samedi 7 août 2021

3615 ronrons


Et donc on a une nouvelle venue dans la famille.

Non, calme-toi Marie-Jo, je n'ai pas fait un autre enfant. D'ailleurs, bizarrement, j'ai très peu de pression de ce côté-là:

- Han ça ma saoule quand je me prends des réflexions genre "et c'est pour quand le petit frère"?
- Grave! Moi aussi on me le dit tout le temps, mais mêlez-vous de vos culs!
- Ah? C'est bizarre, moi, on me le dit jamais. Vous pensez que c'est parce que j'en ai déjà deux?
- Ben.....
- AAAAAAAAH ! MAMAAAAAAN! GUS-GUS A TAPÉÉÉÉÉÉE !
- MAMAAAAN ! SAMMY A POUSSÉÉÉÉÉ !
- SAMMY POUSSE PARCE QUE GUS-GUS TAPE!
- MOI JE TE TAPE!
- MOI AUSSI TE TAPE!
- TAPE!
- TAPE!
- AAAAAAAAAH! MAMAAAAAAN ! 
- AAAAAAAAAAH!
- AAAAAAAAAAAAAAAAH!
- ..... Je crois que dans ton cas, même un, ça aurait déjà été de trop.

(Note à toutes les mamans qui subissent une pression externe pour refaire des mômes : en fait, la solution, c'est simplement de produire un monstre la première fois.)

(Abonnez-vous et suivez ma chaîne pour plus de conseils parenting.)

Donc non, merci, fermeture définitive des ovaires, si Professeur Flaxou veut produire d'autres clones, il va falloir qu'il prenne sur lui et qu'il les fasse tout seul cette fois-ci.

Non, quand je te parle d'une nouvelle venue dans la famille, je parle de MON CHAT.

Car oui, ça y est, après des années d'attente, J'AI ENFIN MON PETIT CHATON!

Petite piqûre de rappel pour ceux qui n'ont pas suivi ce blog de près lors des dix dernières années (comment osez-vous?) : j'ai toujours beaucoup, beaucoup aimé les chats.

Quand j'étais petite, j'ai eu trois chats à la suite : le premier est resté trois semaines, le second trois mois, le troisième seize ans (on est donc sur un moyenne pas trop mal).

Et j'ai adoré ce chat, Frimousse, je l'ai aimé de tout mon coeur et chéri comme la prunelle de mes yeux, malgré le fait que c'était un bon petit bâtard misanthrope qui voulait juste qu'on lui foute la paix et griffait dès qu'on voulait le caresser.


(Ma vie avec Frimousse, une illustration)

Bref, Frimousse est mort depuis bien longtemps déjà, et entre-temps, je suis partie en Nouvelle-Zélande où il était hors de question qu'on prenne un animal de compagnie, parce qu'on bossait tous les deux 45 heures par semaine et en plus qu'on louait un appart interdit aux animaux. 

(Et comme de toute façon, on ne savait pas si on allait rester, on ne voulait pas prendre le risque d'adopter un chat ou un chien, puis de devoir s'en séparer pour rentrer en France.) (Ou de payer un rein pour le foutre dans l'avion et le traumatiser à vie avec 30h de vol.)

Ensuite on est rentrés au bercail, on s'est installés, et je me suis dit que le temps était venu.

Mais c'était sans compter sur Professeur Flaxou le sans-coeur et sa maladie imaginaire:

- Les chats c'est de la merde.
- Mais je m'en occuperai, t'auras rien à faire!
- Et mes allergies, alors? 
- Mais est-ce que tu es bien sûr que tu es allergique aux chats?
- Evidemment! Dès que je vais chez mon frère, je me mets à éternuer!
- Alors dans ce cas, tu veux bien aller chez un allergologue et faire un test?
- .... non.


(On est d'accord que ça sentait la couille dans le potage?)

Finalement, je l'ai tellement tanné pendant des mois qu'il y est quand même allé, et là, le verdict tombe: Professeur Flaxou n'est MÊME PAS UN TOUT PETIT PEU ALLERGIQUE. 

NI AUX CHATS, NI AUX CHIENS, NI A AUCUNE AUTRE BÊTE POILUE.


(Toute une vie basée sur des mensonges!)

(Tous ces animaux que j'aurais pu avoir!)

Donc j'étais chaude comme la braise, déjà le GPS en main en train de chercher la SPA la plus proche, quand Flaxou m'a donné le coup de grâce (ou plutôt le coup de teub) et m'a foutue en cloque... AVEC DES JUMEAUX.

Donc forcément, j'ai mis de côté toutes velléités animalières pendant ma grossesse (toxoplasmose TMTC) et, une fois les bébés nés, je t'avouerais que j'étais un peu trop occupée à essayer de pas devenir zinzin pour me soucier d'ENCORE un être vivant.

Je m'étais donc résignée à attendre encore quelques années (genre, que les enfants aient 6-7 ans et qu'ils fassent eux-mêmes la demande d'un animal de compagnie) quand BOUM ! Un chaton est tombé du ciel, tout droit dans ma baraque (et mon coeur).

Et d’où vient-il, ce petit chat ? De chez mon père, et c’est une drôle d’histoire.

Flash-back : il y a deux ans, le chat de mon père est mort après dix-neuf ans (tout de même !) de services ni bons ni loyaux (car c’était un chat). J’ai demandé à mon père et ma belle-mère s’ils comptaient en reprendre un, et ils ont répondu :

- Non, maintenant qu’on est tous les deux à la retraite, on voudrait voyager, et c’est compliqué de toujours devoir penser à faire garder le chat… Non, c’est fini pour nous, les animaux de compagnie.

L’année d’après, cloués à la maison par le premier confinement, ils se sont mis à jardiner pour s’occuper ; problème, le jardin a vite été envahi de mulots.

(Mais quand je dis « envahis », c’était un gruyère suisse, le machin.)

(On ne pouvait pas faire trois pas dans l’herbe sans se péter la cheville dans un trou.)

Ma belle-mère a acheté du poison, ça n’a pas marché. Elle a acheté des pièges, ça n’a pas marché. Elle est retournée acheter un autre poison, et le vendeur lui a dit :

- Vous savez, vous pouvez continuer à venir, moi je vous vends tout le poison que vous voulez, mais honnêtement, prenez un chat, ça vous reviendra moins cher.

Une semaine plus tard, elle reçoit un coup de fil d’un ami qui venait d’avoir une portée de chatons. Elle a vu ça comme le destin, et elle a ramené un joli petit chaton tout noir, qu’ils ont appelé Riesling.


(Je persiste que « Pinot » aurait été plus juste, vu sa couleur, mais bon.)

Les mois passent, Noël arrive, et tout le monde commence à s’empâter, même le chat. Ça fait bien rire la famille (notamment parce qu’on soupçonne ma mamie de lui avoir filé tout le foie gras qu’on n’a pas fini au réveillon). Puis l’hiver continue, et on se met à remarquer un truc :

- Papa ? C’est bien un mâle, ton chat ?
- Oui oui.
- Tu trouves pas que c’est bizarre qu’il prenne du poids juste au niveau du bide ?
- …. Si.

Tu l'as compris, ce chat n’était pas du tout un mâle (heureusement que « Riesling » c’est gender neutral) et, le mois d’après, naissaient deux jolis chatons noirs et blancs.


Là, c’était à mon tour de voir des signes du destin :

- Vous allez les garder ?
- Non non, un chat, c’est bien suffisant. On va demander autour de nous s’il y a des intér….
- MOI ! MOI J’EN PRENDS UN ! MOI ! MOIIIIIII !

Et c’est comme ça que Gimli est arrivée dans nos vies.


