mardi 15 mars 2011


Le vendredi, c'est à la base pas ma journée préférée.

C'est parce que c'est la journée où j'ai français le matin, et où je passe trois heures à faire des exercices sur les paronymes, les synonymes et les antonymes, alors que BORDEL JE ME SUIS TAPE DEUX ANS DE FILIÈRE LITTÉRAIRE et s'il y a une chose que j'ai apprise c'est bien les figures de style. Puis ensuite j'ai politiques linguistiques, et j'aime bien, mais le prof parle avec la voix d'un mec qui essayerait de t'hypnotiser, et la plupart du temps ça marche assez bien ma foi. Une fois, je me suis carrément réveillée quand ma tête a heurté mon cahier. (Depuis, le prof m'adore.) En plus on est que trois dans ce cours alors faut avoir l'air hyper concentré tout le temps. 

Et puis ensuite j'ai le cours de finance et techniques du commerce international, et c'est un peu la cerise pourrie sur le gâteau de la chiantise. Ajoutons à ça que ces trois cours s'enchaînent sans pause, et que mon déjeuner se résume en général à engouffrer un sandwich sur le chemin qui sépare mes deux bâtiments de cours.

Vendredi dernier, ça avait commencé pareil que tous les autres vendredis, sauf que non en fait c'était encore pire.

Pourquoi c'était encore pire? A cause de l'effet conjugué de deux coïncidences fâcheuses, que voici :

1) Les vitres de mon studio sont tellement fines que ça pourrait être du papier, ce serait exactement la même chose, à part qu'effectivement, on verrait un peu moins bien. Sinon, niveau isolation sonore et thermique, c'est pareil. Quand quelqu'un démarre une voiture dehors, mes fenêtres TREMBLENT, genre alerte à la secousse sismique, les femmes et les japonais d'abord.

2) Mes éboueurs sont des caille-ra.
A priori, ces deux choses n'ont aucun rapport entre elles. Mais elles en ont subitement eu un, ce vendredi dernier, lorsque, à la douce heure de cinq heures quarante-six, parvint à mes oreilles le désormais familier bruit monstrueux du camion de poubelles, qu'on dirait qu'il change les poubelles dans mon lit, l'odeur en moins dieu merci.

Mais cette fois-ci, au lieu de me tirer brutalement de mon sommeil pour m'y replonger aussitôt le coin de la rue tourné, j'ai eu droit à une violente dispute d'éboueurs PILE SOUS MES FENÊTRES, du coup je n'en ai pas loupé une miette.

Bon alors je voyais rien de la scène, mais à un moment il y a eu un bruit de poubelle renversée, et le dialogue suivant s'établit:

- Vas-y mais fais attention quoi!
- C'est bon j'ai pas fait exprès quoi.
- Non mais vas-y mais fais gaffe quand même quoi merde!
- C'est bon, nique sa race.
- A qui tu dis de niquer sa race? A QUI TU DIS DE NIQUER SA RACE?
- C'est bon j'le dis à personne là oh.
- Fils de pute.
- D'OÙ TU M'TRAITES DE FILS DE PUTE SALE BÂTARD??
- D'OÙ TU M'TRAITES DE BÂTARD SALE FILS DE PUTE??

Et ensuite ils ont juste enchaîné les "bâtards" et les "fils de pute" (assortis de quelques "nique ta mère" sinon c'est pas drôle) PENDANT DOUZE MINUTES. J'peux vous dire que quand je me suis levée deux heures en avance, des poches sous les yeux et des plis sur les joues, j'avais grave le seum avec ces bâtards de leur race, c'était totalement la sère-mi, ouais gros. (T'inquiète, j'écoutais Skyrock au collège, représente ta mère en slip.)

Donc ensuite, j'étais bien énervée, et en plus y'avait contrôle continu en commerce international. La journée bien pourrie.

(Si jamais j'ai des lecteurs éboueurs : le reste du temps je vous aime bien, hein. J'ai une théorie selon laquelle les éboueurs sont plus utiles à la société que les gouvernements. Exemple : un pays sans gouvernement. Genre la Belgique, ça fait bientôt un an qu'elle a pas de gouvernement - tenez bon les mecs, bientôt vous aurez passé les records des États totalitaires, wouhou! - mais c'est pas encore le bain de sang et les gens qui meurent de septicémie dans la rue. Bon. Maintenant, prenez la Belgique, et donnez-leur une grève d'éboueurs pendant un an. Eh ben voilà.)

