire qu'on était tous des sales petits cons.

Parce que désormais, je suis moi-même prof d'anglais.

Et je peux te dire que c'est pas de notre faute, okay? C'est l'équipement des salles qui est hanté.

Du moins, c'est la seule explication que j'aie trouvée pour rationaliser les faits suivants :

1) A la maison, tout marche nickel.
2) Quand je répète l'opération en salle de cours, tout foire.

J'en veux pour preuve mes récents déboires informatiques en salle 3 (qui est en fait une salle de réunion, mais qui fait aussi office de salle de cours, puisque que je donne des cours en entreprise et pas dans des écoles).

L'entreprise pour laquelle je travaille s'est récemment fendue de nouvelles télés high-tech qu'on peut connecter directement à un PC, sans même utiliser de câble, par la magie du cloud j'imagine (c'est les temps modernes, y'a toujours une histoire de cloud quelque part).

Et donc j'ai testé cette fonctionnalité un petit matin en utilisant mon PC perso, et tout marchait du tonnerre de dieu, c'était une merveille. Juste un petit clic à faire, et boum ! Mon écran était dupliqué sur la télé, image HD, son cristallin, le rêve.

Deux heures plus tard, j'ai voulu montrer une vidéo à mes élèves, et PLUS RIEN NE FONCTIONNAIT. 

Plus d'image, plus de son, niet, nada, j'ai dû leur montrer la vidéo sur mon écran de quatre pouces et demi alors qu'on avait une télé de trois mètres de long JUSTE A COTÉ, paye ton seum.

Du coup, j'en ai parlé à l'entreprise, qui m'a dit :

- Ah, il faut qu'on voie ça avec notre service informatique, mais c'est un peu compliqué parce qu'on n'a personne sur place, juste une hotline basée au Pakistan, enfin bref on va se renseigner dans dix à vingt jours ouvrables.

Mais, comme je suis une meuf débrouillarde, je me suis dit "Qu'à cela ne tienne, au prochain cours, je ramènerai mon câble HDMI de la maison, et on se fera une petite connexion à l'ancienne."

La semaine suivante, j'arrive en salle 3, fraîche et pimpante, mon câble HDMI à la main.


Et.... y'avait pas de port sur la télé.

Je te jure, un monolithe de plastique sans aucune aspérité.

Donc il faut m'imaginer, mon câble dans une main, l'autre main en train de caresser les contours de l'écran en cherchant la moindre aspérité, le moindre recoin qui indiquerait un port quelconque, mais rien! Rien que du plastique désespérément lisse sur toute la surface de huit kilomètres carrés de cette télé ridiculement gigantesque.


(Moi en train de chercher le port HMDI de la télé : une illustration réaliste)

J'ai fini par me dire (au bout de dix minutes) que le port HDMI devait être situé DERRIÈRE la télé, sauf que, BIEN EVIDEMMENT, cette dernière était fixée au mur.

Et laisse-moi te dire que je remercie le ciel d'avoir des tout petits bras d'enfant, parce que j'étais probablement la seule personne au monde capable d'atteindre le centre de cette télé.

Et, enfin, au bout de dix pénibles minutes à tâtonner à l'aveugle, coincée entre le mur et la télé, j'ai senti un truc qui ressemblait à un port !


Sauf qu'une fois le port identifié, il fallait le brancher, et 1) est-ce que t'as déjà essayé de brancher un câble à l'aveuglette? et 2) est-ce que t'as déjà essayé de brancher un câble HDMI à l'aveuglette dans un coin où il y a deux ports USB et un port HDMI situés côte à côte?

Bref, tu peux imaginer le temps que ça m'a mis, entre le moment où je me suis rendue compte que ça faisait dix minutes que j'essayais de brancher mon HDMI dans un port USB, et le moment où je me suis rendue compte que j'avais le bon port, mais que c'était mon câble qui était à l'envers.


Mais, au bout d'un nombre interminable de minutes, j'ai ENFIN réussi à faire mon branchement !

Triomphalement, je me suis tournée vers mon PC pour le brancher, et....

J'ai réalisé juste à ce moment-là que mon PC n'avait pas de port HDMI.


(En fait, il a un port micro HDMI, donc il me fallait un adaptateur pour brancher mon câble sur le PC, adaptateur qui était à la maison, BIEN EVIDEMMENT.)

J'étais tellement dég à l'idée de devoir re-farfouiller derrière la télé pendant quinze minutes la semaine suivante que j'ai carrément laissé mon câble pendouiller de la télé, voilà, fuck it, il est à vous les gars, c'est le câble de la salle 3 maintenant, n'y touchez pas, de rien.

Et, pour couronner la semaine de mon incompétence, j'ai reçu un appel de ma mère quelques jours plus tard (qui travaille avec cette entreprise également) :

- Charlotte? Je suis en salle 3 avec des élèves, on essaye de faire marcher une vidéo. Tu te rappelles comme la connexion ne marchait pas ? Eh bien, y'a du nouveau! Quelqu'un a installé un câble HDMI!
- Oui, c'est moi en fait.
- Ah bon? Donc t'es au courant que l'image marche, mais pas le son?
- QUOI??
- Oui, donc je me disais, je vais te prévenir, pour que tu puisses emmener tes hauts-parleurs la prochaine fois que tu veux visionner une vidéo en cours.
- OK, merci du conseil.
- Et sinon, toi, ça va? Comment vont les bébés?
- T'es pas en cours?
- Ah, si, attends! Students! Say hello to Charlotte and the babies!


(C'est pas ce que je voulais dire, mais okay.)

Et donc, la semaine suivante, je me suis ramenée en salle 3 avec mon attirail complet : le PC, mon adaptateur, un haut-parleur Bluetooth, un câble jack au cas où y'aurait des problèmes avec le Bluetooth, et même un câble HDMI en rab au cas où une âme mal intentionnée aurait chouré le mien.

Et, juste quand j'étais sur le point de commencer mon installation :

- Toc, toc ! Salut Charlotte, déjà là?
- Oui, mon cours est seulement dans une-demi heure, mais je suis venue en avance pour tester ma vidéo.
- Ah, ben ça tombe bien, je venais te dire que c'est bon, on a réparé la connexion sans fil! En fait, il suffisait d'appuyer sur un petit bouton reset pour tout remettre en ordre! C'est marrant, non?


(OUAIS C'EST TROP MARRANT OUAIS.)

Bref, j'espère que cette petite mésaventure t'auras amusée autant qu'elle m'a mortifiée, et je souhaiterais faire passer ce message de santé publique : arrêter de vous moquer des profs qui ne savent pas utiliser la technologie, c'est pas leur faute, ils sont maudits.

(Sauf ma prof d'allemand du lycée - mais elle, c'est parce qu'elle était née avant l'invention de l’électricité, donc on lui pardonne.)

(Big up à vous, madame F.)

(J'ai a-do-ré vos cours de traduction littéraire sur des textes de 1920 qui parlaient de gens qui chassaient le chevreuil, et d'autres gens qui allaient au sanatorium.)

(Vraiment, c'était super, ça m'a tellement servi pour quand je vais faire les courses au DM et que je veux demander "où est le shampooing", sauf que je sais pas le mot pour "shampooing" parce qu'évidemment, dans les années mille dont vous étiez issue, ça n'existait pas.)

(C'est finalement grâce aux paroles de chanson de Rammstein que j'ai passé mon Bac LV2, donc vraiment, tip top job, posez-vous surtout pas de questions quand un groupe de metal industriel fait un meilleur boulot que vous.)

(Bisous.)