(Pourquoi Gimli ? Parce qu'elle adore les haches.)

Alors, je dis que c’est « mon » chat, mais c’est un peu incorrect : autant elle m’a prise en affection et se sent clairement à l’aise en ma compagnie (vu qu’elle passe ses soirées couchées sur mes genoux en train de ronronner), autant, pour elle, sa maison, ça reste la maison de mon père.

(On lui ouvre la porte le matin, elle file voir sa mère, et elle reste squatter là-bas jusqu’au soir.)

(Donc mon pauvre papa, qui ne voulait plus de chat, se retrouve avec deux chats.)

(Sauf qu’il y en a un que je nourris, soigne, amène chez le véto et dont j’entretiens la litière.)

(On est d’accord que je me suis faite enfler, dans cette affaire ?)


Malgré tout, je suis ravie d’avoir enfin mon petit chat, et les enfants sont tout aussi ravis que moi :

- Bonjour mes amours ! Vous avez bien dormi ?
- Maman, j’veux sortir ! Sortir du lit !
- Oui, tout de suite. Bonjour, trésor ! Mwah !
- Non, pas bisou ! Pas bisou, maman ! Pose-moi !
- Oh, bon, d’accord….
- Mmmmmaaaaa !
- GIMLI ! C’EST GIMLI ! BONJOUR GIMLI ! CA VA GIMLI ? COUCOU MA BELLE ! FAIS CALIN ! CALIIIIIIN !


(Je me sens mal-aimée)

Gimli, c’est tout à son honneur, est d’ailleurs un chat absolument adorable avec les petits, et se laisse caresser brutalement, tirer les poils et hurler dans les oreilles avec une bravoure stoïque qui force le respect.

(Et, quand elle en a marre, elle se secoue, lèche la main la plus proche, et profite de la diversion pour s’en aller rapido pendant que le gamin affligé vient me voir en criant « GIMLI M’A CROQUEEEEEEEE ».) 

Seul Flaxou le sans-cœur reste immunisé aux charmes de Gimli, et ça, il me l’a bien fait comprendre quand on l’a accueilli chez nous :

- Moi je m’en occupe pas, de ce connard de chat. Je le caresse pas, je le nourris pas, je le fais ni rentrer ni sortir, je touche pas à sa litière qui pue, je veux même pas regarder sa conne de tête de con de chat.
- Mmmmmrou ?
- Ta gueule.

Et devine un peu.

DEVINE UN PEU.

Qui, dans ce foyer de quatre personnes, est-ce que le chat a le plus pris en affection ?

a) L’enfant qui lui parle gentiment, la suit partout, et lui demande constamment de venir sur ses genoux pour lui faire des câlins ?

b) L’enfant qui lui fait inlassablement traîner des ficelles dans l’herbe pour la faire jouer, la caresse (presque toujours) délicatement, et lui distribue ses croquettes ?

c) La personne qui l’a accueillie chez soi, l’a faite pucer et vacciner, lui donne son vermifuge et ses probiotiques, change sa litière, achète sa bouffe, l’accueille tous les matins avec une soucoupe de lait, lui achète des friandises spéciales pour chat de bourges, lui prodigue des papouilles infinies, et l’aime de tout son cœur ?

d) Le gars qui la déteste ?


EXACTEMENT !

Et donc, tous les soirs, j’amène le chat au salon pour lui faire des câlins devant la télé, et au bout de cinq minutes, elle se barre, et j’entends dans le bureau voisin :

- Gimli, putain ! Va chez Cha, elle t’aime, elle !

Pendant que ledit chat se frotte en ronronnant aux jambes de Flaxou, lui saute dans les bras, et vient amoureusement frotter sa petite frimousse contre son visage.


(Trahison, disgrâce.)

Et chez toi, lecteur/lectrice ? Est-ce que l’amour des animaux de compagnie est aussi réparti de façon cruellement injuste ?

(Lâche tes commmmzzz)

PS : Bonus pattounes: 

dimanche 6 juin 2021

Tranche de vie : la cacastrophe


AVERTISSEMENT : L'anecdote que j'ai à vous conter aujourd'hui n'est pas pour les âmes sensibles.

(Phobiques du caca ou - plus généralement - personnes sans enfants, sachez-le, en poursuivant la lecture de cet article, vous risquez de souffrir.)

Et donc, un beau soir, j'étais seule avec mes enfants.

Professeur Flaxou m'avait envoyé son petit texto Waze qui disait "je suis en chemin, je rentre du boulot, promis je passe pas exprès par des chemins détournés pour que tu mettes les gamins au lit sans moi", et son heure d'arrivée indiquait 19h02.

J'étais allée chercher les enfants à la crèche à 18h, je leur avais donné leur repas, et ils en avaient foutu partout comme d'hab ce sont des enfants mi-porcinets mi-démons ça s'était plutôt bien passé.

Et, enhardie par ce repas quasi-idyllique (juste trois gobelets d'eau renversés sur la tartine de fromage, juge par toi-même), je me dis dans ma grande naïveté :

- Allez, Flaxou arrive dans cinq minutes, je vais démarrer le bain sans lui. Après tout, c'est que cinq minutes, ça devrait pas être bien dur à gérer!


(Un jour, je remonterai le temps juste pour aller me donner des baffes.)

Je fais couler le bain, j'attrape Samuel, je le mets tout nu, et je lui dis:

- On va prendre le bain! Va m'attendre à la salle de bains pendant que je déshabille ton frère.

Je place l'autre gamin sur la table à langer de la cuisine et commence à le déshabiller, et là, j'entends Samuel m'appeler de la salle de bains. 

Mon dialogue interne:

- Putain mais il fait chier ce môme, c'est bon tu peux gérer être seul pendant deux secondes ou il faut que je rattache ton cordon?

Mon dialogue externe:

- J'arrive, mon petit trésor! Maman sera là dans une minute avec ton frère! Sois un petit grille-pain bien courageux, d'accord?

(La faux-culserie de tous les instants qu'on a avec nos gamins, quand même.)

J'arrive dans la salle de bains, un Gus-Gus cul-nu sur les talons, et là, je vois Samuel paniqué, en train de me pointer du doigt un ÉNORME CACA qui trône sur le carrelage – caca dans lequel il avait BIEN EVIDEMMENT allègrement marché et qu'il était en train de piétiner dans tous les coins de la salle de bains.


(A ce stade de l'histoire, je devrais également te préciser, cher lecteur, que mes enfants ont une chose préférée dans la vie, et ce sont les fruits. A eux deux, en une journée, ils se boulottent deux bananes, quatre kiwis, deux poires et une grappe de raisins.)

(Je te dis juste ça pour que tu comprennes bien à quel genre de caca mou on avait affaire.)

(Ces mômes n'ont jamais fait une crotte solide de leur vie, que ce soit clair.)


(Oui, désolée encore aux sans-enfants qui liraient ces lignes, je sais que c'est dégueu.)

Moi, en panique totale, je récupère l'enfant couvert de caca à bout de bras. Je me dis que je vais le plonger dans la baignoire remplie d'eau tiède, et tant pis pour dame Nature, on fera couler un autre bain, MAIS c'est sans compter sur Gus-Gus, dont le naturel curieux n'est plus à démontrer, et qui est en train de s'approcher dangereusement de la scène du crime en pépiant "Oooooh! Caca?" et en TENDANT LES MAINS.


(On ne m'y reprendra plus à faire des mômes avec un scientifique.)

Du coup, je tourne les talons avec mon gamin crotté dans les bras, ordonne à l'autre asticot de me suivre immédiatement, et c'est direction la cuisine. 

(En semant des petites miettes de crotte sur le chemin, un peu comme le Petit Poucet le plus crado du monde.)

