dimanche 19 février 2012

Laaaa musiiique, ouiii la musiiiique

(Ah ben ça, c'est sûr que c'était mieux que Justin Bieber)


Il y a d'abord eu la fois où j'étais seule en voiture et où j'ai entendu Shakira chanter "Je l'aime à mourir" de Francis Cabrel, dans un espèce de langage bâtard français/espagnol à peine compréhensible, et d'une voix qui faisait penser à Hélène Ségara dans ses pires moments.


(Mais reconnaissons au moins à Shakira la clémence d'avoir commis ce massacre sans procréation musicale assistée, avec option "voix électronique de paralysé des cordes vocales".)


Et ensuite, y'a eu cette fois dans la voiture où Professeur Flaxou et moi on s'est arrêté de parler pour être bien sûrs de nos oreilles, et en fait c'était vrai : c'était une reprise des Cranberries à l'auto-tune (Bon, mais là, même avant, quand j'entendais "Zombie", je ne pensais déjà plus "Cranberries", je pensais "Florence Foresti".)


Ce qui me fait me demander : est-ce qu'on se souviendra des années 10 (huhu, "les années 10") comme des années auto-tune? Je pense que la réponse est : oui.


Et je trouve ça assez rigolo, parce que bon, disons-le, l'auto-tune, c'est le truc le plus moche du monde (la dernière fois que la voix électronique était tendance, c'était quand les chansons faisaient "da beu di da beu da", alors t'imagines bien).


Mais bon, je ne vais pas non plus hurler "C'est Mozart qu'on assassine". Parce que j'ai l'impression que les gens de ma génération sont un peu en décalage lorsqu'on en vient à parler de paille et de poutre.


C'est facile de rejeter en bloc Kesha et Justin Bieber en disant "La nouvelle génération écoute de la merde". C'est facile de brandir Alicia Keys, Amy Winehouse et Daft Punk comme des étendards des années 2000, en criant aux ados d'aujourd'hui "Écoute, ça c'était de la vraie musique!"


Et toi, jeune des années 2000? T'écoutais quoi sur Fun Radio la radio du fun (le slogan le plus pourri de l'histoire des slogans), enfermé à clé dans ta chambre au retour du collège? Hein?


T'écoutais seulement Beyoncé, Coldplay, Eminem, les trucs qui ont encore la classe aujourd'hui?


T'écoutais seulement des trucs indie au nom un peu chelou, genre Arctic Gorillaz, Vampire Breakfast, Clap Your Hands To The Beat To The Yeah To The Boogie Yo?


Ou bien tu vas carrément affirmer que t'es un vieux de la vieille, et que déjà à l'époque tu ne jurais que par Queen, Michael Jackson, Bob Dylan et autres Jimi Hendrix?


Bon, bien sûr, tu vas nous avouer en rigolant d'un air un peu gêné que tu "aimais bien" quelques trucs un peu idiots (mais pardonnables) : un petit penchant inavoué pour les Psy 4 de la Rime, une faiblesse pour Shakira, voire un péché mignon pour Magic System, alias "les mecs qui font la même chanson depuis 10 ans". (Le tout argumenté avec force "Oui mais bon ils avaient des paroles vraiment profondes", "Oui mais bon au moins elle chantait pas en auto-tune comme les pétasses d'aujourd'hui", "Oui mais bon tout le monde écoutait ça en boîte".)


Mais tu crois qu'on t'a pas capté, jeune des années 2000? Tu crois qu'on y était pas en même temps que toi, qu'on n'essaye pas de cacher les mêmes amours honteuses?


On les connaît très bien, ceux dont tu as "oublié" l'existence! Nous, on s'en souvient!


On sait très bien que tu étais complètement in love de Billy Crawford, le boys band à lui tout seul! (Avec sa chorégraphie encore bizarrement hypnotisante aujourd'hui.)


On sait très bien que ta chambre était tapissée de posters de Tragédie, avec ses chansons aux paroles profondes (On pourrait les résumer à "Eh, meuf, descends, arrête de faire ta pute") et leurs chanteurs qui s'appelaient Tizzy Boon et Silky Shai! (Quoi, mais quoi? Tu les as tirés au Scrabble tes pseudonymes?)


