vendredi 18 août 2017

Vis ma vie chez mamie


Et donc depuis que je suis rentrée en France j'habite chez ma mamie.

En fait, j'habite pas exactement chez elle, mais à côté de chez elle – sauf qu'en fait c'est aussi techniquement chez elle.

Disons que c'est pas le truc le plus simple du monde à expliquer si t'es jamais venu chez moi:

- En fait, à côté de chez ma mamie, y'a un appartement vide – avant c'était mon oncle qui habitait là, et maintenant ma mamie a décidé de le transformer en gîte touristique.
- Et elle habite à côté?
- Oui, sauf qu'en fait c'est dans la même maison. Donc on partage l'entrée, le garage et la buanderie, et après c'est deux appartements séparés.
- Ah oui, donc ça a rien à voir avec ton père, au final? Fla m'a dit que vous viviez chez ton père.
- Non, mon père c'est à côté.



Okay, je sens que ça va être compliqué, donc laisse-moi t'expliquer ça depuis le début:

Un jour ma mamie a eu deux fils, et c'étaient les merveilles de sa vie.

(Et une fille qui maintenant fait la gueule à toute la famille, on sait pas trop pourquoi.)

Et ses deux fils (mon papa et mon tonton) aimaient tellement leur maman, et rechignaient tellement à la laisser toute seule (mon grand-père est mort quand j'étais pas encore née) qu'une fois installés avec leur boulot et leur conjointe respective, ils ont décidé de rester pas loin.

(Pas loin = littéralement à un mètre de là.)

Donc mon tonton a aménagé un appartement séparé dans la maison familiale, et mon papa a construit sa propre maison (de ses blanches mains) sur le terrain vague qui était derrière.

Ce qui te donne ce schéma explicatif de toute beauté:



Ce qui veut dire que j'ai grandi avec mes cousins et mes grands-parents comme voisins (je dis "grands-parents" parce qu'entre-temps, ma mamie s'est trouvé un papy, qui a emménagé avec elle quand j'avais un an, donc ma sœur, mes cousins et moi on l'a connu toute notre vie et en gros c'est notre papy adoptif.)

(Et en plus c'est carrément le meilleur papy du monde, il fait du jardinage, il est au Club Vosgien, il répare des choses dans son établi, il nourrit les oiseaux et IL PORTE DES SABOTS.)

(Je sais pas ce qu'il te faut de plus.)

Bref bref, du coup mamie nous avait dit que si jamais on voulait rentrer en France, on pouvait loger dans le gîte aussi longtemps qu'on le voulait – ce qui a grandement pesé dans la balance quand le choix de revenir a été fait, on va pas se mentir.

(Parce que ouais, squatter le canapé des potes et les chambres d'amis des parents, c'est cool une semaine, mais on finit vite par se marcher dessus.)

Du coup, là, on a un appartement entier rien qu'à nous, avec chambre, salon, salle de bains et cuisine (toute équipée bien sûr, c'est chez ma mamie après tout) donc autant te dire qu'on est comme des rois.

Je me sentais d'ailleurs pas super à l'aise à l'idée de ne pas payer de loyer du tout (ma mamie refuse catégoriquement toute tentative de paiement), jusqu'à ce que j'apprenne ce qu'advenait du loyer en temps normal:

- Quand même papa, je me sens mal... en période estivale, le gîte ferait un carton. Et si mamie a besoin de l'argent? Je veux pas la mettre sur la paille.
- Ha! Mais tu sais pas où il va, l'argent du gîte?
- Ben non.
- C'est vos chèques de Noël! Tout l'argent qu'elle fait en un an passe là-dedans.

Du coup, en fait, c'est mes cousins que je mets sur la paille, alors ça va, j'ai moins de scrupules.



(Et ma sœur m'a déjà dit "Ça valait tous les chèques du monde pour t'avoir de nouveau à la maison".)

(Love sur ma sœur 💕.)

Nous voilà donc installés à Kaysersberg (KB pour les intimes) en attendant qu'on trouve tous les deux du boulot et qu'on puisse se payer un appart. 

Au début, j'avais peur que Flaxou se sente un peu cerné, à vivre encerclé par ma famille, mais mon père est la personne la moins invasive du monde (des fois on le voit pas pendant des semaines alors qu'il habite à deux mètres) et ma mamie, après trente ans de cohabitation avec trois belles-filles successives (ma mère, ma belle-mère, et ma tante), a appris à tenir ses distances.

