jeudi 9 juillet 2009

Geology rocks !



Donc Professeur Flaxou est venu me rendre visite.

Je lui avais réservé les attraction scientifiques : aquarium, jardin botanique, musée d'histoire naturelle, gay pride, tout ça.


Personnellement, j'ai kiffé l'aquarium.

Je suis un peu bizarre au sujet des poissons : quand je suis dans la même eau qu'eux, je panique, je suis persuadée qu'ils vont me manger. Qu'ils vont se jeter sur moi, toutes nageoires dehors, en hurlant t'as mangé mon frère espèce de criminelle.

(Notez que ça me fait jamais ça avec les poulets, et pourtant j'en mange vachement plus).


Faut me voir à la mer, hein. Les gens qui partent avec moi deviennent fous.


- Charlotte, viens dans l'eau, elle est bonne !
- Nan.

- Allez viens !

- Nan. Je reste sur la plage, j'ai lu que six bouquins aujourd'hui, et regarde je suis un peu moins bronzée du dos que du ventre, faut que je me retourne.

- On s'en fout !

- Mais je viens juste d'attaquer le Dostoievski !


(Oui, parce que quand je suis à la plage, j'ai vraiment rien d'autre à faire que de lire puisque je refuse de me baigner, alors j'en profite pour lire tous les bouquins trop chiants ou trop compliqués pour que je les lise chez moi, où y'a Internet. Donc plage égale cure d'auteurs russes alcooliques et suicidaires. Je trouve que ça s'accorde bien avec la plage.)


Des fois on arrive quand même à me faire entrer dans l'eau.


- Ouh. Ouh. C'est froid. C'est mouillé. C'est bleu. Beurk.


C'est tout un challenge de me faire rester.


- Tu penses qu'il y a des oursins sur le sable ? Nan parce que je voudrais pa marcher dessus, hein. Je ferais peut-être mieux de revenir sur la plage.


Bon j'avoue, je cherche des excuses des fois.


- T'es bien sûre que c'est un sac plastique ? Nan parce que moi je vois une méduse, là.


Et puis une fois, je sais pas trop ce qui m'avait pris, j'avais peut-être sniffé un peu trop de crème solaire, je me suis dit je vais aller nager.


(J'avais dit une fois sur le blog que je savais nager à peu près comme un chien sans pattes. C'est le moment de s'en souvenir.)


- Ah ! Mes pieds ! Y'a plus rien en-dessous ! AH ! Y'a un truc qui a frôlé ma jambe ! (Oh mon dieu un requin ça y est je suis morte, oh quelle conne d'aller nager au milieu de toute cette eau pleine de prédateurs). (Regarde en bas, allez, regarde en bas, courage, souviens-toi de l'auto-défense, enfonce-lui le nez dans son sale cerveau de poisson mangeur d'hommes.) Bon, c'est juste une algue. AAAH, UNE ALGUE !!!


Des fois même je me fais peur toute seule quand je suis à la piscine. Je sais nager bien que sur le dos, alors mes oreilles sont dans l'eau et y'a tout plein de silence, et là je revois l'affiche des dents de la mer dans ma tête et je fais une mini crise cardiaque. (Que celui qui n'a jamais eu peur des requins dans une piscine me jette le premier seau de crabes.)


Mais des poissons dans un aquarium, ça va. Faut juste que je vérifie que le verre est bien solide, et ensuite ça va.


- Alors, petit pédé, on rigole moins maintenant ? Sors de ton cube si t'es un homme, moi je te défonce.


Donc c'était bien. Professeur Flaxou est évidemment resté scotché devant les méduses, j'ai cru qu'il partirait jamais. On s'est aussi fait entuber par un poisson amphibie qui faisait rien que de bouger quand on regardait pas. (Si c'est pas malheureux de constater que la somme de nos cerveaux ne vaut pas celle d'un poisson à pattes).


Le musée était sympa aussi. J'ai découvert que Professeur Flaxou avait un passé de minéralophile.


- Des cailloux ! Plein de cailloux ! Je veux vivre et mourir dans cette salle !

- Pfouh. C'est pas des cailloux spéciaux. Tu peux même pas faire du feu avec. Trop nul.


(Bon, y'avait quand même une améthyste maudite, et un trésor de pirates, et la plus grande collection de diamants colorés du monde, et une poussière de diamants cosmique qui s'est formée des milliards d'années avant que notre système solaire ne soit crée. C'est quand même majoritairement cool).


Le jardin botanique était sympa, et la gay pride (on a eu des autocollants!), et les dîners chez les chinois avec Adèle.
Même quand on a failli casser mon lit et qu'on a dû redresser une vis en tapant dessus avec mon chargeur de piles pendant une-demi heure, c'était sympa.

- Quand même, je me sens trop fier.

- Hein ?

- J'avais encore jamais cassé un lit avec une fille.


Tu vas quand même me manquer.




PS : deux personnes un peu folles m'ont dit oooh Chachoooo tu mets pu d'photooooos. Alors j'en remets.



OUUUUH !



Des jolies couleurs



Adèle et Professeur Flaxou se font attaquer par des palmiers



Ces gens sont fous.

3 commentaires:

  1. chevelure-exquise qui t'aime10 juillet 2009 à 08:50

    OUAIIII un article! un article! youpiiii!

    Professeur flaxou, il m'avait deja tout raconté!

    mais c'etait drole a lire quand meme :D

    Tu me manques ma belle!

    RépondreSupprimer
  2. Tes articles sont toujours trop coules (tellement coules que les anglais ont baptisé une rue de ton nom... la classe, tout simplement !)

    RépondreSupprimer
  3. Mdr jme suis bien marré à lire cet article !

    (Tu dois te dire "Ils sont ou mes lecteurs la ? J'ai pas de commentaires sur mes articles didonc", ben c'était juste pour dire que comme moi ils sont ptêt en vacances, coupés de toute connexion à internet, mais bien contents de trouver un cyber café pour venir lire tes dernieres aventures de temps en temps!)

    RépondreSupprimer