samedi 26 juin 2010

Un article que tout le monde va détester

 Si même Mickey s'y met, je jette l'éponge.

Oh là là mais c'est trop formidable! On est en 2010 et ça fait déjà quatre ans depuis la dernière Coupe du Monde! (Le temps passe vite quand on a la joie.) Du coup on a droit à une toute nouvelle!

Qu'est-ce que je suis heureuse qu'on ne parle plus que de ça, dis donc! Je frétille de joie tel un petit gardon malicieux. Quand j'entends les débats "Faut-il virer Domenech, tout l'équipe de France, ou juste Zahia", ça me transcende.

Au cas où vous n'auriez pas compris, c'était de l'ironie.

Il y a peu j'ai fait une liste des choses qui m'horripilaient le plus au monde. J'avais oublié la Coupe du Monde. Ça vient tous les quatre ans, alors j'ai toujours tendance à oublier que ça existe. Et quand je m'en rappelle, j'essaye de le sortir de mon esprit. Comme quand on doit se faire arracher une dent, on a tendance à repousser l'idée jusqu'à ce qu'on soit assis sur le fauteuil. Là ça fait trois semaines que je suis dans le fauteuil. La Coupe du Monde, c'est comme si ma bouche était remplie de dents de sagesse et qu'on me les arrachait une par une sans anesthésie.

Mon problème principal, c'est que j'ai jamais réussi à m'intéresser au foot. C'est un angle mort de mon cerveau, comme l'économie, ou la capacité à ne pas casser la vaisselle. J'essaye de toutes mes forces, mais j'y arrive simplement pas. Les règles sont tellement dures à suivre que je comprends jamais ce qui se passe sur le terrain, à part qu'ils cavalent et qu'ils ont des couleurs différentes.

Au début, je pensais que le but du jeu, c'était de taper dans le ballon tout en courant. (Des gens m'ont dit que le but final, c'était de mettre le ballon dans le filet, mais j'ai jamais vu les joueurs faire ça, alors je pense qu'ils doivent confondre avec le rugby.) Ensuite j'ai vu qu'ils étaient pas contents si des joueurs d'une autre couleur prenaient le ballon, j'en ai déduit que le but du jeu c'était de garder le ballon au sein d'une équipe pendant 90 minutes. Mais maintenant que j'ai deux ou trois matchs (bon, le match France-Brésil 1998 et deux ou trois extraits du Zapping) à mon actif, je crois avoir compris : en fait, le but du football, c'est de faire semblant de se blesser. Ensuite t'as le droit de taper dans le ballon sans personne autour de toi, et ça semble rendre les gens autour du blessé très heureux. (Peut-être que celui qui gagne le match à le droit de garder le ballon, c'est pour ça. Ça coûte cher, c'est du cuir.)

Maintenant que j'ai compris ça, je peux regarder les matchs de foot avec les gens normaux qui arrivent à comprendre ce qui se passe. Et pour pas passer pour une cruche, j'ai tendance à copier leur comportement. 

Ils semblent souvent en vouloir à un monsieur qui s'appelle l'Arbitre et qui donne des petits bouts de papier aux joueurs quand ils ont été méchants. (Et ensuite il les envoie au coin, ça rigole pas avec la discipline.) Alors maintenant, dès que je vois sortir un bout de papier, je crie "Oh! L'Arbitre!!". Avant, je criais "Oh! L'Arbitre! Enculé!!" mais ensuite j'ai compris que des fois, les gens sont contents que l'Arbitre donne un papier, et des fois non. Comme j'ai jamais pu trouver pourquoi, je crie juste "Oh! L'Arbitre!!" et j'attends de voir si les gens sont contents ou pas. S'ils sont contents je rajoute "C'est bien fait!" et sinon je m'en tiens à "Enculé".

J'ai aussi remarqué que les gens qui regardent le foot utilisent un vocabulaire très compliqué. 

- Oui, quand Henry a fait la passe à Ribéry dans la surface de réparation, et qu'ensuite il a passé à l'avant-centre-droit-attaquant, j'ai cru qu'il allait y avoir faute, à cause du tackle dans le corner, mais l'Arbitre a pas donné un penalty.

Alors des fois je crie des mots au hasard juste pour faire croire que je comprends le match.

- Coup franc! Corner! Tir au but! Penalty! Oh, l'Arbitre!!

Ils y voient que du feu.

(Sauf Sarah. Sarah, l'autre jour, elle m'a dit que la surface de réparation, c'était le rectangle devant le filet. Moi je croyais que la surface de réparation, c'était l'endroit où ils emmenaient les joueurs blessés. Pour les réparer. Ils auraient pu dire "infirmerie" tout simplement, mais bon ils font jamais rien comme tout le monde.)

Mais mon problème avec la Coupe du Monde, c'est pas le foot en soi. Je pense que je pourrais faire abstraction pendant un mois tous les quatre ans, et prendre mon mal en patience jusqu'à ce qu'ils se remettent à diffuser des clips de Beyoncé dans les bars. Non, le grand problème, c'est les gens.