J'hésite un moment à mettre Sammy le cacateux debout dans l'évier et à lui laver le derche au robinet, mais l'évier est plein de vaisselle, donc je me rabats sur la table à langer, qui n'est évidemment pas la solution idéale vu que je ne peux même pas installer le gosse sur le dos (qu'il a maculé de merde, tout comme l'arrière de ses cuisses, tout comme l'arrière de ses genoux, tout comme ses chevilles et ses deux pieds).

Du coup, je plaque le gamin sur la table à langer, et je suis obligée de lui faire une quasi-clef de bras pour le maintenir un peu tranquille le temps d'essuyer à la hâte le bas de son corps avec des cotons.

Pour te donner une idée de la bande-son, tu peux t'imaginer Samuel en train de hurler de panique, et son frère en train de crier à tue-tête "MAMAN, CACA! MAMAN, CACA!"

Moi, essayant tant bien que mal de calmer le jeu, je tente de crier d'une voix douce (ce qui n'est pas un oxymore quand on est parent) :

- Oui, mon coeur, je sais, ton frère a fait caca par terre, mais n'aie pas peur, tout va bien! Maman va nettoyer tout ça et on va retourner au bain!

Je finis de nettoyer approximativement Samuel, le prends dans les bras pour le calmer, et je me tourne vers son frère.

ET LA.

JE VOIS AUGUSTE. DEBOUT. TOUT NU DANS LA CUISINE. 

A COTE D'UN DEUXIÈME CACA.


(Ah, qu'elle est belle, cette complicité gémellaire.)

Ni une, ni deux, j'attrape le reste des cotons et essuie promptement les fesses de Gus-Gus (qui avait au moins eu la bienveillance de ne pas marcher dans sa merde) et je chope un rouleau de sopalin pour nettoyer le plus gros du tas par terre avant qu'ils ne courent à travers.

Pendant ce temps, mes enfants demeurent évidemment très sages:


(Pareil, mais à poil.)

Et là.

C'est le moment où Professeur Flaxou rentre du boulot.

Petit changement de perspective : tu es Professeur Flaxou, mon époux bien-aimé.

Tu as quitté la maison aux aurores, tu as passé une longue journée au boulot suivie d'une heure de trajet dans la circulation dense de l'Alsace du Sud en fin d'aprem, et tu n'as qu'une envie, c'est de retrouver enfin ta maison, tes enfants chéris, ta femme adorée, de leur faire un gros câlin à tous, et de te relaxer avec une bière bien fraîche.

Et là, tu entres chez toi, et tu es accueilli par deux gamins en pleurs, entièrement nus. 

Le sol de l'entrée est maculé de petites crottes. 

Suivant les crottes, tu arrives dans la cuisine, et tu trouves ta femme à genoux par terre, littéralement les mains dans la merde, qui te crie NE LES LAISSE PAS ENTRER DANS LA SALLE DE BAINS!

Tu jettes un oeil à la salle de bains, et, par la porte restée grande ouverte, tu vois :

1) Une baignoire limpide et pleine d'eau pure.
2) Une tache de merde de la taille du Texas.


(Meilleur accueil du monde.)


Épilogue: le lendemain:

- Fla, tu peux m'aider à décharger les courses?
- Oui, bien sûr. C'est quoi, ces boîtes?
- Des POTS DE CHAMBRE!

(Bon, pour le moment, ils servent de siège de lecture.)

(Mais au moins, on les a.)

lundi 24 mai 2021

3615 pipelettes


(Team "Je m'endors en lisant", pas de doute, ce sont bien mes enfants)

Et donc mes enfants parlent.

Ils ont passé des mois à dire uniquement quelques mots-clefs (papa, maman, gâteau, mamie, bobo, caca, oui, non), et les mots de plus d'une syllabe, ils les prononçaient comme des culs:

- C'est quoi ça, les enfants? C'est la moto de papy!
- Batoooo!
- Non, pas "bato"! Moto!
- Batooooooo!
- MO ! MO-TO! Avec un MMMMM, comme dans MMMMMAMAN!
- MMMMMMAMAN!
- Super! Maintenant, regarde ma bouche, et répète après moi. MOOOOO - TOOOOO.
- BAAAAAA - TOOOOOOO!


Et donc, après des mois de plafonnage, on les a à la maison trois semaines, et là, d'un coup, c'est le déclic.

Un matin, ils se réveillent, et ils utilisent des pronoms personnels comme des champions, ah ok?

Et deux jours après, ils ont des verbes qui leurs poussent de partout, mais? D'où??!

Et donc maintenant, pépouze, ils font des petites phrases, ils se racontent des trucs, et ils nous font même déjà des crises d'ado, cf. la fois où mon fils a refusé de me tenir la main dans la rue et, quand je lui ai dit que c'était nécessaire, m'a rétorqué avec tout l'aplomb du monde:

- Non ! Gus-Gus un grand garçon!


(Le mec a deux ans, quoi)

Comme ils sont partis en mode "petit perroquet", on est aussi obligés de faire vachement plus gaffe à ce qu'on dit devant eux:

- Fla, tu peux vérifier si le petit pot n'est pas trop chaud?
- Non. Il est juste dégueu, mais je crois pas que ce soit de la faute de la température.
- Haha. Allez, les enfants, à table!
- Veux pas!
- Mais ? T'as même pas goûté, chou!
- Veux pas! C'est dégueu!


(20/20 papa)

Mais ils ne se contentent pas de répéter : ils se parlent aussi entre eux.

Ils se parlent tellement qu'on a déplacé les lits dans leur chambre pour qu'ils puissent se voir, parce qu'on a remarqué qu'au lieu de nous appeler en hurlant dès le réveil, maintenant qu'ils se voient le matin, ils se causent en attendant qu'on arrive, cf. les dialogues que me livre le baby-phone pendant que je prépare leurs biberons :

- Sammy! Sammy!
- Réveillé, Gus-Gus?
- Oui! Gus-Gus réveillé! A Sammy réveillé?
- Oui! Réveillé Sammy!
*rires*

Mais ils commencent aussi à utiliser le langage pour se planter des poignards dans le dos, comme j'ai pu le constater l'autre jour, quand je suis remontée au salon pour voir Samuel laborieusement dessiner sur le mur sous les yeux hilares de son frère, qui, quand il m'a vue, a sursauté de peur, puis a immédiatement pointé son frère du doigt en criant :

- Oh nooooooon ! Sammy a fait une grosse bêtise! 


On peut aussi désormais bien rigoler en les écoutant jouer à la poupée:

- Bébé a faim!
- Tu lui donnes sa purée?
- Veut pas! Veut pas manger, bébé!
- Ah, bébé fait le difficile? Qu'est-ce qu'on fait, dans ces cas-là? Qu'est-ce qu'on fait si bébé refuse de manger sa purée?
*réflexion intense*
- On donne un GÂTEAU!


(Bien tenté)
 
Ils commencent aussi à faire des blagues, et je dis ça en toute objectivité, mais c'est hilarant.

Par exemple, ils jouent souvent à "faire le café" pour nous (sur la petite machine à café de leur cuisine en plastoc) et à nous amener des tasses vides qu'on fait semblant de siroter. Un jour, je demande à Samuel de me "faire un café", le gamin s'exécute avec force détails (il fait semblant de faire couler de l'eau, de mettre en route la machine à café, etc.), puis, au moment de me tendre la tasse, se ravise, la porte à ses lèvres, et me dit:

- Sammy boit le café!

Moi, faisant semblant d'être choquée:

- Quoi??! Mais enfin Sammy, le café, c'est pas pour les enfants!

Et là, le môme me regarde, sourit de toutes ses douze dents, et me dit:

- Oh non... Sammy est fripouille....


