mardi 9 février 2010

La Princesse de Clèves


 (Voilà qui est mieux.)

Oui, je sais que pour être consistante avec mes vues politiques, je devrais adorer "La princesse de Clèves". Mais j'ai fait option Littéraire, alors le classicisme, s'il fallait encore une raison pour que ça me sorte par les trous de nez, les œuvres complètes de La Fontaine et de La Bruyère pendant deux ans n'aident pas vraiment.

Donc la Princesse de Clèves, c'était pas en lecture obligatoire, mais je l'ai lu quand même parce que c'était sur la liste de "lectures suggérées" pour le Bac de français et que j'avais lu tous les bouquins de la liste (Hermione, sors de ce corps). Enfin, "je l'ai lu". Disons plutôt "je l'ai survolé en diagonale tout en regardant Le Seigneur des Anneaux".

L'histoire de la Princesse de Clèves, c'est trompeur : tu vois écrit "Princesse", tu penses dragon, château, la plus haute tour du plus haut donjon, un chevalier vaillant, du sang et des boyaux, du sexe caché dans des allusions, enfin des trucs vaguement intéressants.

Mais en fait, Madame de Clèves, c'est même pas une vraie princesse. Et son histoire, tellement elle est chiante, on dirait le Myspace d'une fille de treize ans.

Jour 1 :
"Aujourd'hui mon père m'a donné en mariage à Monsieur de Clèves, il a l'air raisonnablement gentil."

Jour 128 :
"Aujourd'hui j'ai cueilli des fleurs dans le jardin. S'il m'était arrivé un truc dans ma vie, je pourrais faire une métaphore avec l'amour ou la mort. Mais en fait non."

Jour 257 :
"OMG ! Monsieur de Nemours est trop beau ! On dirait Robert Pattinson tellement il est beau ! Comment je suis trop grave amoureuse de lui !"

Jour 258 :
"Haaaaan il m'a regardééééééééée !"

Jour 264 :
"Haaaaaaaaan il m'a encore regardée aujourd'hui ! Je brûle d'un amour tellement intense pour lui !"

Jour 270 :
"Je crois qu'il m'aime aussi. C'est tellement difficile de cacher notre amour brûlant aux yeux de mon mari. Heureusement qu'on s'est jamais adressé la parole dis donc."

Jour 300 :
"Oh non ! Monsieur de Nemours a volé un portrait de moi, mais il a oublié d'emporter la boîte ! (J'adore les mecs obsessionnels qui volent des portraits de moi pour se branler dessus en cachette, trop romantique.) Mais quand même, c'est suspect, vu que tout autre qu'un amant n'aurait pas pris le portrait sans emporter la boîte ! Mon mari commence à devenir jaloux, que faire ?"

Jour 320 :
"Bon ben mon mari est mort de chagrin devant ma trahison ultime d'avoir presque parlé à un autre homme. Ca, c'est fait."

Jour 1589 :
"J'en reviens pas que Monsieur de Nemours il se pointe comme ça, alors que mon deuil est à peine entamé, et il me demande de me marier avec lui ! Quel goujat ! Je lui ai donné un soufflet, tu vas voir qu'il va pas l'oublier de sitôt."

Jour 2198 :
"Toujours veuve."

Jour 3174 :
"Toujours veuve. Je gère."

Jour 4352 :
"Faudrait quand même que je pense à mourir, ça devient chiant."

(Dans le bouquin, il y avait aussi des histoires de libertinages sous forme de lettres égarées, mais je t'épargne.)

Et puisque le destin, des fois, il a pas envie de lâcher le steack, en classe de Terminale on est allés assister à une pièce de théâtre avec l'école.

Devine ce qu'ils jouaient.

Le plus fort c'est que je m'attendais à une pièce de théâtre normale, avec une meuf en costume pour faire Madame de Clèves, un mec en costume pour faire Monsieur de Nemours, et ainsi de suite. A la place, il y avait juste un mec tout seul sur la scène, en collants vert et culotte bouffante que Pampers n'aurait pas renié. Il est resté là, tout seul, et il nous a récité l'intégralité du bouquin pendant une heure et demie.

Mais bon, de temps en temps, pour ajouter un peu d'action, il se perchait sur une jambe tel un flamant rose, ou bien il se roulait lentement par terre tout en récitant imperturbablemnt son texte.

Je dirais bien que je ne me suis jamais autant ennuyée au théâtre, mais l'année d'avant, j'étais allée voir une version hideuse de "L'illusion Comique" et ça avait duré deux heures et demie (heures que j'avais passées à contempler le très gros lustre du plafond, et à l'imaginer tomber sur la salle avec pertes, fracas et sang comme dans un film de Michael Bay).

