lundi 14 février 2011

Etre une femme libérée tu sais c'est pas si facile



Plus les années passent et plus j'ai l'impression d'être une résistante de l'amour.

Pas de l'amour au vrai sens du terme, au sens "je t'aimerais même si t'étais grosse, ou si t'avais du psoriasis" (faut vraiment aimer quelqu'un pour continuer à l'aimer quand il fait des cultures de champignons entre ses orteils). Mais l'amour au sens "jetons des seaux de rose partout jusqu'à en vomir, puis découpons des cœurs dans les choses qu'on aura vomi", ce genre d'amour.

Le pire, je crois, c'est que personne autour de moi ne comprend.

Naguère, quand j'avais pas de mec (c'était wolaaaa y'a longtemps) je disais :

- Nan mais de toute façon-an la Saint-Valentin c'est trop une fête COMMERCIALE-an t'vois, j'veux dire c'est quand même trop méga MERCANTILE quoi-an, et puis bon vas-y la DICTATURE de la machine capitaliste broyant l'honnête homme dans ses mâchoires infernales-an. Nan mais sérieux le FLÉAU de l'homme moderne quoi, le cancer c'est trop rien à côté t'vois. Moi j'dis révolution à la Che Guevara merde-an!

Ouais je parlais comme une connasse, en même temps j'avais seize ans. D'où les références au communisme. Parce qu'à seize ans j'étais communiste. Vu que j'avais lu Marx, mais pas encore Soljenitsyne. (Avoir lu Marx sans Soljenitsyne, c'est un peu comme quand tu vois l'étagère Ikea sur la photo du catalogue, et tu l'adores tellement que t'as envie de l'embrasser, et tu passes des jours à rêver à la belle place qu'elle occupera chez toi. Et puis ensuite tu la montes, et rien ne marche comme il faut, et tu finis par pleurer sur tes boulons au milieu du champ de ruines qui fut jadis ton appartement.) (Dis donc je deviens forte en métaphores.)

Bref.

Donc évidemment, on ne me prenait pas au sérieux. (En même temps j'avais seize ans.) Et j'entendais un peu partout ce langage :

- Ouais ouais, tu dis ça parce que t'es célibataire et que t'es jalouse, c'est tout!

Et quand je disais que non non, je n'étais pas jalouse de dépenser une fortune pour une gigantesque opération marketing, ceci dans le but de me retrouver tout aussi amoureuse qu'au départ, mais plus pauvre de cinquante euros, et garnie d'un hideux bracelet en or plaqué marqué "FOREVER" en police Vivaldi. Ce à quoi on me répliquait généralement :

- Oh, tu dis ça maintenant que t'es seule, mais attends d'être avec quelqu'un que tu aimes vraiment, et tu verras, c'est pas si mal!

Aujourd'hui, six ans plus tard, je suis toujours assez fière de clamer que je n'ai pas fêté une seule Saint Valentin de ma vie. Ça prouve que j'arrive à tenir au moins un principe. (Oui, parce que le principe de "Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse" que j'avais juré de ne jamais trahir, ben epic fail. J'aimerais pas du tout qu'on se foute de ma gueule derrière mon dos, et pourtant je me gêne pas.) (J'ai juste changé mon principe en "Assume ce que tu dis derrière le dos des gens", qui est nettement plus facile à tenir. Vu que je m'en fous d'avoir des amis. J'ai un blog, j'ai pas besoin d'amis. C'est le web 2.0, merde.)

Bon, heureusement, j'ai un tantinet tempéré mes vues sur la Saint Valentin. (Et surtout, je ne les exprime plus avec un accent de connasse.) Je continue à penser que c'est une fête consumériste qui asservit la population à un mythe exploité pour les purs besoins du marketig (coco inside), et je continue à penser que si déjà on s'offre des cadeaux, autant s'offrir des choses que l'autre veut vraiment plutôt que des bijoux moches ou des restaus hors de prix juste sous prétexte qu'il faut être "romantique". (Une barrette de RAM avec un joli ruban, c'est très romantique.) Et je continue à penser que si on tient vraiment à célébrer son couple, autant fêter son anniversaire, date autrement plus significative que le 14 février, qui ne signifie rien, à part que c'est la moitié du mois de février.