(Comment tu veux pas rigoler, sérieux.)

Ils sont tellement des petits rigolos qu'ils ont déjà commencer à essayer de nous embrouiller avec leurs blagues de jumeaux:

- Auguste, viens ici, tu as le nez qui coule.
- A pas Gus-Gus.
- Tu n'es pas Gus-Gus? Mais tu es qui, alors?
- A Sammy.
- T'es sûr? 
- Oui.

Je me tourne alors vers le vrai Samuel, pour voir s'il va jouer le jeu:

- Et toi, tu es qui?
- SamGUS-GUS! A Gus-Gus moi!


(Petits polissons)

Ils ont aussi appris à dire plein de choses mignonnes, pas du tout parce que je les pousse, ah ça non:

- C'est qui ça?
- Mamie!
- Est-ce que tu aimes mamie?
- Oui!
- Tu vas la voir et tu lui dis "je t'aime, mamie"?
- Mamiiiie! Je y'aime mamie!


(Devinez qui vient de se garantir des tartines de confiture à vie?)

Par contre, ça ne marche pas aussi bien avec tout le monde:

- Maman, cayin!
- Oh, oui, un câlin, mon joli bébé... Je t'aime, mon coeur.
- ....
- Tu dis aussi, "je t'aime, maman"?

Et là, le gosse me regarde droit dans les yeux, me fait un beau sourire, et me dit :

- Je y'aime, PAPA!


(On ne peut pas gagner à tous les coups)

Ah, et, au cas où vous vous poseriez la question : oui, ce sont bien des petits Alsaciens:


(Oh yééééééé)

dimanche 16 mai 2021

Séries 2020 : le top

Et voilà mon top personnel des séries sorties en 2020!

(Comme tu le remarqueras, il est moins long que l'an dernier - pas faute de séries de qualité, mais parce qu'entre le confinement et le couvre-feu, disons que ça abondait pas de baby-sitters pour me permettre de me la couler douce devant la téloche.)


7. Le Bazar de la Charité


Une fois n'est pas coutume, je vais dire du bien d'une série française!


Le Bazar de la Charité est une mini-série vaguement historique sortie sur TF1 et Netflix, et qui se base sur un drame réel : l'incendie du Bazar de la Charité (une grosse vente caritative qui attirait beaucoup de ces dames) et les (très) nombreuses morts qui en ont résulté (plus d'une centaine), principalement des femmes et des enfants de la haute société parisienne.

Surprise, alors que j'imaginais qu'on allait suivre les destins des futures victimes, puis les voir périr dans les flammes dans l'épisode final, la série a pris le parti inverse : on assiste tout de suite à l'incendie dans l'épisode 1, et le reste de la série va suivre les destins de trois survivantes : Adrienne, qui va profiter qu'on la croie morte dans l'incendie pour échapper à son mari abusif, Alice, une jeune noble qui va tomber amoureuse du prolo qui l'a sauvée, et Rose, la domestique d'Alice, gravement défigurée par le feu et impossible à identifier....

Alors, c'est un pari courageux, qui a ses points forts et ses points faibles. 

Le point faible, c'est évidemment que le côté dramatique est un peu perdu, vu qu'on n'a pas d'attachement personnel aux victimes qu'on voit mourir dans l'incendie. Le point fort, en revanche, c'est que la série t'accroche direct avec son meilleur épisode.

Oui, parce qu'autant l'admettre, une fois l'incendie terminé, c'est quand même vachement moins intéressant, surtout d'un point de vue cinématographique.

(Les scènes de l'incendie sont un bijou de réalisation : les plans serrés et la caméra à l'épaule contribuent énormément à faire vivre au spectateur ce côté étouffant et désorientant.)

(Aussi, big up aux techniciens pour avoir fait les choses bien et avoir VRAIMENT fait cramer les trucs.)


(La pyromane en moi vous dit merci)

Le scénario est plutôt convenu (on voit venir un peu tout ce qui se passe), l'intrigue tire souvent du côté du mélo cul-cul (mais j'ai pas regardé tout Downton Abbey pour rien) et, comme toujours dans les productions Netflix françaises (cf. la Révolution, cf. Lupin) les dialogues ne sont pas naturels DU TOUT.

(Petit aparté : j'ai pas parlé de "Lupin" dans ce classement parce que j'ai tellement hésité entre la mettre dans les bonnes séries ou les mauvaises séries que, finalement, elle va sur la pile du "meh".)

Alors, je ne dis pas ça parce que les personnages utilisent un vocabulaire moderne, honnêtement, j'ai aucun souci avec ça. (C'est tout à fait justifié par la volonté des scénaristes de renforcer le parallèle contemporain avec les thèmes de la violence conjugale, de la lutte des classes, etc.) (Et, bonus pour les gens que les fictions historiques font pioncer, ça agrandit l'audimat.) Non, ce que je trouve dommage, c'est que les dialogues restent très corsetés, très théâtraux, et sont souvent tellement blindés d'explications que les acteurs pourraient tout aussi bien regarder la caméra droit dans la lentille tellement il est clair que c'est au spectateur qu'on s'adresse, pas aux personnages.

Malgré ce bémol, les acteurs s'en sortent tous très bien (mention spéciale au gamin qui joue le petit Thomas, hyper convaincant) et puis bon, y'a Audrey Fleurot dedans, elle est fantastique, et aussi :


(Tellement jalouse de cette chevelure)

Et puis bon, on va pas se mentir, je suis un petit coeur d'artichaut, et ça réjouit toujours immensément mon âme de midinette quand une histoire finit avec tous les gentils heureux et tous les méchants punis.

(C'est pour ça que je lis tous les Ken Follett.)

(Alors que le gars réécrit clairement la même histoire à chaque bouquin, juste à une époque différente.)

Et je trouve que le bonheur final est encore plus appréciable quand les gentils en ont bien chié pendant hyper longtemps (j'appelle ça "le syndrome Rémi Sans Famille"), et du coup, avec le Bazar de la Charité, je suis bien servie.

(J'avais dit "spoilers", ou pas?)


6. Upload


Lecteur, lectrice, connais-tu Greg Daniels?

C'est ce type-là :


(Okay)

Sa tête ne te dit sûrement rien, mais son travail est mondialement connu, puisqu'il est le scénariste et producteur à l'origine de la géniale série The Office (US), qui a révolutionné la manière dont on faisait les comédies à la télé aux USA, qui a influencé une génération entière de réalisateurs, et qui a obtenu un statut tellement culte que la chaîne NBC a récemment payé 500 millions de dollars pour la racheter à Amazon et Netflix et en faire la série-étendard de sa nouvelle plateforme de streaming, Peacock. (Et tout ça pour une série vieille de 15 piges!)

Greg Daniels n'a pas chômé depuis la fin de The Office, puisqu'il a également co-créé la géniale, la fantastique, la magnifique série de mon coeur adorée Parks and Recreation, est-ce que je t'ai déjà parlé de cette série? 


J'ai l'impression que je ne t'en ai pas encore assez parlé.


Regarde-là, elle est merveilleuse.


Et NON, je ne dis pas ça juste parce que Leslie et Ann me font constamment penser à moi et Sarah:


Et NON, je ne dis pas ça juste parce que je suis tellement amoureuse de Ben Wyatt et parce qu'il est 85% un copier-coller de mon mari:


(Il partagent même cette obsession des pizzas pliées en deux!)

Bref Bref Brejnev.

Greg Daniels, donc, a sorti pas moins de DEUX séries en 2020 : une chez Netflix, et une chez Amazon, toutes les deux des comédies un peu loufoques comme il sait si bien les faire. 

