samedi 10 septembre 2011

la vie trépidante de mon genou


Donc j'ai une entorse du genou.

C'est la première blessure de ma vie. Si on compte pas mes yeux au beurre noir et mes deux points de suture à la tête de l'école maternelle. (On jouait au loup, je courais vers la maison, j'ai failli me faire attraper, et dans un élan de désespoir, je me suis jetée tête la première contre une rampe d'escalier. L'escalier était la maison, techniquement, j'ai gagné. Si on avait pas arrêté le jeu pour m'emmener me faire recoudre, j'aurais gagné.)

Du coup, c'est assez cool.

Je suis allée aux Urgences pour la première fois de ma vie.  

Dans ma tête, les Urgences, c'était comme dans la série "Urgences" (qui a été ma vie, mon bonheur et ma joie pendant 10 saisons, jusqu'à ce que le Docteur Carter décide de quitter l'hôpital, et brisa mon cœur à tout jamais). Avec des gens qui courent partout, des ambulanciers qui déboulent avec un gars sur un brancard en train de se vider de son sang, en proclamant "Homme de 35 ans, blessure par couteau à l'abdomen, perforation du poumon droit, on lui a filé 30 CC, asystolique, pouls faible mais constant. Il était saoul quand on l'a trouvé.", pendant que la victime dit "AAAARGH, prévenez ma femme!" Et ensuite il serait entouré par les médecins, et y'en aurait un qui dirait:

- Monsieur, monsieur, vous nous entendez? Vous êtes à l'hôpital, tout va bien se passer, on va bien s'occuper de vous.

Et y'en aurait un qui dirait juste une suite de trucs complètement incompréhensibles :

- Hémoglobines, gaz du sang, on lui fait un bilan toxines. Attention il fibrille! Chargez à 200! Deux culots de O neg!

Et ensuite ils intubent tout le monde.

Là, pour le coup, j'étais un peu dépitée. 

Déjà, personne ne courait. Y'avait juste des gens assis sur des chaises en train d'attendre leur tour, même pas en train de se vider de leur sang ni rien. Et y'avait des dames de l'accueil derrière leurs bureaux, qui te faisaient t'asseoir et répondre à leurs questions sur tes allergies et que sur une échelle de 0 à 10 t'as mal comment. Le tout SANS COURIR! Ni hurler "On le perd on le perd! Accrochez-vous! Don't you die on me motherfucker!"

C'était très décevant.

J'ai attendu même pas dix minutes avant de voir un médecin, ça aussi c'était décevant. Même pas une bonne histoire à raconter, genre j'ai attendu huit heures dans les Urgences et je me suis fait draguer par un petit vieux avec un couteau dans le bras. Rien du tout! A peine je me pose avec mon bouquin qu'on me soigne déjà! C'est nul.

Bon, j'ai quand même eu le droit de passer une radio, ça c'était trop cool. La seule radio que j'avais passée avant, c'était une radio de ma mâchoire pour voir où étaient mes dents de sagesse. Mais j'étais debout, alors que là j'étais allongée sur une table en verre, comme dans Docteur House et tout. (Bon, dans Docteur House, c'est des IRM qu'ils font tout le temps. Mais comme j'ai pas de tumeur au cerveau, ça n'aurait pas servi à grand-chose, je le concède.)

On m'a donné une blouse d'hôpital qui se ferme dans le dos, et d'ailleurs on m'a rien donné pour la fermer et tout le personnel médical a vu ma culotte Superman (ça j'ai pas trop aimé). Ensuite on m'a dit de boiter jusqu'à la salle des radios, et j'ai pu faire la conversation avec un radiologue trop aimable.

- Bonjour!
- Ouais ouais c'est ça.

Et ensuite, il a dit le truc qui m'horripile le plus au monde:

- Bon, elle va s'allonger sur la table en verre. Elle va rester bien droite et elle va pas bouger. Ensuite, quand je le dis, elle va se mettre sur le côté et appuyer son genou sur la table.
- Ben écoutez, quand elle arrivera, je lui dirai tout ça.

Ah bon? Ah c'est de moi que tu parlais? Désolée, je pensais que, dans ce cas-là, tu t'adresserais directement à moi, et pas à ton ami imaginaire. Connard.

Bon, ensuite j'ai vu le docteur. (J'étais dégoûtée, c'était une femme. Où est mon beau docteur Carter? Publicité mensongère!) Elle m'a dit que mon genou était dans l'axe, apparemment c'est super chouette. D'après ce que j'ai compris, ça veut dire qu'il y aura pas besoin de m'ouvrir la jambe avec une scie, donc j'ai partagé son enthousiasme. Et puis ensuite elle m'a congédiée avec une ordonnance pour du Paracétamol et une attelle à porter dès que je me déplace.

- Jusqu'à quand?
- Jusqu'à ce que ça fasse plus mal.

Donc Professeur Flaxou, mon chauffeur attitré pour la semaine, m'a amené à la pharmacie chercher une attelle. Et là, ce fut le drame :

- En fait, les seules attelles qui iront bien avec votre longueur de jambe, c'est les modèles pour enfants.

Super.

- En fait, votre jambe est trop large pour le 12 ans. Mais au-delà, les attelles sont trop longues.

Eh bien c'est parfait tout ça. Je vais boiter jusqu'à la fin de mes jours.

Mais c'est à ce moment-là qu'est arrivé le pharmacien senior, avec son visage buriné par l'expérience et ses mains qui sentaient la crème hydratante, et il m'a filé un modèle RÉVOLUTIONNAIRE qui pouvait s'adapter en largeur avec des scratchs. C'est trop cool.

Sauf que depuis, Professeur Flaxou m'appelle "le pirate", parce que je me déplace comme si j'avais une jambe de bois.

Explications : 
Faut croire que c'est le prix à payer quand on a des grosses jambes courtes.

(Mais au moins, à la zombie walk de samedi, j'aurai une démarche plus vraie que nature!)

2 commentaires:

  1. La seule pirate/zombie au monde avec un chemisier digne de John Travolta dans Saturday night fever!

    RépondreSupprimer
  2. Eh beh dis donc, j'ai un peu l'impression d'avoir été arnaquée quand je suis allée aux urgences.
    Déjà, les dames de l'accueil, elles font rien. Elles t'ouvrent même pas la porte quand tu sonnes pour entrer parce que tu souffres le martyre (non non, tu rentres par la même entrée que les ambulances, parce qu'appuyer sur un bouton, pfiou, trop compliqué).
    Pour être pris en charge, ça va, ils sont rapides (on sait jamais, que tu meures dans les dix minutes), mais une fois qu'ils ont découvert que ce que tu avais ne menaçait pas ta vie dans les dix prochaines heures, c'est bon, tu peux mourir dans la salle d'attente. TROIS HEURES qu'on m'a oubliée, alors qu'il fallait juste retirer un cathéter, TROIS HEURES ! (Tout ça parce que je suis revenue sur le temps de midi, que les dames de l'accueil ont changé de service et n'ont pas passé le message alors qu'on le leur a répété trois fois, le message, quand même. Et puis le médecin "Eh ben, la demoiselle est pas revenue ?" Si si, depuis longtemps déjà >.<)
    Bref, je trouve que tu as plutôt de la chance, finalement :D

    PS : Il y a une fille que je connais, elle a porté une attelle pendant deux ans (mais pas une comme la tienne) parce que ses genoux craquaient, et finalement ça n'a servi à rien. Mais je crois que c'est juste parce que son médecin a eu son diplôme dans un Kinder Surprise.

    RépondreSupprimer