lundi 7 novembre 2011

Les héros de notre enfance sont tous des psychopathes


Quand j'étais toute petite, j'adorais les histoires. Tous les soirs, pour m'endormir, il me fallait une histoire. Alors, mes parents avaient acheté un livre qui s'appelait "un conte pour chaque soir".

Le principe, c'est que le livre était divisé en 366 morceaux, et ça faisait des histoires de dix minutes. Des fois c'étaient des petites histoires, des fois elles étaient réparties sur trois, quatre jours. Des fois c'étaient des trucs connus, genre Blanche-Neige, tout ça. Des fois c'étaient des légendes russes ou afghanes complètement perchées (mes préférées), avec des sorcières qui se baladaient dans des mortiers, des filles qui tissaient des chemises avec des orties ou qui mangeaient des cailloux, des trucs comme ça. Et des fois, c'étaient des histoires bidons inventés par des gens sans imagination. 

Genre je me souviens encore d'une histoire, c'était un petit âne, il avait pas d'amis, alors il partait dans la forêt trouver des amis. Et il disait aux animaux "Tu veux être mon ami?" mais ils avaient pas le temps ou je sais plus quoi. (Soit dit en passant, ta vie elle est bien triste si t'as pas le temps d'avoir des amis alors que t'es une limace. T'as quoi de mieux à faire, à part bouffer des champignons?) Et puis à la fin, l'âne se mettait à pleurer parce qu'il avait pas d'amis, un écureuil arrivait et lui disait "Faut pas être triste, moi je veux bien être ton ami", et puis il avait un ami.

Sérieux, c'est quoi cette histoire de merde?

Tu l'as écrite pour des Télétubbies, c'est pas possible autrement. Juste parce qu'un enfant est petit, ça veut pas dire qu'il est con, hein. Tu peux te permettre d'étoffer l'intrigue un petit peu, non? Je sais pas, moi, rajoute des péripéties. L'âne se fait entuber par un renard qui dit être son ami mais en vérité lui prend tout son fric pour s'acheter de la coke, un truc comme ça. Ça leur apprend la vraie vie, ça! Pas comme ton histoire pourrie. Depuis quand pleurer dans un lieu public, ça t'amène des amis? Emmène l'âne dans un bar, fais-lui payer des coups aux animaux de la forêt, et là tu peux être sûr qu'il se fera plein d'amis!

Enfin bref.

Le problème, avec ce livre, c'est qu'il m'a poursuivi toute ma vie. Parce que dedans, y'avait des contes de fées connus, mais comme c'était pour les enfants, ils avaient un peu édulcoré la chose pour pas les traumatiser à vie (ce qui n'a servi à rien, parce que tout le monde a regardé "le Roi Lion" à côté). Et donc moi, ça fait des années que je découvre que mes histoires préférées de quand j'étais enfant, en fait, elles sont abominables!

Non, parce que les contes du Moyen Age, ils étaient pas faits pour les enfants, en fait. C'étaient des troubadours errants qui allaient les raconter dans les villages, et les gars ils vivaient de ça. Donc forcément, pour vendre leur truc, ils faisaient comme les scénaristes hollywoodiens de nos jours : ils rajoutaient du sexe, de la violence, et des détails bien sordides pour faire pleurer dans les chaumières.

Mais ensuite, au cours de l'histoire, on a décidé que les contes, c'était pour les enfants. Mais comme on voulait pas leur raconter des trucs affreux parce que sinon ils dormaient pas la nuit, on a adouci les histoires. Un peu comme quand la France a importé des mangas pour adultes dans les années 90, sous prétexte que "le dessins animés c'est pour les enfants". Et du coup on avait des séries comme Nicky Larson, carrément PAS pour les enfants (because : musique porno, bruitages pornos, énormes nibards), qui passaient sur Club Dorothée.

Pour info, Nicky Larson, on se souvient surtout de ça :


Mais c'était aussi beaucoup ça:


(Et maintenant, je comprends beaucoup mieux pourquoi mes parents nous ont bloqué TF1.)

Et les contes de fées, c'est un peu la même chose. On a pris des histoires dures, sanglantes, et sordides, on a collé des fées et des hommes en collants dedans, et on a dit "C'est bon! C'est pour les enfants maintenant!"

Sauf qu'en fait, c'est tout de même des histoires horribles.

Par exemple, tu prends un truc que tout le monde connaît grâce à Walt Disney : la petite sirène. Eh bien, voilà la version originale :


Alors ça commence comme dans la version Disney (sans les chansons, Sébastien et Polochon) : la petite sirène vit heureuse sous l'océan (sous l'océan!) et elle n'a pas le droit d'aller voir les humains. Mais elle rencontre le prince, le sauve du naufrage, et tombe amoureuse de lui, donc elle va voir la sorcière pour qu'elle lui donne des jambes. Seulement, le détail qu'il n'y a pas dans le dessin animé, c'est que chaque pas qu'elle fait dans ses jambes humaine lui fait aussi mal que si elle marchait sur des lames de rasoir. Et aussi, elle a quelques jours pour séduire le prince (sans parler, puisque la sorcière a pris sa voix), au terme duquel elle a deux choix qui se présentent à elle :

- Plonger un couteau dans le coeur du prince et baigner ses pieds dans son sang encore chaud (youpi, c'est la fête!), grâce à quoi elle pourra redevenir une sirène et retourner dans sa famille.
- Mourir et se transformer en écume.