Et même si, pour le moment, aucune n'arrive à la cheville de Parks and Rec, elles sont toutes les deux suffisamment cool pour être mentionnées, et, surtout, ont un énorme potentiel.

(Puisqu'il faut savoir que The Office et Parks and Rec ont ceci en commun que leurs saison 1 respectives sont bien, mais sans plus, et que ce n'est qu'à partie de la saison 3 que les deux séries deviennent vraiment excellentes.)

(Greg Daniels, le roi du slow burn.)

Commençons tout de suite avec Upload, la série Amazon qui nous envoie dans le lointain futur de 2033 (c'est-à dire que nos héros sont nés après l'an 2000, autant dire des BÉBÉS.)

Dans ce futur quasi-utopique, point de pandémie et nul cataclysme économique, mais des voitures autonomes et une Amérique entièrement Silicon-Valleyisée. On y suit Nathan, un jeune programmeur de la start-up nation beaucoup trop beau gosse pour être crédible :


("Je suis ingénieur informaticieeeeen")

Malheureusement, Nathan meurt dans un accident de voiture autonome, et se fait "uploader", un procédé courant en 2033 où on numérise ta conscience au moment de ta mort, et on l'envoie dans un "paradis" virtuel, d'où tu peux continuer à communiquer avec le commun des mortels. Grâce à Ingrid, sa copine ultra-friquée :


(Pardon, mais c'est impossible pour moi d'entendre ce prénom sans penser à ce sketch)

Nathan se retrouve dans le très luxueux paradis Lake View.... mais entièrement à la botte d'Ingrid, puisque c'est à elle que revient la décision de renouveler l'"abonnement" de Nathan à l'au-delà.

Parallèlement, Nathan se lie d'amitié avec son "ange", Nora, une conseillère clientèle vivante et qui l'aide à s'acclimater à sa nouvelle "vie". Evidemment, les étincelles fusent entre ces deux-là, et évidemment, ça va poser moult problèmes....

La série a quelques points faibles : d'abord, ses acteurs, qui ne sont pas tous très bons (surtout Ingrid et  Nathan, ce qui est un peu dommage vu que c'est le perso principal) (par contre, Andy Allo, qui joue Nora, est très juste et absolument choupi-mimi). Ensuite, sa trame principale, un peu vue et revue (on voit venir la romance entre Nathan et Nora de tellement loin que ça ne mérite même pas le nom de spoiler).

En revanche, l'univers d'Upload est extrêmement intéressant, et la série m'a surprise par son mordant.

Car, si j'ai dit plus haut que le monde de 2033 semblait quasi-utopique, on se rend compte dès le premier épisode que c'est loin d'être le cas, et que, sous le vernis de la modernité, le capitalisme de masse fait plus de dégâts que jamais : même la mort a un prix, et elle coûte CHER.

(Ou, comme le résume Professeur Flaxou qui a regardé cette série avec moi : "En gros, c'est un futur où même quand t'es mort, tu reçois encore les pubs pour Youtube Premium".)

Qu'on soit clairs : Upload a un format de comédie, elle a l'apparence d'une comédie, elle est marketée comme une comédie, et oui, il y a des blagues dedans, mais vraiment, cette série est GLAUQUE. 

Déjà, les blagues ne sont pas vraiment drôles (au mieux, elles font sourire), et comme je l'ai dit plus haut, on peut blâmer un peu les acteurs, mais je pense plutôt que Greg Daniels ne se soucie pas réellement de la comédie dans cette série. Le vrai discours est ailleurs. Il est dans cette scènes aux allures kafkaïennes où Nathan assiste à ses propres funérailles, et se rend compte que tout le monde s'en fout qu'il soit mort, vu qu'il n'est pas vraiment "mort":


Il est dans ces dialogues où l'on comprend à demi-mot que les entrepreneurs milliardaires continuent à nous enfler jusque dans l'au-delà, que le fossé entre riches et pauvres s'est encore plus creusé, que les conditions de travail dans l'Amérique corporate sont de pire en pire, et que chaque aspect de nos vies, même personnelles, est noté, évalué, étoilé et pouce en l'air-isé.

Et tout ça dans une série produite par AMAZON! 

Mais comment est-ce que t'as réussi ce pitch, Greg?

- Alors monsieur Bezos, je voudrais un budget conséquent pour faire ma série de science-fiction.
- D'accord. Une comédie, je suppose?
- Euh.... oui! Exactement! Une... comédie.... romantique!
- Parfait, voilà mille millions de dollars.

(Sincèrement, je pense que c'est vraiment ce qui s'est passé, ce qui explique pourquoi toutes les bandes-annonces te vendent "Upload" comme une comédie légère alors que TROP PAS.)

Pour revenir sur le budget, même si Amazon est toujours hyper secret avec le pognon qu'ils dépensent, on peut se douter qu'il est plutôt conséquent, en témoignent des effets spéciaux pas trop mal foutus (pour une série assez gourmande en CGI, vu le thème, tu t'en doutes).

Bref, la série n'est pas aussi réussie que "The Good Place" (à laquelle elle sera immanquablement comparée, vu qu'elle a un thème similaire et qu'elle a été créée par l'ancien acolyte de Greg Daniels sur "Parks and Rec", Michael Schur). Là où "The Good Place" réussit à maintenir un équilibre délicat entre comédie et réflexions plus profondes (et même carrément philosophiques), "Upload" est beaucoup plus sombre et grinçant qu'il n'est mignon et lolilol.

Néanmoins, la série vaut le coup d'oeil et aborde des thèmes intéressants, et je te la recommande chaudement si tu aimes les questionnements éthiques et moraux sur la valeur d'une vie.



5. Space Force


Abandonnons la science-fiction mais allons quand même dans l'espace avec Space Force, co-créée pour Netflix par Greg Daniels et Steve Carell, ex-Michael Scott dans The Office et qui tient ici aussi le rôle principal.


On suit l'histoire du Général Naird, ancien ponte de l'Armée de l'Air qui se voit offrir le contrôle de la nouvellement intronisée United States Space Force (une branche de l'armée qui existe réellement depuis 2019, merci Donald Trump), et dont le rôle est littéralement d'amener des flingues dans l'espace.


(Pardon, son rôle est de "protéger les intérêts des Etats-Unis et décourager les agressions dans l'espace")

On suit donc la vie du général Naird, et surtout sa coopération avec la branche scientifique de la Space Force (présidée par un John Malkovich plus Malkovichesque que jamais) :


(Cet homme est un bijou)

Petit bonus perso : le chargé de presse est campé par Ben Schwartz, qui reprend quasi exactement son rôle de Jean-Ralphio dans Parks and Rec, et je suis tellement heureuse:


La série faiblit quand elle se penche sur la vie personnelle du général Naird, avec sa femme qui est en prison pour une raison mystérieuse (mais tout de même love sur Lisa Kudrow) et sa fille de 16 ans qui.... fait son ado :


(C'est-à-dire cette tête, tout le temps.)

(Aussi, je sais que c'est difficile de trouver des ados qui jouent bien, mais cette meuf a clairement 23 ans, c'est ridicule.)

(Et honnêtement, vu son jeu d'actrice, vous auriez aussi bien pu prendre une vraie gamine de 16 ans.)

Le vrai sel de la série se trouve, comme toujours chez Greg Daniels, dans la "workplace comedy" (un genre télévisuel qu'il a plus ou moins inventé tout seul et dont il reste le meilleur représentant), et les interactions entre tous les personnages sont délectables:



(Par contre, 3615 références de nerd, tu es prévenu.)

Bref, jette-y un oeil, cette série est criminellement méconnue et mérite tellement plus d'amour.