Il y a deux types de gens qui m'énervent à la Coupe du Monde : les supporters, et les médias.
Les médias, c'est eux qui m'énervent le plus, parce qu'ils ont moins d'excuses que les supporters. Si un gars il vit vraiment pour le football, que c'est sa passion et tout, eh ben tu comprends qu'il ait du mal à parler d'autre chose pendant la Coupe du Monde. Mais les médias, leur boulot, c'est de nous informer. Et pendant la Coupe du Monde, niveau info, ça vaut pas la moustache de Staline. En dix-huitième page, on te parle de la guerre civile au Kirghizistan, des morts dans le sud de la France à cause des inondations, de la marée noire qui n'en finit plus, des scandales de pots-de-vin chez les ministres et tout ça, et en première page, t'as : "Défaite des Bleus : faut-il virer Domenech?" C'est la quatrième dimension.

Et depuis que j'ai Facebook, j'ai de moins en moins de respect pour les supporters. Autant je comprends ceux qui suivent le football toute l'année, autant j'ai du mal à comprendre les gens qui ne regardent jamais le foot, et qui soudain à l'approche de la Coupe du Monde se transforment en choses qui braillent et qui portent des écharpes. (On est en juin, tu dois avoir chaud quand même.)

Je sais pas pour vous, mais moi quand j'entends "Coupe de Monde" je pense "gens en short qui cavalent et gens dans les gradins qui chantent". Apparemment, d'autres gens entendent surtout "permis de semer l'anarchie". C'est comme si y'avait plus de règles, on peut dire toutes les horreurs qu'on veut, et ensuite se draper dans les oripeaux de la culture sportive. Je dois être naïve, j'avais jamais pensé que le nationalisme exacerbé faisait partie de la culture sportive. Mais apparemment si. Vous saviez, vous, que les Italiens étaient tous des tricheurs? Moi non. Mais bon c'est instructif. (On ne m'y reprendra plus de sitôt à jouer aux dames avec un Italien.) Ces informations, je les tiens des statuts Facebook de ma page d'accueil, qui s'accordent tous à dire que : "Ah ah salauds d'Italiens, vous avez perdu, c'est bien fait pour votre gueule, vous aviez qu'à pas nous piquer la Coupe en 2006". (Et là on a quand même envie de dire : mec, tourne la page.)

Je ne sais pas s'il y a quelque chose que j'aime plus dans les sports que ces "nous" collectifs. Le mec te dit "Ouais, on a pas trop mal joué ce soir, Henry avait une bonne défense", pendant un moment tu te dis "Ah ouais quand même, je savais pas qu'il était dans l'Equipe de France". Mais en fait non! C'est juste que les gens sont tellement dedans qu'ils jouent par procuration. Du coup, quand une équipe gagne, c'est pas "L'équipe que je soutiens a gagné", c'est "ON a gagné". Le gars il a rien fait d'autre que de rester assis dans son fauteuil avec une bière et des cacahuètes, mais c'est SA victoire tout pareil que les joueurs, parce qu'il était avec eux par la pensée.

(Mais c'est une combine de génie, ça! Depuis, je me suis mise au tennis par procuration, eh ben je peux vous dire qu'Anna Kournikova et moi, on a perdu au moins trois kilos.)

Et puis bon, cette année, il faut dire que les supporters ne m'aident pas à les faire remonter dans mon estime. 

Qu'on s'entende : les vuvuzélas, ça fait du bruit pour tout le monde? C'est pas comme les ultra-sons que seuls les jeunes et les chauves-souris peuvent entendre? C'est pas un de ces instruments de musique chelou où certaines personnes entendent du bruit et d'autres de la musique, comme la cornemuse, ou ma belle-mère qui joue du saxo? (Même si, dans ce cas de figure, c'était bien la seule à entendre de la musique. Moi, j'entendais une corne de brume.) Mais la vuvuzéla, c'est pas un vrai instrument, on est d'accord? Ça fait partie des choses qui font du bruit pour nous énerver, comme les kazous, les crécelles, ou les didjeridoos. (Moi-même, j'ai été l'heureuse propriétaire d'une crécelle entre Noël et Nouvel an 1993. Ensuite, elle a mystérieusement disparu. Je soupçonne un peloton d'exécution familial.) Donc c'est sûr qu'une néophyte comme moi, quand elle allume sa télé en disant "Tiens allez je me sens d'humeur corsaire aujourd'hui, je vais regarder France-Uruguay" et qu'au bout de trois secondes ses oreilles se mettent à saigner, ça n'arrange rien.

(Oh c'était super chouette de parler de moi-même à la troisième personne. Je me sens comme Alain Delon.)

Donc voilà, la Coupe du Monde, j'ai essayé comme chaque année, mais c'est fini. Je vais vivre les prochaines semaines les yeux fermés et les oreilles bouchées, et continuer à aller au restau ou au ciné avec Professeur Flaxou les soirs de match. 

C'est génial de marcher dans les rues un soir de match. T'es comme seul au monde, t'as l'impression que le virus des zombies les a tous atteints. 

Et, au niveau métaphorique, c'est un peu ça.



PS : L'autre jour Didier Porte s'est fait virer de France Inter. (Stéphane Guillon aussi, mais je l'écoutais moins.) Soi-disant que leur humour était trop insolent envers une certaine personne haut placée. Et dans les journaux, on parle toujours que de Domenech. J'ai mal.

3 commentaires:

  1. Un article comme on les aime.
    =)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connaissais pas Didier Porte, et Guillon juste un peu à la télé. Mais je me demande où va la France ! C'est de pire en pire...

    RépondreSupprimer
  3. chevelure-n'exquise28 juin 2010 à 19:40

    t'as raison en fait, a par ton paragraphe sur les medias, j'aime pas trop cet article :s

    RépondreSupprimer