jeudi 1 mai 2014

Un week-end dans le Far North



Pour le week-end de Pâques j'avais congé (le Vendredi Saint est férié en Nouvelle-Zélande, comme chez tous les gens bien) alors avec Professeur Flaxou on s'est aventurés dans la région de Nouvelle-Zélande connue sous le doux nom de "Far North".


Avec un nom pareil, je m'attendais à moitié à y trouver un truc de ce genre:





(Ce qui aurait été ultra cool)

Mais en fait, le Far North, ça ressemble plutôt à ça:



(C'est cool aussi.)


(Mais un peu moins.)

Commençons cet article par un petit cours de géographie de rattrapage:


La Nouvelle-Zélande, sur les cartes traditionnelles, faut bien avouer que c'est un pays qui fait un peu tièp:




MAIS c'est parce que les cartes classiques sont Eurocentrées (ça va les chevilles?) et que donc, forcément, quand on prend une boule et qu'on la met à plat, ça disproportionne complètement l'échelle réelle des pays.


(Mais pour faire tenir tous les pays du monde sur une seule carte, faut bien ça.)


Seulement, dans la réalité, la Nouvelle-Zélande n'est pas si petite. Elle fait quasiment la taille de l'Allemagne si on les superpose:





(L'Allemagne fait 1,3 fois la taille de la Nouvelle-Zélande, si tu aimes couper les cheveux en quatre.)

Mais la Zélandie est surtout un pays très étroit et trèèèèès long. Pour preuve, si on la transposait dans l'hémisphère Nord, la pointe Sud serait au niveau de la Bretagne, mais la pointe Nord irait jusqu'au Maroc!





(Bah oui faut lui mettre la tête en bas pour avoir une idée de la latitude.)


(Je vais te laisser une ou deux minutes pour te remettre de cette gymnastique mentale.)

Le Nord, où j'habite, se situe donc à peu près au Sud de l'Espagne en termes de latitude (par contre niveau climat laisse-moi te dire tout de suite que c'est pas la même chose, cf. la motherfucking humidité permanente qui refroidit tout).


Et le Far North, donc, c’est une étendue de plaines verdoyantes et de forets millénaires, ensemencée de moult vaches et moutons, et aussi d’un nombre assez incroyable de poules qui se baladent au bord des routes.

(Genre y’a des volailles qui picorent partout au bord des voies, mais par contre j’ai pas vu un seul élevage de poulets dans toute la cambrousse, alors il va falloir qu’on m’explique comment ça se passe.)


(Ou alors quand les Kiwis disent « élevées en plein air » en fait ils veulent dire « on les lâche un peu partout et elles se démerdent », m’enfin ça ne me semble pas très rentable comme approche.)


La Far North est apprécié de tous les Kiwis pour sa valeur historique (« historique » avec des pincettes, faut pas déconner, c’est le Nouveau Monde) car c’est ici qu’on débarqué les premiers Maoris (soi-disant ; ça me fait quand même rigoler parce que tu peux visiter n’importe quelle région de l’Ile du Nord et on te dira toujours que les premiers Maoris ont débarqué ici, alors à un moment faut vous entendre, les gars). En tout cas, ce qui est sûr, c’est que les premiers colons Britanniques ont débarqué là.


C’est aussi pas très loin à l’Ouest du Far North (le Far West ?) que fut signé le Traité de Waitangi, alias LE document fondateur de la Nouvelle-Zélande (un accord conclu entre la Couronne Britannique et les tribus Maories concernant l’installation des colons, et qui est une sorte d’équivalent de la Déclaration d’Indépendance aux USA, ou de la Magna Carta en Angleterre).


Comme aux Etats-Unis, d’ailleurs, on peut visiter l’endroit où le traité a été signé, y’a des visites guidées qui coûtent la peau des yeux de la tête et perso je pense qu’à moins d’être un grand grand fan d’histoire Britannique c’est de l’arnaque totale, parce que bon, on te montre une maison, quoi.

(Genre c’est le pays avec les paysages les plus magnifiques du monde et c’est gratuit d’aller les admirer partout, mais pour visiter une pauvre maison, ah là nan c’est sérieux t’as vu.)


Donc Professeur Flaxou et moi on n’était pas dans le Nord pour aller visiter des maisons, tu t’en doutes, mais pour faire d’autres trucs passionnants, comme passer quatre heures dans des bouchons à la sortie d’Auckland.

(Partir en voiture pendant le week-end de Pâques, c’est de la merde internationalement, on dirait.)


Du coup on est arrivés à Cable Bay (notre hôtel pour la nuit) un peu bougons parce qu’il faisait déjà presque nuit, mais on a vite eu le moral remonté par un magnifique coucher de soleil digne des plus belles couvertures de bouquins de Danielle Steele :




(C’est tellement joli, on se croirait dans Lucky Luke.)