Cette pièce de théâtre a définitivement gravé "La Princesse de Clèves" dans ma mémoire comme l'un des livres que j'ai honte de n'avoir pas aimé, parce que je sais que je devrais, mais non, c'est plus fort que moi, j'entends le titre et j'ai envie de mourir d'ennui. 

(Pour les curieux, dans cette catégorie de livres il y a aussi "Crime et Châtiment", "Guerre et Paix", "Orgueil et Préjugés", et "Moby Dick".)

Après y'a d'autres livres comme "Discours de la Méthode", "Les Confessions", "Les Caractères", ou "Confessions d'une accro au shopping", que j'ai pas aimé du tout, mais je m'en fous.

11 commentaires:

  1. Mwaha, j'adore le "Toujours veuve."

    Je sais pas s'ils ont déjà traité La princesse de Clèves dans Twiterrature, mais si c'est pas le cas, tu devrais te lancer dans le tome 2, j'en préréserve un exemplaire.

    RépondreSupprimer
  2. Hahahahahaha je classe direct cet article dans le Hit Parade des meilleurs que t'ai jamais écrit! (et là j'ai un doute sur la terminaison du verbe avoir, mais bon c'est un peu comme toi et les Confessions d'une accro au shopping, j'en ai un peu rien à foutre)
    Bref, super article donc, malgré le fait que perso j'ai beaucoup aimé La Princesse de Clèves :)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai bien ris ! Tu devrais voir l'adpation ultra moderne de Christophe Honoré... (en général j'aime ce qu'il fait MAIS LA ! Ne cherchons pas, la Princesse de Clèves reste un truc chiant quoi qu'on en fasse).

    Sinon, j'ai lu Orgueil & Préjugés et j'ai bien aimé ! Bon, ok, j'avais vu le film avant (ce qui aide à s'approprier une histoire) et j'étais dans ma période fleur bleue. :)

    Je suis en Terminale L (c'est d'ailleurs toi qui m'a donné envie de faire cette section mais je te raconterai ça un autre jour, plus approprié aux effusions sentimentales) et cette année en Litté on étudie Les Liaisons dangereuses, L'Odyssée, Fin de Partie de Beckett, et THE BEST : Les Pensées de Pascal... Je ne te raconte pas l'atrocité de la chose.

    RépondreSupprimer
  4. Bien joué !
    J'ai étudié la Princesse de Clèves en hypokhâgne, et je trouve qu'il y a pire que lire un livre inintéressant : étudier un livre inintéressant avec une prof inintéressante !

    Par contre, étant une fan inconditionnelle de Tolstoï, je suis en pleine lecture de Guerre et Paix, et j'adore. Mais je comprends parfaitement qu'on puisse ne pas aimer (trois heures pour commenter pourquoi l'officier tire la gueule à Rostov, merci beaucoup !).

    RépondreSupprimer
  5. absolument hilarant. C'est un régal tes articles

    RépondreSupprimer
  6. C'est marrant y' toujours 1 "épouse moi" et 1 "on s'en fout de ta vie" .

    RépondreSupprimer
  7. Le "On s'en fout de ta vie" c'est toujours Sarah.

    RépondreSupprimer
  8. chevelure-exquise12 février 2010 à 05:00

    meme pas vrai!

    RépondreSupprimer
  9. Si j'puis m'permettre, tu peux rajouter à ta liste Les Liaisons Dangereuses, qui est quand même interessant, mais seulement cinq lettres sur deux cent cinquante. Par contre dans le film, Glenn Close à un chouette décolleté, Malkovtich fait un chouette méchant libertain victime de la société-en, et c'est également l'occasion de voire Uma Turman n'ayant pas, mais alors méchamment pas la classe.

    J'aime beaucoup ta version du Lordofzeringue sinon, très concise, on s'demande pourquoi Tolkien l'a pas écrite comme ça directement au lieu d'ajouter des adjectifs et des chansons.

    RépondreSupprimer
  10. Bon, on va dire que je suis assez folle de toi. ^^

    Oui je sais, c'est la première fois que je passe ici et que je laisse un tout petit commentaire, mais bon.

    J'ai peu aimé La Princesse. Alors lire ce que tu en as fait, c'est exquis !

    Je t'épouse, au fait haha !
    Non je ne suis pas folle... enfin, pas encore. Je crois. Pas.

    RépondreSupprimer
  11. Programme de l'ENS 2010 : La Princesse de Clèves. Mais ils ont fait pire. L'Education Sentimentale ou 450 pages sur "comment j'ai raté ma vie". Oui je sais, j'ai choisi de faire une khâgne. Souffre en silence.

    RépondreSupprimer