Heureusement, pour finir ma journée, il y avait Marie, ma blonde préférée, et puis aussi Jean, Clémence, Tki, Martine et son copain, Christine, Professeur Flaxou, et Cyril qui était revenu en Alsace pour le week-end, parce que le reste du temps il est à Nîmes, à tirer des balles dans des mannequins pour se préparer à l'apocalypse de zombies, et aussi accessoirement pour devenir gardien de la paix (ceci dans l'unique but de faire sauter les PV de ses amis qui l'aiment tant - et accessoirement de casser du jeune, y'a pas de sot métier. Non, même pas éboueur).

On a mangé des hamburgers au fromage et bu des bières aux fruits, et Clémence s'est encore fait draguer par le serveur. (Clémence et les serveurs, c'est plus de la coïncidence, c'est carrément du domaine du super-pouvoir, à ce stade.) Et ensuite on est tous allés chez Marie manger des biscuits suédois merveilleux et jouer au Time's Up avec des noms qu'on trouve nous-même, sinon c'est pas drôle. Y'avait que des noms de politique internationale, Moubarak, Khadafi, Hu Jintao, Kim Jong-Il, c'était un peu la fête des dictateurs dans le salon (mes amis sont trop intelligents). Y'avait aussi Tki qui essayait désespérément de nous faire deviner Jaques Cousteau :

- C'est un mec avec un bonnet rouge!
- Charlie!
- Non! Il est vieux!
- Le grand Schtroumpf!

Y'avait Marie qui a fait la blague du siècle (au moins) avec l'ITI-RI:

- Qu'est-ce que c'est qu' E.T. qui se marre un bon coup? C'est l'école de Charlotte!
Y'avait des batailles de caramels mous dans tous les coins, et de la bonne humeur à ramasser à la pelleteuse, à base de blind-tests faciles pour certains et plus difficile pour d'autres, on ne nommera pas qui :

- Bon là j'en fais une facile. Personne n'a le droit de répondre, sauf Flavien!

Faut dire que c'était un peu grave quand même.

- ♪ Imagine there's no heaven....
- Heuuuu...
- ♫ It's easy if you try...
- Allez Flaxou, c'est facile!
- ♪ Imagine all the people...
- Ah j'ai trouvé! Les Rolling Stones!

En fait c'était plus facile quand Marie nous interdisait de répondre.

- Bon, pour celle-ci, Nono a pas le droit de répondre, mais les autres si.
- Muse! 
- 30 seconds to Mars! 
- Coldpaly!
- Placebo!
- Arrêtez, j'ai pas encore lancé la musique!

On s'est tellement amusés que je me suis couchée à trois heures du matin et j'étais que moyennement épuisée. Bon en fait non, j'ai cru mourir. Mais tant pis.

Les perles de la soirée :

- Elle est en Allemagne. (Cyril)
- Elle est à Tours. C'est pareil. (Tki)

- L'indien va être jaloux. (Nono)
- Ben, indien vaut mieux que deux tu l'auras. (Cyril)

- Cousteau il devait quand même avoir des grands poumons. (Moi)
- Comme toi! (Flaxou)

- C'est un grand singe poilu qui escalade les buildings. (Flaxou)
- Demis Roussos! (Cyril)

- C'est un chien célèbre qu'on regardait à la télé quand on était petites. (Christine)
- Hein?
- Et aussi un musicien.
(Fallait trouver Beethoven.)

- C'est "brillant" en anglais. (Clémence)
- Heu.... "Bryan"? (Martine)

PS : Et Nono bien sûr ! on l'adore Nono, elle est géniale Nono, c'est la meilleure du monde entier Nono! (Désolée de t'avoir oubliée. Et en plus c'est vrai que tu es la meilleure du monde entier.)

5 commentaires:

  1. chevelure-exquise15 mars 2011 à 23:20

    Mon facteur vient de m'emmener mon dernier colis Boohoo et j'ai préféré finir ton article plutôt que de l'ouvrir. :)

    RépondreSupprimer
  2. Et moi j'étais là aussi !! Je suis petite mais quand même pas au point de passer inaperçue !! (Cyril m'avait déjà fait le coup). Namého !

    RépondreSupprimer
  3. oooooh, c'est bon, mon ego est satisfait <3

    RépondreSupprimer
  4. Maintenant la Belgique fête sa première année sans gouvernement (à 4 jours près) et on a explosé le record d'absence de gouvernement précédemment détenu par l'Irak. Le pire, c'est qu'on s'y est presque habitués :s

    RépondreSupprimer