(Ouais, je suis une romantique.)


Et on a surtout eu le moral remonté quand on est arrivés à notre gîte et qu'on s'est rendu compte que la chambre pour deux était en réalité une "unit", soit un appartement entier rien qu'à nous, pour 80 dollars la nuit (le truc totalement improbable dans un pays où c'est impossible de trouver une chambre d'hôtel à moins de 100 dollars).

(Et on était encore plus contents quand le proprio nous a dit "Ca c'est mon disque dur de 2 Tera, il est branché à la télé mais si vous voulez copier des films ou des séries sur votre PC, faites-vous plaisir".)


(Qui c'est qui va se faire un marathon de films de monstres le week-end prochain? C'est bibi!)


D'où: joie.


Le lendemain, on a visité les merveilles cachées de Doubtless Bay:




Une baie recluse et très peu touristique, parce que souffrant de la compétition de sa voisine, la Bay of Islands (très connue parce que THE lieu historique, et un des lieux de villégiature préféré des Kiwis, avec Rotorua et Queenstown).


Et du coup c'était très cool parce que Professeur Flaxou et moi on est des gros asociaux, donc BONHEUR TOTAL en voyant ceci:









(Oui bon ben quoi, t'as jamais vu une plage de sable blanc totalement déserte un week-end de Pâques ou quoi?)






(Ha nan on n'est pas proches des tropiques du tout, qu'est-ce qui te fait dire ça?)









Ce week-end aura surtout été placé sous le signe du paumage, parce que malgré le GPS, on s'est perdus au moins cinq fois en allant à des endroits reculés:


- Bon, c'est par où Whatuwhiwhi?
- Je sais pas, le GPS le trouve pas.
- Tu l'as bien écrit? Avec trois WH?
- Oui oui, mais il le trouve pas.
- Bon ben on y va avec la carte alors.

(Grand moment de LOL, parce que notre carte c'est une carte du pays entier, on voit pas les petites routes.)


- Par là, y'avait un panneau!

- Mais c'est un chemin de terre et y'a que des fermes!
- Ben on y va et on va voir.



















- Y'avait rien finalement.

- C'est pas grave, j'ai pris des photos de la route, c'était joli.

Après une nuit de films et de pâtes, fini de rigoler: on s'est mis en chemin sur la très longue route menant à Cape Reinga, alias l'endroit le plus au Nord de toute la Nouvelle-Zélande, beyond the wall et tout et tout.


Cape Reinga est l'endroit où l'Océan Indien rencontre l'Océan Pacifique. C'est aussi un lieu sacré pour les Maoris, car c'est ici que se trouve l'entrée du monde des esprits (cf. cette légende qui le mentionne).


Nous, on y allait pour voir le point de convergence des océans, mais, pour une raison totalement improbable, TOUS les Kiwis a qui on a mentionné notre road trip ont répondu:


- Ah, Cape Reinga! Vous allez voir le phare!


Et chaque brochure touristique, chaque panneau sur le chemin, TOUT nous vantait ce fameux phare. Je me disais "ça doit être une antiquité, une institution, peut-être même qu'il y a une légende cool derrière ce phare" et je commençais à avoir vachement envie de voir le phare.


Et puis, sur place, le LOL complet en voyant la réalité du truc:




(V'là le phare de compète, quoi).




(Professeur Flaxou est là pour l'échelle, ça te donne une idée de la taille du bestiau.)

Bon, après, je suis pas une spécialiste des phares, vu qu'à la base je viens d'une région où y'en a pas des masses tu t'en doutes, mais j'ai été en vacances en Bretagne suffisamment de fois pour crier à l'arnaque.

Ce qui me fait marrer, c'est que les Kiwis sont trop en admiration devant leur vieux phare moisi, mais après ils ont le paysage de Cape Reinga devant la gueule, en mode "merveille":








Et ils font "Ouais bon okay c'est joli quoi, mais t'as vu ce PHARE?"

(Ces gens sont fous.)





(La photo obligatoire à envoyer à nos mamans.)

(Parce que quand on n'est pas sur les photos, elles ne regardent pas, dixit ma mère "J'ai vu les photos de ton week-end mais c'était que des paysages, alors je les ai pas regardées".)


Et puis c'était reparti dans la voiture, direction les dunes de sable géantes de Te Paki, qui feraient pâlir de jalousie la Dune du Pilat:




Alors d'en bas, OK, ça a l'air tout innocent.



Mais ensuite, ça grimpe, ça grimpe!



Et ça grimpe SEC:


Et une fois passées le haut de la dune, y'en a encore!




Mais la vue du sommet est imparable:






(On s'attendrait presque à voir surgir un ver des sables.)





 (L'Océan Indien nous fait coucou.)


(Tu noteras le bus qui roule dans la rivière, en mode "rien à battre".) 

