lundi 10 août 2009

We'll sit in the trees and eat bananas all day



C'est bon, je suis sortie deux fois cette semaine, et j'ai ma dose pour toute l'année.


Faut dire que la Foire aux Vins, ça rend un tout petit peu agoraphobe. (Faut pas avoir honte, Darwin était agoraphobe, et ça l'a pas empêché de se faire détester des évangélistes, un truc dont tout le monde devrait pouvoir se vanter)


Les gens normaux se rendent pas compte.


- Ah nan, moi j'adore la Foire aux Vins. Tu bois du vin, tu jettes les bouteilles par terre, tu fumes des clopes dans la foule, tu transpires un peu à cause de la foule, mais ça va, t'as la tête qui dépasse, alors tu respires.


Bonjour, moi je fais 1m57.
Pile la hauteur d'un dessous de bras. Et là, tout de suite, la perspective d'une foule avinée suant par tous les pores prend une autre saveur. Donc ma soirée Foire aux Vins typique, c'est ça : les gens me renversent du vin sur la tête, ils me trébuchent dessus, ils me marchent sur les chevilles (c'est possible), ils me crament les bras avec leurs clopes, ils me balancent leurs bouteilles dessus. Et ils m'empêchent de respirer. Ça c'est pas de leur faute, mais quand même.


Ma seule récompense aura été un collier de fleurs oranges en plastique (le Jägermeister ça brûle la gorge mais ça a un goût de pain d'épice) et le fait de réaliser que la Foire attire tellement de monde que, même moi, je croise des gens que je connais.


Le reste du temps, j'ai marché en me tenant au sac de Sarah, j'ai fait la sieste dans des canapés d'exposition, j'ai regardé Flo bourré aller parler au chinois qui faisait de l'acupuncture aux gens :


- Eh, la veste blanche, c'est pour faire genre t'es un vrai docteur ?


J'ai essayer de traîner Professeur Flaxou dehors :


- Y'a du monde ! Tu détestes ça !

- Oui. Mais y'a du vin blanc, et j'aime ça.

Et puis j'ai eu des rencontres de toute beauté avec des fleurons de la gent masculine :


- Eh femme ! Tu l'as trouvé où ton collier ?


Je sais pas, t'as regardé dans ton cul ?
Connard.


Donc pourmoi, c'était déjà assez d'interaction sociale avec le reste de la planète.
Seulement, hier soir, c'était le concert de Scorpions. Et du vrai rock'n'roll, si t'es pas dans la fosse, c'est pas vraiment la même ambiance.

T'as pas l'occasion de compter toutes les rides sur les têtes des musiciens, de les voir si proches que tu pourrais presque les toucher, de les admirer dans leurs auras de lumière, si petits et si semblables à des êtres humains de chair et de sang. Et pourtant, tu sens que c'est différent, qu'ils évoluent dans une sphère qu'on ne connaîtra jamais, qu'ils ont un statut qui les rend uniques, presque divins. Le genre d'aura qui pousse dix mille personnes à venir s'incliner à leurs pieds et les acclamer avec toutes leurs tripes.


Ouais, j'aurais manqué ça.


J'aurais aussi manqué le mal aux jambes, l'envie de pisser que tu sens doucement se transformer en bonne vieille cystite de derrière les fagots alors que tu marines dans ta soupe de bactéries en te tortillant dans tes trois centimètres carrés d'espace vital. J'aurais aussi manqué de me faire écraser contre les barrières, et de me faire emmerder par un gros con.

- Oh nan mais arrête de pousser quoi ! Je suis bien d'accord que tu étais là avant et que je t'ai pris ta place en t'éjectant d'un coup d'épaule, mais c'est pas la peine d'essayer de revenir ! Faut grandir un peu quoi ! Moi je suis mature, j'ai quarante-sept ans et je pique la place à des filles d'un mètre cinquante juste pour être devant le chanteur. Prends exemple sur moi.


C'est la faune de la fosse.


- Nan, j'applaudis pas l'avant-groupe. Après il me restera plus assez d'énergie pour applaudir Scorpions. Je reste là et je fais la gueule, comme ça quand ils regarderont dans la foule, ils me verront au premier plan et ils comprendront que je me fais chier.


(Moi de toute façon j'ai toujours pitié de l'avant-groupe. Tu viens chanter devant des milliers de gens qui sont pas du tout venus pour toi et qui prient pour que les vrais stars viennent bientôt. C'est un peu ingrat. Surtout s'ils sont bons.)


J'aurais aussi loupé cette super sensation d'avoir des membres humains gluants qui te touchent de partout, ce super manque d'espace vital qui fait que si t'essayes de bouger, tu marches sur un pied égaré ou une main qui a perdu son IPhone.


Ou encore cette super sensation d'étouffement alors que tu te rends compte que le peu d'air que tu arrives à aspirer dans tes poumons flétris a une odeur qui mélange les dessous de bras des motards allemands quinquagénaires à ta gauche et celle des pets des touristes nourris à la choucroute à ta droite.


Oui, j'aurais manqué tout ça. Et j'aurais aussi manqué la baguette du batteur, miraculeusement récupérée par Professeur Flaxou alors qu'elle volait au-dessus de ma tête.

Professeur Flaxou était auparavant un mec bien. Il est désormais un dieu parmi les hommes à qui je dois une éternelle reconnaissance.


Je vais aller lui faire un gâteau, tiens.


Et ensuite je vais aller m'enfermer avec lui dans sa chambre, fermer les volets, et regarder les deux saisons de Big Bang Theory, en slip dans le noir.

(Oh non. Il est contagieux)

3 commentaires:

  1. chevelure-exquise11 août 2009 à 01:03

    Moi j'aime bien la foire aux vins! Faut dire que avec mon 1m63, j'arrive aux epaules des gens et pas sous leur aisselles ce qui est avantageux par rapport a toi :p hé! t'as tenu jusqu'a 23h! ce qui est un record pour toi! Une heure de plus que d'habitude! waouuuu

    RépondreSupprimer
  2. Toi aussi tu regardes the big bang theory ? je te pensais déjà déesse de l'univers, je crois que tu as atteint un niveau tel le nirvana !

    RépondreSupprimer
  3. En même temps, je serais même étonnée si tu ne regardais pas TBBT. On sait que t'es une geek, que j'en suis une, que c'est un truc de geek et que j'adore ça. Fais les maths.

    Et sinon, je te trouve drôlement sociale en ce moment - genre tu sors de chez toi, tout ça -, ça me fait peur.

    RépondreSupprimer