4. The Boys


Pfou là là mais t'imagines pas comme je suis allée voir cette série en traînant des pieds.

Parce qu'après une bonne décennie de Marvelitudes tous les six mois sur grand (et petit) écran, quand Flaxou m'a dit "Eh, y'a une nouvelle série Amazon avec des super-héros un peu anti-héros", j'ai fait peu ou prou cette tête-là:


Parce que BON DIEU COMME J'EN AI MARRE DES SUPER-HÉROS.

Depuis 2008 on se farcit des super-héros en long, en large et en travers, entrée, plat, dessert, matin, midi et soir STOP J'EN PEUX PLUS ARRÊTEZ TOUT JE PEUX PLUS VOIR UNE CAPE SANS VOMIR.

Entre les Avengers, la Justice League, les Defenders, les univers cinématiques, les cross-overs, les reboots, les prequels, les multiverses, j'ai l'impression que j'ai passé ma vie depuis 2008 à regarder constamment la même histoire en boucle, à base de grandes responsabilités, de mort de figures paternelles, de training montages, de fiancées kidnappées, et de dialogues pompeux en mode "Tu sais, on n'est pas si différents, toi et moi".

(Et ne commence même pas à me chauffer avec les films choraux à bases de multiples super-héros, parce que c'est encore plus répétitif.)

("Nos amis ont bien du mal à s'entendre! Mais ils vont devoir s'unir pour affronter la vague et terrible menace du gros-rayon-dans-le-ciel".)

Et, depuis le volet final des Avengers en 2019, plus aucune histoire de super-héros n'a réussi la tâche colossale de titiller mon intérêt émoussé.

(A part le prochain Thor, parce qu'il va être réalisé par Taika Waititi, et je lui donne un pass, parce que s'il y a UN film de super-héros dont je ne me lasse jamais, c'est bien Thor: Ragnarok.)

Bref, les super-héros, c'était cool deux minutes, mais j'ai tourné la page, merci.

Et voilà qu'Amazon sort "The Boys", énième série inspirée d'un énième comic "subversif", et dans la PREMIÈRE PUTAIN DE SCÈNE, UN SUPER-HÉROS OBLITÈRE UNE PASSANTE EN COURANT A TRAVERS SA GUEULE:


(OKAY)

Et puis on a, en vrac, une jeune ingénue qui veut protéger la veuve et l'orphelin et se fait agresser sexuellement par un Aquaman du pauvre, une méga-corporation qui jette du pognon à tous les quidams qui passent pour cacher les frasques de ses "héros" hors de contrôle, et un ersatz de Superman qui CRASHE UN AVION ET TUE TOUT LE MONDE A BORD juste pour protéger les intérêts de la firme qui détient les droits de son personnage.

Et tout ça dans LE PREMIER EPISODE!

Bref, tu l'auras compris, "The Boys" est une série réellement subversive, dans une vibe qui me faisait beaucoup penser à "Preacher" (et OH SURPRISE les comics sont tous les deux écrits par le même mec, comme quoi la vie est bien faite).

C'est très rafraîchissant de voir une fiction où les personnages "antihéro" sont littéralement ANTI-HÉROS. Genre ils veulent vraiment TUER les héros. Parce que, dans le vrai monde de la réalité véritable, si tu donnes aux gens des super-pouvoirs, ils vont faire de la merde avec. (Même ceux qui étaient bien intentionnés au départ.)

Je ne vais pas te raconter toute l'intrigue, parce qu'il y a des rebondissements et que j'ai pas envie de spoiler, mais sache juste que la série est plutôt marrante (faut aimer l'humour noir), plutôt bien écrite (en dehors de quelques soucis de logistique dans la saison 2, mais je pinaille), et que les acteurs sont bons. 

Et je vais même pardonner les énormes problèmes d'accent de Karl Urban (on sent bien qu'il essaye de faire un accent cockney, mais ça finit toujours par sonner comme un Kiwi qui essaye d'imiter un Australien) parce qu'on voit tellement peu Karl Urban et il est super, je l'adore:


(Cœur avec les doigts)

Et je vais MÊME pardonner le fait qu'ils aient un personnage qui s'appelle FRENCHIE et qui n'est PAS joué par un Français (sérieusement?), parce que sans déconner, je sais pas comment ils ont fait, mais ce mec a vraiment une tête de Français:


(Et il est super mimi, je le kiffe.)

(En vrai je kiffe tout le monde dans cette série, donc t'as vite fait le tour.)

Surtout, la série est très mordante vis-à-vis des dérives du capitalisme corporate (sens-tu comme un thème dans ce top 2020?) (sens-tu comme un vent de révolution?) (sens-tu comme une envie de pendre les riches avec leurs tripes et faire cramer leurs baraques pardon je m'emporte).

Vought, le conglomérat pharmatico-médiatique qui encadre les super-héros, fait beaucoup penser à une sorte de Dark Disney, avec ses origines obscures, sa culture corporate toxique, son "optimisation" fiscale, et son armée d'avocats prêts à étouffer tous les scandales à la racine.

Ah oui, et sa récupération de thèmes progressistes, en mode "nous aussi on est woke":



(DU GÉNIE)

Tu l'auras compris, la série est très mordante (big up aussi à cette secte scientologique où, pour une raison que je ne m'explique pas, tout le monde boit un Perrier Citron du pauvre). Les personnages de la bande des Boys sont tous très attachants, et même les super-héros ont une psychologie intéressante et peuvent, dans certains (rares) moments, se montrer sympathiques (je pense notamment à Maeve ou Lamplighter).

Bref, cette série est cool, et si, comme moi, tu n'en peux plus des super-héros, tu vas kiffer les voir se faire démonter la tronche.

(Ah oui, ça vient peut-être un poil tard, mais Alerte Chiffes Molles : cette série est un poil gore.)

(Que ceux qui n'ont pas envie de voir une baleine éventrée par un hors-bord passent leur chemin.)



3. The Queen's Gambit


Ou "Le Jeu de la Dame" comme elle se nomme en Hexagone, cette mini-série a une histoire vraiment cool qui mérite d'être racontée:

Remontons le temps jusqu'en l'an de grâce 1983, où est publié le roman "Le Jeu de la dame" par l'écrivain Américain et grand amateur d'échecs Walter Tevis. Le roman est un classique "Bildungsroman" (ou roman d'apprentissage), genre très prisé aux Etats-Unis et qui raconte le cheminement d'un héros de l'enfance à l'âge adulte (ou, plus globalement, de l'immaturité à la sagesse). Il est centré sur le personnage de Beth Harmon, une prodige aux échecs qui chemine de l'orphelinat jusqu'au statut de "Grand maître international" aux échecs, tout en luttant contre ses addictions aux tranquillisants et à l'alcool. Le roman est plutôt bien accueilli aux Etats-Unis, et est notamment salué pour ses descriptions apparemment très justes de compétitions d'échecs. 

Quelques années plus tard, en 1992, Allan Scott, un scénariste écossais et grand fan du livre, achète les droits du bouquin à la veuve de l'auteur, avec l'idée d'en faire un film indépendant. Problème : tout le monde trouve que le projet pue du fion. Comment faire un truc intéressant basé sur un jeu aussi complexe que les échecs? N'importe quel novice va s'emmerder comme un rat mort!

Scott ne désespère pas, travaille sur plein d'autres trucs, mais continue à porter le projet dans son coeur. En 2007, sa chance tourne enfin quand Heath Ledger accepte de passer pour la première fois derrière la caméra pour réaliser le film, et des négociations sont engagées pour engager Elliot Page (à l'époque Ellen Page, hyper bankable après le succès massif du film indé "Juno") dans le rôle principal. Sauf que... Heath Ledger décède d'une overdose quelques mois avant la date de début du tournage. 