Et si jamais tu passes par Te Paki et que tu roules sur l'or, sache que l'attraction principale est de faire de la luge le long des dunes, mais ça coûte 20 dollars de louer une luge alors pour qui tu me prends je suis pas un jambon.

(Et en plus pour qu'après tu passes le reste de la journée à enlever du sable de ta culotte et à te gratter la raie, merci mais non merci.)


Et puis on a cherché où aller pour la suite du voyage, et mon guide disait qu'il ne fallait pas rater 90 Mile Beach.


90 Mile Beach, comme son nom ne l'indique pas du tout, est une plage qui fait dans les 54 miles de long (donc en fait on devrait plutôt l'appeler 90 Kilometres Beach), mais faut avouer que c'est tout de même impressionnant. 


90 Mile Beach se situe ici:



On passait donc pas très loin pour rejoindre notre hôtel à Kaitaia.


On passe par des petits chemins de terre, on arrive à la plage, et là, surprise:


- Où est le parking?

Y'en avait pas!

(Dans un pays comme la Nouvelle-Zélande où on aménage des parkings au fin fond du bush - et ceci n'est pas une exagération - c'est un peu de la folie pure.)


On décide donc de rouler jusqu'au bout du chemin, et là, on arrive:




Directement sur la plage.

Et c'est en voyant les voitures passer dans tous les sens à côté de nous que j'ai compris que 90 Mile Beach n'est pas tant une plage qu'une véritable autoroute, et qu'elle est utilisée par tous types de voitures.


(Le guide mentionnait bien la conduite sur la plage, mais je pensais que ça s'appliquait aux 4X4, pas aux Ford Mondeo de 1998.)


Et donc, nous voilà partis comme des fiers kékés:





(Flaxou et sa pose de jacky.)





(Une vue plus sympa que l'A4 Strasbourg-Metz, on en conviendra.)

Bon alors j'avoue, dès les premières minutes dans la voiture, je me sentais en mode ultra rebelle hippie:



video

Mais tu noteras que Professeur Flaxou était loin de partager mon enthousiasme.


video

("On peut pas faire des drifts ça abîme les pneus", "On peut pas aller dans l'eau ça abîme la carrosserie"... Quel rabat-joie ce Flaxou.)

Mais, au final, même lui s'est laissé griser par la vie de rockstar:


video


(Oh là là on est des foufous.)

Au final, c'était les 90 kilomètres les plus fun de ma vie entière.


- T'es au courant que je vais mettre ces vidéos sur le net? 
- Et alors?
- Qu'est-ce que ta mère va dire quand elle te verra conduire sans les mains?
- Elle verra rien, elle a un Mac.

Décidément on est vraiment trop des ouf malades.



video

Mention spéciale au GPS qui a pété un plomb quand on l'a branché parce qu'il ne trouvait pas la route, et qui  par dépit nous a très gentiment invités à venir nous noyer dans l'Océan:




(Après 3.6 kilomètres, tournez à droite et suicidez-vous.)

(Skynet existe, c'est pas de la blague.)


Et puis c'était le looong retour vers Auckland (5 heures de route quand même.)

En bonus round, quelques photos prises du siège passager:


(Les plaques personnalisées sont très courantes dans ce pays, mais celle-ci est la plus cool du monde.)


(La route qui mène à Cape Reinga, featuring notre voiture.)


(C'est limité à 100 sur les routes de campagne et les autoroutes, on ne peut pas aller plus haut) (enfin techniquement si mais ce serait illégal).


(Partout des vaches.)


(Le sapin cônique, un incontournable de l'Ile du Nord.)


(Des fruits pas dérangeants du tout.)

(Et c'est une très mauvaise idée de dessiner une patate douce, parce qu'on dirait quand même vachement un caca.)


(Le dessin de mouton le plus paresseux du monde.)


(Un arc-en ciel à Opononi.)

Epilogue:

- Alors maman t'as vu mes photos du Far North? J'ai pris des photos de moi cette fois-ci, t'as vu.

- Oui oui j'ai vu. Dis donc t'as grossi, oh là là je t'ai même pas reconnue!

(Et après, elle s'étonne que je préfère les paysages.)

4 commentaires:

  1. La "baie recluse" est superbe, ça donne envie d'y aller :) . Merci pour ces belles photos, qui font voyager !

    RépondreSupprimer
  2. Superbe :) J'aime beaucoup la remise en contexte géographique au début ! J'ai dû faire quelque chose de similiaire durant mon stage et on se rend compte à quel point ce genre de "détail" (comme les échelles sur les cartes) peut tromper :p

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique. Merci de me faire voyager comme ça et en plus, j'ai le compte de fous rire pour la journée! J'adore.

    RépondreSupprimer
  4. Je plussoie ton affirmation, selon laquelle le vendredi Saint férié caractérise surement les zones civilisées - versus la forêt primaire et les territoires des Grands Singes.

    RépondreSupprimer