Concrètement, ça veut dire que si on la croise dans le couloir ou le jardin, la conversation sera polie et brève, et que c'est pas vraiment le genre à venir sonner à la porte toutes les deux heures. En fait – et c'est là toute la magie de cette cohabitation – les seules fois où elle vient nous voir spontanément, c'est pour nous offrir à manger.
(On a pris quatre kilos chacun en deux mois, ça te donne une idée.)

Et autant te dire que la bouffe diététique, c'est pas vraiment le genre de la maison:

- J'ai fait du poisson avec une nouvelle sauce, dites-moi ce que vous en pensez.
- C'est super bon, mamie!
- C'est bon, hein? Et c'est pas gras, tu sais, il n'y a pas de crème du tout!
- Ah bon?
- Oui, je l'ai juste montée au beurre. Cent cinquante grammes de beurre, c'est tout!

(AH BON BEN CA VA ALORS.)

Après, si tu penses que Flaxou et moi on est trop gâtés, c'est parce que tu ne connais pas l'échelle de mamie – en fait, ça va crescendo avec le nombre de générations qui la sépare de ses descendants. Donc elle gâte un peu ses enfants, beaucoup ses petits-enfants, et BEAUCOUP BEAUCOUP TROP ses arrière-petits-enfants.

J'en veux pour preuve la discussion qu'elle a eu avec ma nièce quand elle est venue manger la semaine dernière:

- Allez, à table, mamie a fait du poulet farci!

- Oh? Mais moi je voulais du poisson!




(Mais moi je voudrais une TARTE DANS TA DJEULE SALE PETITE POURRIE.)

Parce que, oui, ma soeur vient manger chez mamie une fois par semaine avec les petites, et mamie fait à chaque fois du poisson parce que c'est le plat préféré de ma nièce Lyson – et pas du poisson du supermarché, ah nan, du poisson du CHALUTIER steuplaît.

Petit flash-back de mise en contexte pour expliquer pourquoi c'est important que le poisson vienne du Chalutier de Bennwihr-Gare:

- Elle est bonne la lotte, hein?
- Délicieuse, mamie!
- Tu sais que j'ai failli pas en prendre, parce qu'au Chalutier ils avaient pas la lotte en magasin. Mais je leur ai demandé et ils en avaient derrière, juste pas beaucoup. C'est quand j'ai vu le prix que j'ai compris pourquoi: 68€ le kilo!
- QUOI?
- Ah, oui c'est sûr que c'est cher, mais tu as la qualité!

(Mais J’ESPÈRE BIEN que tu as la qualité!)

(C'est un peu la moindre des choses d'avoir la qualité!)

(Je suis limite déçue que ce soit pas du poisson passé à la feuille d'or, ou quelque chose.)

Bref, retour à notre enfant ingrat, et ma mamie, mortifiée, de s'excuser:

- Oh je suis désolée mon chaton, je sais que tu aimes le poisson, mais le Chalutier était fermé, j'ai pas pu en avoir aujourd'hui.

(Oui hein, pardon de te servir QUE du poulet de Bresse farci aux morilles.)

(Le supplice!)

Et Lyson de rétorquer, calme comme tout:

- Non mais c'est pas grave, mamie. On reviendra manger samedi comme ça tu pourras me faire du poisson.



(Non mais stop.)

Et le pire, le pire, c'est qu'elle est vraiment revenu manger samedi! 

Parce que pendant une semaine, elle aurait été privée de poisson, rends-toi compte, c'était intolérable.

C'est pas possible d'être aussi pourrie, j'te jure.

(Se plaint la meuf qui loge dans un appartement gratos, meublé, équipé, et qui se fait régulièrement livrer des tomates du jardin et de la confiture de mûres sauvages.)

(Oui mais moi c'est différent, okay?)

(En plus, les mûres de culture, c'est franchement pas possible.)

(C'est tout aqueux là, beh.)

Sur ce, je te laisse, je vais cueillir des mirabelles avec mon papy pour que mamie puisse nous faire une tarte.

(Cette vie m'épuise.)

A bientôt pour vingt kilos en plus de nouvelles aventures!

3 commentaires:

  1. Trye story : j'ai habité une année chez ma mamie pendant mes études, elle persistait à se lever avec moi à 6 heures du matin, voire à me réveiller elle-même, « parce qu'un baiser c'est quand même plus doux qu'un réveil ». Oui mamie. Et après elle me faisait un œuf à la coque, « parce que c'est quand même meilleur que des corn flakes ». Oui mamie. De toute façon il arrive un moment où tu peux plus lutter.

    RépondreSupprimer
  2. Je pensais que la spécialité, à Kb, c'était le coq au riesling.

    Je constate avec intérêt que c'est plutôt le coq au pâte ��

    RépondreSupprimer
  3. Le coq EN pâte, gn.

    RépondreSupprimer