Mais j'ai arrêté de traiter tous les gens qui fêtent la Saint Valentin de gros cons. (Sauf si leur idée d'une soirée en amoureux est d'aller au Mac Do. Là y'a pas d'excuse.) Et je concède aussi que c'est pas le pire mal de l'humanité. (Il serait même pas dans mon top 10.) C'est déjà un progrès par rapport aux années précédentes.

Quand à moi, je continue à fêter ma Saint Valentin en toisant de mépris les gens qui me disent :

- Ooooooh ton copain est pas là en semaine? C'est trop dommage! Vous allez fêter le week-end prochain alors?

Et à passer mon 14 février seule chez moi, en pyjama sous une couette, à regarder Shaun of the Dead en mangeant des Granola.

Parce que Simon Pegg, le deuxième amour de ma vie, est né le 14 février, et que le diable m'emporte si ça c'est pas un truc à fêter.



PS : Pour les accros au romantisme qui sont déçus de tant de cynisme, voilà quelque chose pour vous : aujourd'hui, j'ai appris que mon papy et ma mamie ont décidé de se marier (après vingt-deux ans à vivre dans le péché, ah ben bravo). Ils ont soixante-quinze ans et ils vont être des jeunes mariés tout amoureux, et je trouve que c'est la chose la plus adorable du monde. Hourra pour eux!

PPS : Non j'ai pas honte de mes titres, c'est super bien Cookie Dingler. Alsace représente!

7 commentaires:

  1. chevelure-exquise14 février 2011 à 22:44

    tu m'as même pas dit pour ton papi et ta mamie! C'est trop chouuuuu! Et moi non plus je fete pas la saint valentin :) Par contre samedi soir je fete mes deux ans moins un jour avec Flo (oui moins un jour car on ne peut pas le fêter le 20, y'a match -_-)

    RépondreSupprimer
  2. Ehhh ! Trop dingue ! Moi aussi mes grand-parents vont se marier ! Sauf que eux c'est plutôt le RE-mariage, mais c'est mignon quand même ^^
    P.S. : et sinon dans la Grande Liste des Coïncidences, moi aussi je trouve ça ridicule la St Valentin. Cela dit j'aurais pas été contre une boîte de chocolats (aujourd'hui ou n'importe quel autre jour d'ailleurs... =P)

    RépondreSupprimer
  3. Congratulations à ton papy et ta mamie, c'est joli de s'aimer comme ça après tant d'années ! (c'est ce que tout le monde dit, mais en fait c'est pas joli, c'est juste normal)

    Bon, sur ce, je sais ce que je vais demander à mon amoureux : de me ramener Shaun of the Dead qui traîne chez lui pour honorer Simon Pegg comme tu le fais. Ha.

    RépondreSupprimer
  4. Meuh non, à l'époque tu parlais pas en mettant des "an" "an" "an" à chaques doublons de mots...;)

    RépondreSupprimer
  5. Dsl mais je SUIS romantico-gnagnan (même si je suis de la même religion que toi concernant la St Valentin) alors la seule chose qui me vient à l'esprit à la fin de ton article c'est
    mais c'est trop mEUgnon pour tes grands-parents !!!!!
    (si tu savais comme Jean te maudit pour avoir introduit ce mot dans mon vocabulaire)

    RépondreSupprimer
  6. L'article gynéco n'est plus là? Lol
    Tant mieux! J'adore celui-ci!

    RépondreSupprimer
  7. Héhé j'allais dire la même chose qu'anonyme... sauf que j'aimais bien l'article gynéco moi ! ^^

    RépondreSupprimer