Et donc, la fin de l'histoire : le prince épouse une princesse d'un pays lointain, parce qu'il croit que c'est elle qui l'a sauvé du naufrage, alors qu'elle s'est pointé après que la petite sirène l'ait sauvé. Mais avant ça, pour lui montrer qu'il est désolé, il danse avec elle toute la nuit (trop beau, ton cadeau, connard, elle se fait trucider les pieds). A l'aube du mariage, la petite sirène entre dans la chambre du prince pour le tuer, mais elle n'y arrive pas, alors elle se suicide. 

(Dis donc, qu'est-ce qu'on se marre.)

Mais comme Andersen a pitié d'elle, elle se se transforme pas en écume, mais en une sorte d'ange, et si elle passe 300 ans à faire des bonnes actions et à veiller sur les humains, elle aura le droit à une âme. (Trop cool, une âme, après 300 ans de galère! Moi qui voulait seulement être heureuse avec l'homme que j'aime, c'est une super consolation.)

Et sinon, mon histoire préférée quand j'étais petite (qui était dans mon livre de contes et qui prenait, genre, quatre jours! le suspense abominable!), c'était celle du joueur de flûte de Hamelin.


L'histoire, elle commence déjà assez moyen, vu qu'il y a une épidémie de peste dans le village de Hamelin. (woouuu, on s'éclate!) Et bon, c'est pas cool, vu que tout le monde meurt dans d'atroces souffrances, avec des grosses pustules et tout. 

Mais un jour arrive dans le hameau un joueur de flûte, qui a le don magique d'ensorceler toute chose vivante avec son instrument (l'instrument c'est sa flûte, hein, va pas t'imaginer des trucs). Donc il dit au seigneur de lui donner des sous, en échange de quoi il débarrassera la ville de tous ses rats, et ce serait bien chouette pour vaincre la peste. Le roi lui dit "les rats d'abord, l'oseille ensuite", parce qu'il y croyait moyen moyen, à cette histoire d'enchantement. Là, le joueur de flûte sort son instrument (encore une fois, c'est sa flûte), il se met à jouer, et tous les rats sortent des maisons et se rassemblent autour de ses pieds. Il se met à marcher hors de la ville, toujours en jouant, et va noyer les rats dans la rivière. (Les pauvres, ils avaient rien demandé. Ils étaient tranquilles dans leur coin, à manger des cadavres et à transmettre des maladies épidémiques.)

Seulement là, le seigneur refuse de payer le joueur de flûte pour ses bons et loyaux services. Alors là, le joueur de flûte il s'énerve, parce qu'il faut pas l'appeler Jambon non plus. Donc il ressort sa flûte, mais il joue un air différent. Et tous les enfants du village sont irrésistiblement attirés par le son de la flûte, et viennent se rassembler autour de ses pieds, comme l'avaient fait les rats. Et le joueur de flûte disparaît avec eux dans la montagne.

Ensuite, dans mon livre de contes, ça disait qu'il les emmenait derrière la montagne, dans un pays magique où les bonbons poussaient sur les arbres, et qu'il les laissait là, se gaver de sucreries toute la journée. Ensuite, le soir, il revient les chercher, il les ramène au village (en les faisant rouler, peut-être), et comme les villageois ont tous eu bien la trouille, ils le payent, et il rend les enfants.

Donc moi j'aimais bien cette histoire, parce que je trouvais que c'était assez cool de prendre des enfants en otage quand on subissait une injustice. (Super morale, au passage.)

Sauf qu'ensuite, j'ai appris la vraie histoire. 

Dans la vraie histoire, c'est tout pareil, à un petit détail près : il emmène les enfants derrière la montagne. Puis il bloque le passage avec un gros rocher. Tous les enfants meurent. Le joueur de flûte se casse, et va dératiser d'autres villages, dans la joie et la musique.

OK! Ouais, normal, quoi! J'veux dire, moi aussi, quand Kelprof me payait tous les "quand ça nous chante", j'avais envie de faire des génocides d'enfants innocents! Hein, c'est une réaction saine, proportionnée, pas de problème! On peut tout à fait faire de ce personnage un modèle pour la jeunesse!

(Cela dit, dans la version d'avant, le joueur de flûte était preneur d'otages. On peut en conclure qu'il avait déjà un certain bagage psychologique.)

Et ensuite, pour expliquer la violence des jeunes, on dit "oh là là, c'est tous ces jeux vidéos violents", "oh là là, c'est tous ces horribles films d'horreur".

Cherchez pas, les mecs. C'est tous les héros psychopathes de notre enfance, voilà ce que c'est! Tous les horribles contes de fées à base d'inceste (Peau d'Âne), de torture psychologique (Cendrillon), et autre nécrophilie rampante (Blanche-Neige) que VOUS nous racontiez avant qu'on s'endorme! 

Si on ajoute à ça les dérives sexuelles de Nicky Larson et les mangas suicidaires de France 3 le dimanche matin (Princesse Sarah, les Animaux du bois de Quat'Sous, et le roi de la bande : Rémi sans famille), c'est un peu un miracle que notre génération entière ne soit pas sous anti-dépresseurs.

Heureusement qu'il restait Ça Cartoon. Le dernier rempart. Des dessins animés sains, apaisants, sans violence.


Ah non. En fait, on est tous des psychopathes.

1 commentaire:

  1. D'ailleurs, c'est quoi le titre de la fille qui tresse des chemises en ortie? Y a un dessin animé stylisé à la "Reine des Neiges" (avec Catherine Deneuve pour la voix) et je désespère de le retrouver un jour..

    RépondreSupprimer