Tout est annulé, retour à la case départ.

Puis, dix ans plus tard, Scott Frank (un scénariste/réalisateur qui avait bossé avec Allan Scott sur le film avorté de 2007) termine sa propre mini-série "Godless" sur Netflix (dont je t'avais déjà parlé, au passage) et se dit "Eh, mais je me demande si y'a pas d'autres projets de films sur lesquels j'ai bossé à l'époque et qui pourraient tenir la route en mini-séries!" Et il vient toquer à la porte de Netflix avec "Le Jeu de la Dame". Netflix accepte, après tout, ça fait quoi comme budget, une série de 7 épisodes? Quelques millions?

(Ceci est une question rhétorique, car encore une fois, Netflix n'a pas divulgué le budget.)

(Mais vu qu'ils ont tout filmé en ex-Allemagne de l'Est, quelque chose me dit que ça devait pas faire exploser les caisses.)

Et là, c'est le jackpot :



"Le Jeu de la Dame" devient la mini-série la plus regardée sur Netflix depuis la création du site, et Netflix est tellement fier qu'il publie même les stats (alors que bizarrement, ils font jamais ça pour les bides) : 62 millions de foyers ont vu la série, donc potentiellement plusieurs centaines de millions de personnes. 

(On ne sait pas si c'est "ont vu jusqu'au bout" ou "se sont endormis devant les dix premières minutes", cela dit.)

Mais alors, pourquoi, comment? Qu'est-ce qui est donc si intéressant dans une histoire de meuf qui joue aux échecs pour motiver 62 millions de péquenots à la regarder alors qu'on est bien d'accord que PERSONNE sur cette terre ne joue encore aux échecs, oui? 

(Enfin chais pas, tu sais jouer aux échecs, toi? Parce que moi non.)

(Mon père a essayé de m'apprendre quand j'étais gamine, mais de un, c'était pas vraiment Bobby Fischer, et de deux, j'étais pas vraiment Gary Kasparov, alors on s'est vite lassés.)

(Voilà, j'ai maintenant épuisé mes connaissances en citant les deux seuls noms de joueurs d'échecs que je connais.)

Eh ben malgré ça, figure-toi que j'ai vraiment kiffé cette série.

D'abord, parce que la partie "championnat d'échecs" est bien filmée pour les béotiens dans mon genre, et se concentre sur les expressions du visage des joueurs plutôt que sur les pions (il est alors beaucoup plus facile de comprendre les enjeux de ce qui se passe). 


Et puis, surtout, parce que ce serait bien réducteur de faire du "Jeu de la Dame" une simple histoire d'échecs, puisque, comme je l'ai dit plus haut, le bouquin d'origine est avant tout un Bildungsroman, et je ne l'ai pas lu donc je ne sais pas à quel point la série y est fidèle, mais du point de vue des thèmes, on est clairement sur une.... Bildungs-série (?) (je tente des trucs)

Car si la petite prodige Beth Harmon est si attachante, c'est moins par son côté génial (qui aurait plutôt tendance à la rendre antipathique - vu que nous, spectateurs, on est en majorité des imbéciles gens simples), mais bien par sa personnalité et les obstacles qu'elle doit surmonter : orpheline, sans le sou, rejetée par ses pairs, précoce mais immature, et, surtout, tenaillée par son alcoolisme et son addiction aux tranquillisants.


Et on a beau avoir revu l'histoire "partie de rien pour arriver au sommet" des milliers et des milliers de fois, je trouve qu'il y a toujours quelque chose de prenant dans ces récits-là. C'est avec ce genre d'histoires que je me retrouve systématiquement impliquée au point de parler aux personnages devant ma télé:

- Allez, Beth, fais pas de conneries, c'est la demi-finale! Mais NON refuse ce verre de vin, tu sais bien que t'arrives pas à gérer, espèce de génie abrutie, là!

(Que j'appelle "le Syndrome Rémi Sans Famille II", vu que ce livre est la définition même de "la vie me donne des baffes continuellement pendant des années, mais tout finit bien dans le bonheur et la richesse".)

Pour porter ce genre de scénario, il faut un interprète principal en béton, et là, c'est bingo, la toute jeune Anya Taylor-Joy est magistrale. 


(Elle est née après 1990, c'est donc par définition une enfant.)

Elle a une présence tellement magnétique que, dès qu'elle apparaît à l'écran, la caméra ne voit qu'elle, ne suit qu'elle, ne s'intéresse qu'à elle. Et même durant les moments les plus mutiques (les parties d'échecs), son jeu de regards, son langage corporel, est tellement intense, qu'on est absorbé par tout ce qu'elle fait.

Cela étant dit, les autres acteurs sont très bons aussi (notamment l'interprète de Benny Watts, ou encore celle de Jolene, un personnage tellement intéressant que c'est hyper dommage qu'elle n'apparaisse que si peu à l'écran).

(Le casting est tellement bon que je leur pardonne même d'avoir pris un Polonais pour jouer le rôle du champion Russe - c'est dire.)

Ajoute à ça des décors somptueux, des costumes magnifiques, une musique du tonnerre, et une esthétique très filmique qui vient apporter un agréable vent de fraîcheur au champ/contrechamp qui fait normalement l'apanage des séries "cérébrales" dans ce genre.


(Avec des plans-séquences de toute beauté!)

Bref, si tu ne fais pas encore partie des 60 millions de foyers conquis par "Le Jeu de la Dame", n'hésite pas!


2. Unorthodox


Encore une mini-série de seulement 4 épisodes (en vrai, appelons un chat un chat et un téléfilm un téléfilm, hein), Unorthodox est une fiction Netflix qui raconte l'histoire d'Esty (diminutif d'Esther), une toute jeune femme Juive Orthodoxe qui cherche à échapper à l'oppression de sa communauté ultra-conservatrice de Williamsburg (un quartier de New York).

La série est quasi-intégralement tournée en Yiddish, la langue des Juifs Ashkénazes, et c'est super rigolo à écouter en tant qu'Alsacienne parce que c'est vraiment très proche de notre dialecte. (Sans surprise, puisque l'Alsace a très longtemps abrité une nombreuse communauté Juive, et que les deux langues se sont mutuellement influencées.) (Un exemple passionnant est celui du mot "bubbala", qui veut dire la même chose dans les deux langues (un terme affectueux pour désigner un bébé), et dont les origines se perdent si loin qu'on ne sait pas vraiment si l'étymologie se trouve dans l'hébreu, l'allemand, ou même dans les langues slaves.)

Bref bref (je m'arrête ici parce que l’étymologie c'est trop passionnant et il faut que je me coupe la parole ou je vais te pondre quinze pages).

La série est vaguement basée sur une autobiographie du même nom, par une jeune femme dont le parcours suit globalement celui de notre héroïne : mariée à 17 ans à un inconnu, elle se retrouve prise dans l'étau d'un mariage dysfonctionnel, dominé par l'absence d'enfant (une "faute" qui va lui bouffer la vie), au point de la motiver à s'échapper.


Et je dis "s'échapper" au sens propre, puisqu'Esty prend littéralement la fuite avec rien de plus que quelques dollars et les vêtements sur son dos, pour aller à Berlin où vit sa mère (également paria de la communauté orthodoxe), avec laquelle elle a coupé tous les ponts. Mais bien vite, son absence est remarquée, et son mari est sommé d'aller la chercher, sous peine d'amener l’opprobre sur la famille entière....

