vendredi 1 mai 2009

Je fais le contrôle technique du couple




Et même de la musique ici !



Eh oui les gens, on est le 30 avril, et je suis clouée chez moi par la grippe mexicaine
(mais non c'est une blague, lis les PPPS enfin), donc vous n'y couperez pas.

(Mais en fait je suis sûre et certaine que vous êtes au moins deux ou trois à attendre ce jour avec impatience, avouez)


Donc, aujourd'hui, Professeur Flaxou et moi, ça fait trois ans. Quoi qu'il puisse en dire :


- Oh mais c'est trop compliqué ! Je sais jamais si c'est le 30 mars, ou le 30 avril, ou le 30 mai ! Comment tu veux que je m'en souvienne ! C'est tous les mêmes mois !


Oui, Professeur Flaxou n'a pas trop l'habitude de sortir de chez lui
(ou d'ouvrir les fenêtres), donc il ne remarque pas trop les changements de saison. Là, il vient de se rendre compte que c'est le printemps, parce qu'il est sorti une fois et qu'il est devenu aveugle à cause de son allergie au pollen. Donc je peux pas trop lui en vouloir pour mélanger un peu les dates. (On ne m'enlèvera pas l'idée que ce serait un peu crétin de fêter nos deux ans et onze mois, mais enfin bon)

Trois ans depuis ce dimanche soir glacial où t'étais tellement heureux parce que je t'avais laissé me toucher une fesse par-dessus ma culotte, mon collant, et mon pantalon. Il te fallait pas grand-chose à l'époque.


Et en trois ans, on a dormi ensemble, on a glandé ensemble, on a vécu ensemble
(en fait c'était juste une extension du "glander ensemble"), on est partis en vacances ensemble, on s'est fait des amis ensemble, j'ai même réussi à t'arracher à ton PC pour qu'on aille faire des balades ensemble.

Et puis je suis partie à Moscou et tu m'as manqué, et je suis partie en Pologne et tu m'as manqué de nouveau mais pas autant quand même.

Et quand je pense que là je vais m'embarquer pour plus d'un an en Angleterre, je t'avoue, ça me terrifie.


J'ai tellement pris l'habitude que tu sois là que je sais pas comment je vais faire quand tu seras plus là. Je me suis habituée au fait que tu sois le premier à savoir tout ce qui m'arrive : quand mon prof m'a énervé, quand je réussis mes examens, quand j'ai un nouveau grain de beauté sur le bras, quand je tombe malade, quand je vais mieux, quand j'écris une page de mon histoire qui piétine, quand je mange des chips, quand j'ai bu un coup de trop.


Je repense à Moscou et Lublin, et à comment pas un jour ne passait sans que je me dise "Fla aurait aimé ça" et où ça me faisait ce drôle de vide dans le ventre. Et pourtant, la Russie et la Pologne, ça t'aurait carrément pas plu, mais j'arrivais toujours à trouver quelque chose que j'aurais voulu partager avec toi, et je ne pouvais pas.


Et j'ai peur, si tu savais comme j'ai peur que l'Angleterre, ce soit la même chose puissance douze.


Je regarde les avions qui passent dans le ciel, et ça me fait ce drôle de frisson qui me donne tellement envie de faire mes valises. Je pense à mes deux mois à Londres, et à toutes les choses que j'ai envie de faire, et à tous les gens que je vais rencontrer, et à toutes les choses que je vais voir, que je vais apprendre, que je vais découvrir.
Et j'ai vraiment hâte de quitter la France, de quitter l'Alsace pour la première fois de ma vie, d'essayer de me trouver un autre endroit où vivre, de vivre cette aventure avant que je sois trop vieille, trop occupée, trop attachée à ma routine, trop attachée à toi.

J'ai envie de voir si je peux vivre sans toi, si je peux m'en sortir sans toi. Et alors peut-être que j'arrêterais d'avoir peur. Peut-être qu'un jour j'arrêterais de penser au jour où tu trouveras une fille qui te mériterait tellement plus que moi. Une fille qui s'énerverait jamais, qui ne t'exploiterait pas constamment, qui ne te frapperait pas dès que tu dis un truc qui lui plaît pas. Une fille qui ferait plus d'efforts, et qui ferait mieux la cuisine.


Et je sais que c'est stupide, parce que je sais qu'on est aussi tarés l'un que l'autre et qu'on ne trouvera personne d'autre pour nous supporter plus de trois semaines. Mais j'ai quand même cette peur au ventre.


Je sais que tu penses que tu m'aimes plus que moi. Je sais que tous nos amis pensent la même chose. Mais je peux te dire que c'est faux.

Parce que tu arrives à trouver ça mignon quand je m'énerve, parce que tu fais tout ce que je te demandes, parce que tu me trouves plus jolie sans maquillage, parce que tous les jours où je me réveille à tes côtés je vois cet air dans tes yeux qui me dit que tu es heureux que je sois là.


Et moi je fais pas ce genre de trucs. Soit.


Mais moi, le jour d'une attaque de zombies, je viens te chercher. Et je m'en fous si je meurs en cours de route, parce que ça vaudrait pas le coup de survivre si toi tu meurs. Pour toi, j'arrêterais de voyager, j'arrêterais mes études, j'arrêterais de lire, je te jure, j'arrêterais même de bloguer.
(bon il faudrait une situation avec un mec qui te pointe un fligue sur la tête et qui me dise "maintenant t'arrêtes de bloguer ou je le bute". Mais je le ferais).

Je sais que tu t'inquiètes un peu quand tu penses que je vais passer un an dans un pays où les gens ont un accent qui les rend tous irrésistiblement sexy à mes yeux
(même Tony Blair a l'air sexy pour moi, je vous jure, c'est une maladie). Mais je peux te dire que t'as rien à craindre.

Alors je vais partir, et tous les jours je trouverai sans le faire exprès un truc qui me fera penser à toi, et je me sentirai vide et creuse. Mais le reste du temps, promis, je m'amuse.

Et peut-être qu'on ne pourra pas être ensemble pour nos quatre ans, mais on se rattrapera l'année d'après. Et celle d'après. Et celle d'après y'aura pas besoin, mais t'auras quand même intérêt à m'amener au restau, parce que les fish and chips, ça va cinq minutes.


Joyeux trois ans, Professeur Flaxou. Zéro regrets, zéro remords, dix-sept bouquets de fleurs et deux disputes au compteur. Je pense qu'on tiendra encore un bout de temps.










(Des sacs à vomi sont disponibles sous vos sièges)

3 commentaires:

  1. chevelure-exquise1 mai 2009 à 02:32

    MOi je vois pas, mais moi je suis niaise en ce moment aussi donc je suis pas une reference -_-

    Jt'ai deja envoyé un sms d'anniversaire de couple super durable donc je vais pas reecrire ce que je t'ai deja dis. Mais j'ajouterai avec un pointe (tres grande pointe) de jalousie que MOI tu ne viendrai pas me chercher s'il y avait une attaque de zombie hein! Tu me laisserai mourir hein! Alors que tu sais que sans toi ben je m'en sortirai pas! Mais bon, c'est pas grave (envin un peu quand meme), je m'en remettrais.

    Bisous ma crouty

    RépondreSupprimer
  2. chevelure-exquise debilus1 mai 2009 à 02:33

    je voulais dire "je vomis pas" au tout debuit du commentaire :) voila ^^

    RépondreSupprimer
  3. Hé, votre anniversaire de couple c'est le jour du suicide du Führer. Etonnant, non ? ^^

    RépondreSupprimer