On sait très bien que tu projetais de te faire tatouer "Sniper 4ever" sur l'avant-bras! Alors qu'ils disaient "Si j'aurais" dans leurs chansons! Ça veut dire que, non seulement, pas un seul des 4 membres du groupe ne connaissait la grammaire, mais leurs producteurs non plus! Ni leurs parents, ni aucune personne à qui ils ont fait écouter cette abomination! (Et ils ont même pas l'excuse de la licence poétique pour faire la rime, qui servait péniblement à couvrir Don Choa dans "Docteur Hannibal".)


On sait très bien qu'en boîte, tu trémoussais ton booty sur le tube 2004 "Laisse-moi deviner la couleur de ton string" en piaillant "Iiiiiih j'adore cette chansooooon!" (Et aujourd'hui tu casses Rebecca Black pour la profondeur de ses paroles, mais c'est sûr que "Kafrine ouais faut que tu sois chouette faut que tu sois coquette/ Avec ton string couleur sucette" ça bat des records de poésie.)


Bizarrement, les mêmes qui, il y a dix ans, se pâmaient en écoutant les massacres de la première Starac' ("La musiiiique, oui la musiiique", sérieusement, réécoute-le et dis-moi que t'as pas envie de mourir) font aujourd'hui les outrés devant la musique qu'on leur présente, en ne retenant que le mauvais et en "oubliant" le bon.


Tout comme ils "oublient" que, quand ils étaient ados et qu'ils mettaient la radio à fond la caisse pour énerver leurs parents qui comprenaient rien à rien, c'était pas pour se mettre du Chopin. C'était du Tribal King, ouais! C'étaient les Roumains qui chantaient sur leur avion, et tu connaissais pas les paroles alors tu faisais juste "Nouma nouma yé"!


Je conclurai cet article avec un petit rappel pour tous ceux qui aiment dire que les paroles des chansons ont évolué dans la mauvaise direction, en se basant sur les paroles des chansons de Led Zeppelin et de Rebbeca Black. (Ce qui revient à comparer la vitesse de vol d'un faucon et d'un chameau).


2009 :
So you've got a prescription, and that makes it legal.
I find the excuses overwhelmingly feeble.
You go to the doctor, you need pills to sleep in.
Well if you can convince him, then I guess that's not cheating.
So your daughter's depressed, we'll get her straight on the prozac.

But little do you know, she already takes crack.


1958 : 
"Lollipop, lollipop, 
oh lolly lolly lolly,
lollipop, lollipop, 
oh lolly lolly lolly"


PS : Allez, clique sur les liens Youtube. Tu sais que t'en meurs d'envie.

PPS : Je ne suis pas la seule à m'indigner sur les fautes de grammaire des rappeurs.

6 commentaires:

  1. Billy Crawford j'ai toujours trouvé qu'il avait une gueule de Koala. Et j'ai toujours bloqué sur sa tête à 3 min 21. Dis-moi que toi aussi.

    Sinon j'assume parfaitement mes anciens goûts, j'étais fan de Britney Spears, puis de Britney et Shakira, puis de Linkin Park, et ensuite de Marilyn Manson. Admire l'évolution...

    RépondreSupprimer
  2. Ah t'as quand même oublié de citer Willy Denzey. Celui-là tout le monde l'oublie, il passe même après les Whatfor dans les esprits...

    RépondreSupprimer
  3. J'assume parfaitement mes gouts musicaux de quand j'etais ado. Enfin j'assume, en va dire que je trouve ça un peu honteux aujourd'hui mais j'me dis que j'avais l'age d'ecouter de la merde genre Kyo, Evanescence, Linkin park, la BO de Dawson... En fait, j'ai pas vraiment évolué. Sauf qu'auj je suis consciente que j'ecoute de la merde genre Britney, Lady Gaga, Bruno Mars, Shakira et tout le bordel. J'ecoute du commercial et j'assume. Ca m'empeche pas d'ecouter du Florence and the machine ou autre trucs moyennement connu et qui ont certainement plus de gouts!

    RépondreSupprimer
  4. Haaa Willy Denzey, je l'avais oublié! Il était dans ce coin de mon esprit où je mets les choses "comment j'ai pu écouter ça" (avec Matt "cendrillon du ghetto" Houston).

    RépondreSupprimer
  5. Amusant, moi je me rappelle très bien avoir honni tout ça, déjà à l'époque, passant pour un gros loser asocial hors du temps et pas branché... Ah, le collège lycée, des années musicales merveilleuses ^^

    RépondreSupprimer
  6. the greatest article ever written on the world blogosphere. Redécouvrir Tragédie a été un grand instant émotion. MERCI hahahahahah

    RépondreSupprimer