Evidemment, en tant qu'athée ayant fréquenté l'école catholique, je pense que c'est plutôt clair que je n'ai aucune connaissance des coutumes et traditions dans la communauté Juive Orthodoxe. Bonne nouvelle, les réalisateurs se sont douté que ce serait le cas de la majorité de leur audience, et ont très bien œuvré pour expliquer les choses aux non-initiés, MAIS sans verser dans la surenchère d'exposition (je leur dis notamment un grand merci pour l'absence de voix-off).

Le regard posé sur la vie d'Esty est à la fois franc et pudique, et, à travers elle, on perçoit parfaitement ce double aspect de la vie dans une communauté qui la protège et l'étouffe à la fois. Les personnages sont merveilleusement complexes (le mari d'Esty, par exemple, est très touchant, là où il aurait été TELLEMENT facile de faire de lui le grand méchant de l'histoire) et les interprètes très convaincants.

Evidemment, la série repose quasi-intégralement sur les épaules de Shira Haas, la jeune interprète d'Esty, et je n'ai rien à dire si ce n'est qu'elle est bluffante. Elle dégage une force incroyable qui tranche avec son visage d'enfant et son petit corps tout menu (l'actrice a en réalité 26 ans, mais passerait sans souci pour une adolescente), et son jeu tout en retenue et en nuance fait d'Esty un personnage éminemment sympathique. Dès ses premières minutes à l'écran, on n'a qu'une envie, c'est de la prendre dans nos bras, et de lui dire "chhhh, chhhh, tout va bien petit chaton".


(Ne pleure pas, bubbala, je te protègerai.)

La prise de vue est très belle, la lumière et les cadrages aussi (cette scène du lac! Magnifique!), il y a surement beaucoup de symbolisme qui m'est complètement passé au-dessus de la tête, et si tu as l’œil pour ce genre de trucs, je crois qu'il y a bien moyen de s'éclater.

(Je pense aussi qu'il y a beaucoup de nuances qu'on ne peut pas vraiment comprendre si on n'est pas Juif, mais perso, ça ne m'a pas empêchée de beaucoup aimer cette série.)

Bref, si les sous-titres ne te rebutent pas, n'hésite pas à y jeter un oeil!


1. The Haunting of Bly Manor


Oh là là mon gars mais y'a tellement à dire sur cette série, mais ça va être tellement difficile de t'en parler!

The Haunting of Bly Manor, par le même mec qui nous avait empêché de dormir il y a deux ans, n'est pas du tout la suite de The Haunting of Hill House, et ce, même si plusieurs des acteurs jouent dans les deux séries, et que les deux partagent le même thème.

(Thème : "Cette maison est hantée, mais est-ce que les vrais fantômes ne sont pas ceux que l'on porte en nous? Mais à part ça, oui, cette maison est grave hantée.")

Et je le dis tout de suite pour les chochottes dans mon genre : Bly Manor est bien moins effrayante que Hill House (c'est bien simple, je n'ai perdu qu'une nuit de sommeil au lieu de deux semaines!)

Même s'il y a quand même des fantômes planqués partout:


(Salut)


(Coucou)


(Heyooooo)

Bref, de quoi ça parle, tout ça?

Nous sommes dans les années 80 : Dani, une jeune Américaine fraîchement débarquée en Angleterre, se fait embaucher comme fille au pair par un riche lord Anglais pour assurer l'éducation de son neveu et de sa nièce, dont il a la garde depuis la mort de leurs parents il y a de cela un an. Les enfants ne sont pas scolarisés parce que "il y a eu des soucis" (....cool), leur ancienne gouvernante s'est noyée dans la mare aux canards (....cool cool) et, tu t'en doutes, le manoir où résident les gamins est hanté de partout.


Un peu comme pour "Hill House", la narration est fragmentée, mais quand je dis "fragmentée", accroche-toi à ton slip, parce qu'il y a plus de sauts temporels en un épisode que dans toute la saga Retour vers le Futur.

La narration est d'ailleurs ce qui va t'accrocher à l'intrigue, puisqu'à chaque fin d'épisode, tu te retrouves avec plus de questions qu'au début (mais rassure-toi, tout sera expliqué à la fin).

Les interprètes sont inégaux : l'actrice qui joue Dani est plutôt médiocre et extrêmement nunuche (mais allez, c'est bon, elle est bien gentille), certains autres (Jamie, Rebecca, Henry) sont très monolithiques, et MON DIEU mais pourquoi vous leur avez fait prendre des accents, c'est épouvantable (Henry Thomas n'essaye même pas de faire un accent britannique potable, et même Oliver Jackson-Cohen, qui est pourtant britannique, ne sait pas faire l'accent écossais) (ou irlandais? Honnêtement, je sais pas ce qu'il essayait de faire, mais c'est mauvais).

Heureusement, deux acteurs sauvent la donne: T'Nia Miller en Hannah (l'intendante au grand coeur du manoir) et surtout Rahul Kohli en Owen, le chef cuisinier aux blagues de daron:


(Tellement de love sur Owen)

Les deux gamins sont également excellents (surtout le petit Miles, qui navigue à merveille la frontière entre mignon et inquiétant).

Mais ce que j'ai le plus adoré dans cette série (et qui lui fait prendre la tête de ce classement), c'est LES ALLEGORIIIIIIES 


Et malheureusement, je ne pourrai pas t'en parler sans spoiler comme une bâtarde, DONC j'ai fait la chose suivante : j'ai écrit en encre spéciale pour espions ce que je pense de l'allégorie principale de cette série, et si tu l'as déjà vue, tu peux surligner l'espace ci-dessous avec ton curseur. 


Tout comme "Hill House" était une métaphore géante du deuil, "Bly Manor" est une métaphore géante des troubles mentaux, notamment via le personnage de Dani.

Dès le début, on voit que Dani souffre d'attaques de panique liées au traumatisme de la mort de son fiancé (dont elle se sent responsable). Ce trauma se superpose à sa lutte pour accepter sa sexualité (cf. cet épisode de panique où elle est LITTÉRALEMENT ENFERMÉE DANS LE PLACARD).

Une fois qu'elle est "possédée" par la dame du lac, la manière dont Dani entrevoit sa relation avec Jamie (profiter de chaque instant de bonheur, sa peur d'être un fardeau, de lui faire du mal) reflète bien le concept de vivre avec une personne atteinte de troubles mentaux. (Jamie doit constamment lui rappeler "J'ai choisi cette vie, tu n'es pas un poids", etc.) 

(On peut aussi voir une métaphore de la dépression quand Dani dit à Jamie qu'elle a l'impression de "marcher dans la jungle avec une bête sauvage, qui attend son moment pour me sauter dessus")

Mais il n'y a pas que Dani, tous les habitants de Bly Manor ont souffert de traumatismes : les enfants ont perdu leurs parents, Owen est en train de perdre sa mère, Hannah fait le deuil de son mariage, Peter a été maltraité par son père et, perpétuant le cycle de la violence, abuse émotionnellement de Rebecca, etc. Même la dame du lac est coincée dans ce cycle perpétuel (elle marche toujours sur le même chemin).

Mais ce n'est pas le seul propos intéressant dans "Bly Manor" : j'aime aussi beaucoup la juxtaposition des deux histoires d'amour que l'on voit dans la série : celle de Peter et Rebecca et celle de Dani et Jamie. (A un moment donné, Dani et Jamie discutent de l'idée que "l'amour n'est pas une question de possession", alors que Peter possède Rebecca (au sens littéral) pour l'empêcher de le quitter.)

Bref, voilà pourquoi cette série a conquis mon coeur et le haut de ce top 7, et voilà, ça y est, j'ai ENFIN dit tout ce que j'avais à dire sur mes séries pref' de 2020!

(On est juste en MAI, hein.)

Et toi, quels ont été tes coups de cœurs sériels l'an passé?

(Lâche tes commmmmzzzz)